Site littérature jeunesse de lille 3

Blood Alone, de Masayuki Takano

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Et si on racontait les vampires autrement...

    (JPG) Ne vous fiez pas au titre. Sous ces faux-airs de gothique ou de gore se cachent Kuroe, écrivain fauché détective à ses heures, et Misaki, petite vampire bloquée dans son corps de fillette de 12 ans.

    Bien sûr, il y a le mot « vampire », le plus fascinant, le plus troublant des êtres surnaturels, dont les multiples facettes sont sans cesse explorées depuis Bram Stocker. Un mythe dont l’envergure n’a d’égale que son magnétisme. Mais croire à un simple manga fantastique serait une erreur. Oubliez les Underworld, les Blade et autres vampires musclés du cinéma.

    Effacez Buffy de votre mémoire. Il ne s’agit pas ici de prédateurs sauvages, au contraire, rares sont les effusions de sang, et elles restent très discrètes. Le mot important dans « blood alone », c’est « alone », « seul », parce que ce qui lie Kuroe et Misaki est bien différent et bien plus qu’un simple rapport chasseur/proie et traverse toute l’oeuvre en fil rouge. Ils sont seuls, humain et vampire, unis par un attachement qui ressemble beaucoup à de l’amour et qui n’a de cesse de nous intriguer tout au long de la lecture. Ils partagent un lien à la fois solide et fragile aussi fort qu’improbable. Autour d’eux gravitent Sainome, médecin légiste très à l’écoute des morts, Higure, chef d’une puissante famille de vampires du haut de ses 12 ans d’âge physique, l’excentrique Sly, la douce Maria ou l’énigmatique et puissante Chloé.

    Le tout raconté avec beaucoup de douceur et d’originalité, malgré un sujet maintes fois rebattu, et une histoire attachante oscillant entre gaieté et gravité, comme ses personnages, avec une tendresse toute féminine, un comble quand on sait que l’auteur est un homme !

    Si le graphisme n’a rien d’extravagant, le trait ne manque pas d’élégance et le dessin baigne dans une atmosphère british très personnelle. Le récit suit tranquillement son petit bonhomme de chemin, sans tomber dans la caricature ou la surenchère visuelle, et développe vite une mythologie propre.

    Petit défaut cependant, le rythme assez inégal, alternant sans soucis de proportion les scènes intimistes, parfois contemplatives (ahhh, les cerisiers en fleurs la nuit... soupir...) avec des séquences plus mouvementées lors des enquêtes, qui confère à la série un aspect assez irrégulier qui pourrait en agacer certains.

    Cependant, l’effort vaut le coup d’oeil par sa sensibilité et l’évident amour du mangaka pour ses personnages.

    Une oeuvre peu connue qui comblera les jeunes filles.

    Anaïs Dragna

    PLC1 Documentation

    MASAYUKI, Takano. Blood Alone : volume 1. Trappes (Yvelines) : Ki-oon, 2006. 192 p. : ill. noir et en couleur ; 19 x 14 cm.

    ISBN 2-915513-24-4 6,90 €

    Sens de lecture japonais

    Bons lecteurs (à partir de 9 ans)