Site littérature jeunesse de lille 3

Le Prince aux Grands Pieds, de Dorothée Piatek et d’Elodie Coudray

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    On a beau être un jeune prince tout ce qu’il y a de plus bon, noble, charmant, élégant et avoir un magnifique château... dans la course pour trouver l’Heureuse Élue, la taille des pieds n’est peut- être pas un atout. Quoique ...
    (JPG)

    Un beau jour,le jeune prince d’un comté reculé d’Angleterre, décide de se marier. Les prétendantes sont nombreuses jusqu’à ce qu’elles se rendent compte de la taille de ses pieds ! Il part alors lui-même à la recherche de sa princesse idéale.

    Censé se dérouler au Moyen Age, voici un conte extrêmement moderne grâce à la collaboration de Dorothée Piatek et d’Élodie Coudray. Bien qu’il puisse paraître surprenant qu’une graphiste passionnée par l’écriture et l’histoire et qu’une styliste de vêtements pour enfants s’associent, les deux artistes ont cependant réussi à créer un conte léger plein d’humour et de tendresse à partager avec votre enfant.

    Une véritable connivence avec les adultes

    Même si ce livre est destiné aux lecteurs débutants, Vous, adultes, ne vous ennuierez pas pour autant : une connivence avec les adultes s’installe en effet par des références : aux contes classiques tels que Le Petit Poucet et ses bottes de sept lieues, au marquis de Carabas alias Le Chat Botté, à l’emphatique diatribe de Cyrano de Bergerac et aux productions américaines avec un « just married » à point nommé. La richesse du vocabulaire, difficile d’accès pour un enfant de six ans, peut également servir de prétexte pour lire ce conte avec votre enfant. D’ailleurs, « remettre les belles lettres entre les mains de tous » et montrer que « l’image et le dessin ne sont pas incompatibles avec la culture » sont justement le but des éditions Petit à Petit . Il n’est ainsi pas étonnant de trouver une liste variée de noms de chaussures, d’expressions moins courantes comme « reléguer au statut d’antiquité » ou « rentrer bredouille ». On remarquera aussi la présence de nombreuses constructions syntaxiques non simplifiées usant de subjonctifs, de conditionnels, de divers connecteurs (causals, temporels, de but...) et d’adjectifs recherchés.

    Une vraie complicité avec l’enfant

    L’auteur, Dorothée Piatek, arrive également à créer une vraie complicité avec l’enfant grâce à des jeux de langue comme en disant « la chaussette, pardon la chose faite », en utilisant des jeux de mots avec le mot pied tels que « mariage en grande pompe », « faire le premier pas », « au pied de la lettre », « tomber à ses pieds » ou « s’y prendre comme un pied ». Elle le fait également rire en déformant les paroles du personnage comme s’il pleurait réellement, et en faisant participer l’enfant à la lecture : Ainsi, elle laisse sa phrase en suspens « débordant de...de...de...de chaussures ». Le conte s’achève traditionnellement par une adresse au lecteur, qu’il connaît bien : « ainsi se termine l’histoire ». Grâce à la subtilité des textes et à ses pointes d’humour, ce conte est un bon divertissement vraiment amusant.

    Un message plus profond

    Cependant il est également chargé d’un message plus profond puisqu’on y voit des personnages non parfaits mais qui en dépit de ou grâce à leurs défauts vont tomber amoureux l’un de l’autre. De ce fait, c’est un conte moderne qui s’inscrit dans la continuité des années 80 où l’on commençait à démythifier certains tabous. Ce conte évoque ainsi le fait qu’un enfant puisse ne pas être à l’aise dans son corps et avoir des complexes. Contrairement aux contes traditionnels où le défaut disparaît comme par enchantement, ici il persiste mais l’auteur montre que malgré ses grands pieds, le prince peut être aimé et heureux. Cet album a donc aussi comme but de faire grandir l’enfant.

    Des illustrations pétillantes

    Les illustrations d’Élodie Coudray renforcent cette atmosphère pétillante car elle utilise des tons pastels, doux, clairs et tendres. Ses personnages et paysages sont tout en rondeur comme les collines, très vallonnées, les parapluies, les robes et le tout agrémenté de petites fleurs, de cœurs, de papillons, de pétales...qui accentuent le caractère féminin et léger de ces illustrations. L’illustratrice y intègre également une foule de petits détails tels que deux grenouilles amoureuses et de nombreuses (grandes) chaussettes, qui peuvent servir à faire parler l’enfant. De même l’utilisation du hors-champ laisse à l’enfant une grande part de déduction et d’imagination.

    Respecter et ouvrir l’imaginaire enfantin

    Toujours dans ce souci de respecter et d’ouvrir l’imaginaire enfantin, les illustrations ne sont pas une simple répétition du texte : elles peuvent l’anticiper, c’est pour cela qu’une valise apparaît avant même qu’il ne soit question d’un voyage. Elles peuvent aussi en représenter un ou plusieurs moments ou s’en détacher comme le montre l’avant dernière page où le texte parle d’une commode tandis que l’image est celle du bonheur familial. Cependant, même si la priorité est axée sur l’image, qui s’étend souvent sur une double page, il y a un vrai dialogue avec le texte car l’illustration peut induire le sens de lecture ou jouer avec ce qui est dit. Ainsi pages 8 et 9 le texte s’étend le long de la corde à linge. On retrouve aussi, comme dans le texte, de petites touches d’humour avec le carrosse des mariés en forme de chaussure, une perspective déformée pour rendre les pieds du pauvre prince encore plus grands ou de gros plans sur les pieds nus comme clin d’œil.

    Avec un thème pourtant classique : la rencontre d’un prince et d’une princesse, Dorothée Piatek, par ses textes fins et humoristiques et Élodie Coudray dont certaines illustrations sont de véritables tableaux sont parvenues à créer un conte original à mettre entre toutes les mains.

    Dorothée Piatek sur Lille3jeunesse

    Site internet de l’auteur

    Site internet de l’illustratrice

    Site internet de l’éditeur

    PIATEK, Dorothée, COUDRAY, Élodie ill. Le prince aux grands pieds. Darnetal : Petit à Petit, 2007, 32p. : ill. en coul. ; 22X28cm. ISBN 2-84949-079-2 (cartonné)12,90 €

    Mots clés : Conte, Princes et Princesses, Complexes

    Public ciblé : Lecteurs débutants (à partir de 6 ans)

    Fanny BRICOUT

    HSI 3

    UFR Langues et cultures antiques

    Lille 3