Site littérature jeunesse de lille 3

CAPITAINE HADDOCK : Objectif Haddock !

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Lille 3 jeunesse toujours désireux de satisfaire ses visiteurs et de les tenir aux au courant de l’actualité, vient de demander à Tintin, un des meilleurs reporters du journal Le petit vingtième, de partir au château de Moulinsart pour y rencontrer son propriétaire. En effet notre célèbre capitaine au nom d’aiglefin fumé a annoncé le dimanche 3 février, lors du célèbre salon du livre jeunesse de Douai, qu’il allait entreprendre l’écriture de ses mémoires. L’occasion pour notre reporter de retrouver son ami de longue date et de nous faire découvrir l’histoire d’Archibald Haddock dans ses moindres détails.
    (JPG)
    C’est moi

    Comme chacun le sait le capitaine Haddock est un personnage phare des Aventures de Tintin et Milou. Cependant, il ne fera son apparition qu’à partir du neuvième album. D’où la nécessité, avant de vous livrer en exclusivité mondiale l’entretien du capitaine au long cours par Tintin, de rappeler succinctement la création de la série par Hergé.

    C’est le 10 janvier 1929 qu’apparaît la première aventure de Tintin dans le supplément jeunesse du XXe siècle, Le petit vingtième. Le quotidien publiera ces aventures jusqu’en 1940, date de l’invasion de la Belgique par l’armée allemande. Les aventures de Tintin et Milou paraîtront alors dans le supplément jeunesse du journal Le Soir, contrôlé par l’occupant. En août 1930 est publié le premier album d’Hergé Tintin au pays des soviets. Le 26 octobre de la même année Tintin apparaît en France dans l’hebdomadaire catholique Cœurs Vaillants, qui reprendra toutes les aventures de notre célèbre reporter jusqu’au Temple du soleil en 1948. Le 26 septembre 1946 le journal Tintin est créé. L’œuvre d’Hergé sera un immense succès traduit dans une quarantaine de langues, sans compter les traductions régionales. La série sera adaptée en dessin animé mais également au cinéma, sans oublier les produits dérivés et les objets de collections qui s’arrachent à prix d’or.

    Voici maintenant les révélations du célèbre Capitaine Haddock :

    Tintin : Capitaine, votre première apparition dans les aventures de Tintin date de 1941 durant la Seconde Guerre mondiale dans le supplément jeunesse du journal Le Soir quotidien belge sous contrôle allemand...

    Capitaine Haddock : Oui mon cher Tintin comme vous venez de le dire j’ai vu le jour pendant une période difficile ! Mille sabords ces Bachi-bouzouks ont accusé mon père d’avoir collaboré avec l’ennemi, c’est d’ailleurs grâce à cette sombre histoire que l’hebdomadaire Tintin a vu le jour... le 26 septembre 1946 si mes souvenirs sont bons nous étions alors sur la trace des Incas, à la recherche de ce cher Triphon.

    Tintin : Oui c’est exact capitaine. Mais pensez-vous qu’il existe un lien entre votre création et l’occupation allemande ? Hergé a l’époque avait commencé l’écriture de Tintin au pays de l’or noir mais a du l’interrompre à cause de l’invasion et de l’idéologie nazies. C’est alors qu’il a entamé Le crabe aux pinces d’or. Est-il possible qu’Hergé ait vécu cette époque par procuration en créant un marin, vous capitaine, au fort tempérament qui déteste l’injustice et qui a tendance à s’emporter verbalement ?

    Capitaine Haddock : (rires) Moussaillon, vous êtes bien le premier à me poser cette question ! Beaucoup considèrent mon père comme un misogyne, un opportuniste et même raciste ! Je n’évoquerai pas l’affaire concernant Tintin au Congo. Vous savez bien ce que j’en pense ! Pour moi, Hergé a vécu avec son temps. Il a simplement évoqué les événements marquants de son siècle tels que la colonisation ou encore la Guerre froide à travers la série de vos aventures éponymes. Pour en revenir à votre question mon cher Tintin je ne pense pas qu’il y ait de lien entre mon apparition et la Seconde Guerre mondiale.

    Tintin : Parlez-nous de notre père [Tintin est aussi le fils d’Hergé, ndlr].

    Capitaine Haddock : De son vrai nom Georges Prosper Rémi est né le 22 mai 1907 au 25 rue Cranz (actuellement 33, rue Philippe-Baucq) à Etterbeek, commune de l’agglomération bruxelloise. Pendant son enfance il a fait partie pendant plusieurs années des scouts belges et en 1921 il a publié ses premiers dessins dans la revue scoute de son collège, Jamais assez. En 1924 il a inventé le pseudonyme Hergé qui reprenait les initiales de son nom : Rémi Georges (RG). C’est à ce moment que vous apparaissez Tintin le 10 janvier 1929... Je ne veux pas trop m’attarder sur notre père. Il y a trop de choses à dire et de nombreuses biographies existent comme celle de Philippe Godin Hergé, lignes de vie l’une des plus complètes à mon avis ! Pour résumer Hergé était un autodidacte et des rumeurs lui ont attribué le roi des belges Léopold II comme grand-père... il a aussi été aussi le créateur de Quick et Flupke et de la technique de la ligne claire c’est-à-dire la recherche de l’épure, la suppression de toute hachure, de tout dégradé de couleurs .Il a disparu à Bruxelles le 3 mars 1983...hum...Tonnerre de Brest ne devions-nous pas parler de moi ?

    (JPG)
    mon père

    Tintin : Tout à fait Capitaine, comme nous l’avons dit précédemment votre apparition et notre première rencontre se fait dans le crabe aux pinces d’or, à l’époque vous étiez alcoolique et commandant du Karaboudjan...

    Capitaine Haddock : Oui et cette espèce de Sapajou d’Allan [son lieutenant à l’époque, ndlr] a profité de ma faiblesse pour prendre le contrôle du navire et faire du trafic d’opium mais grâce à vous, Tintin, ces bandits ont été mis hors d’état de nuire et mes problèmes d’alcoolisme derrière moi !

    Tintin : D’ailleurs dans L’étoile mystérieuse vous présidez la ligue des marins antialcooliques. Dans les deux épisodes suivants on découvre un de vos aïeuls ; le chevalier François de Hadoque.

    Capitaine Haddock : En effet mon ancêtre le chevalier François de Hadoque était marin lui aussi au service de sa majesté le Roi Soleil, il était le capitaine de la Licorne où se trouvait son butin enfin c’est ce que nous pensions... ! Son courage et sa loyauté furent récompensés par le roi d’un titre et d’un château, Moulinsart. En tant que seul héritier j’ai établi ce château comme ma principale résidence et de ce fait le théâtre de bien des aventures ! À partir de cet événement j’ai aspiré à une vie paisible de châtelain. Dans Les 7 boules de cristal on peut me voir portant un monocle et une culotte de cheval cependant le destin mais surtout vous Tintin en avez décidé autrement. Je dus alors remettre ma célèbre casquette ainsi que mon pull marin à col roulé et ancre de marine.

    (JPG)
    Mon ancêtre le chevalier François De Hadoque, y’a comme un air de famille !

    Tintin : Si vous permettez Capitaine je pense aussi que vous n’êtes pas un grand aventurier mais d’après moi si vous avez du revêtir votre tenue c’est à cause de notre amitié mais surtout à cause de votre fidélité et de votre loyauté.

    Capitaine Haddock : Vous avez sans doute raison moussaillon ! Mais un bon capitaine se doit de rester auprès de son équipage !

    Tintin : La clé de votre succès est indiscutablement dû à a votre célèbre langage. D’ailleurs Albert Algoud, dans son Haddock illustré ne recense pas moins de 231 insultes proférées par vous, Capitaine, durant nos péripéties...

    (JPG)

    Capitaine Haddock : Oui, enfin fiston ces jurons ne sont pas des « gros mots » mais plutôt des expressions qui par leur sonorité incongrues frappent l’imaginaire des lecteurs !

    Tintin : Et certaines des ces injures sont mêmes devenues des classiques de la langue française, comme bachi-bouzouk, crétin des Alpes, marin d’eau douce, mille sabords, moule à gaufre ou encore tonnerre de Brest.

    Capitaine Haddock : Oui, il est vrai que j’ai souvent tendance à m’emporter verbalement... je pense que c’est à cause de mon caractère expressif.

    Tintin : Votre ami Chester [Capitaine avec qui Archibald Haddock a navigué pendant plus de vingt ans avant de rencontrer Tintin, ndlr] vous décrit comme un homme « impulsif, parfois maladroit, très colérique mais dit de vos emportements qu’ils sont autant brefs que spectaculai... »

    Capitaine Haddock : Haaa le Pirate !...le bougre d’extrait d’hydrocarbure !...ça se prétend être mon ami !... mille millions de mille sabords ! Je vais lui dire moi ma façon de penser !

    Tintin :Voyons Capitaine, il a aussi beaucoup insisté sur le fait que vous êtes un homme très loyal et que malgré votre caractère bourru vous êtes très sensible.

    Capitaine Haddock : Humm... enfin vous savez Tintin le vocabulaire que j’utilise n’est rien d’autre qu’une ruse inventée par mon père.

    (JPG)
    Et encore là je suis gentil !

    Tintin : Comment ça ?

    Capitaine Haddock : Eh bien voyez vous mon cher c’est à la fois très simple et très compliqué ! La Loi sur les publications destinées à la jeunesse ne permettait pas un langage grossier. Or, un marin au long cours tel que moi est plus crédible avec un langage coloré

    Tintin : D’autres pensent qu’Hergé se serait inspiré de son frère Paul Remi, un militaire au vocabulaire corsé...

    Capitaine Haddock : Si vous le dites... Il me semble qu’en décembre 1978 pour fêter vos cinquante ans Tintin vous aviez accordé un entretien au magasine Lire dans laquelle vous compariez mon nom à du poisson...

    Tintin : Oui Capitaine mais je tiens cette information d’Hergé lui-même. Ce dernier trouvait ça naturel de donner un nom de poisson fumé à un marin avant d’ajouter qu’il se serait inspiré d’un livre paru en Grande-Bretagne dans lequel il est question d’une petite localité anglaise où l’on trouve un monument érigé à la mémoire d’une Famille Haddock qui a compté en un siècle sept capitaines et un amiral.

    Capitaine Haddock : Ce n’est pas tout, d’après Philippe Goddin, déjà cité ci-dessus, non seulement mon nom aurait été suggéré par le film le capitaine Craddock (1931) dont Hergé était un grand fan, mais pour ma première apparition dans Le crabe aux pinces d’or mon père se serait inspiré d’un article paru en 1939 dans Le petit vingtième qui aborde Le Capitaine n’aime pas la mer un film de 1935. À cette époque, mon créateur n’avait pas encore conscience que j’allais être un personnage majeur des aventures de Tintin. Plus tard il me prêtera des traits de caractère communs à Edgard P. Jacobs [le créateur de Blake et Mortimer, ndlr] qui sera devenu entre temps, son collaborateur pour le journal Tintin.

    Tintin : D’ailleurs Capitaine vous faites partie de l’album Tintin au pays de l’or noir, pourtant Hergé avait commencé la rédaction de celui-ci avant la guerre à une période où vous n’existez pas encore...

    Capitaine Haddock : Tout à fait Fiston entre temps mon père s’est rendu compte que mon personnage faisait partie intégrante de l’univers de Tintin, il aurait même déclaré que mon rôle était de vous mettre en valeur !

    Tintin : Pour revenir à vos origines, Capitaine Hergé a donc été énormément influencé pour créer votre personnage.

    Capitaine Haddock : Mais il y a une influence dont je suis particulièrement fier, d’après l’avis de Jean-Paul Tomasi et de Michel Deligne [auteurs de Tintin chez Jules Verne, ndlr]. On m’attribue une ressemblance avec Pencroff un personnage du roman L’île mystérieuse de Jules Verne, marin qui serait doté d’un registre d’insultes impressionnant !

    Tintin : Une dernière question, à quoi attribueriez-vous votre longévité ?

    Capitaine Haddock : Ce n’est pas moi a proprement parler c’est un tout, ce sont les aventures de Tintin ! Pour vous répondre je citerai François Busnel, directeur de la rédaction du magasine Lire : « un adulte peut lire Tintin avec la même passion qu’un enfant. Sans doute est-ce cela, le génie : créer une œuvre capable de résister aux assauts du temps »

    Tintin : Eh bien merci Capitaine je pense que toutes ces informations satisferont les lecteurs. Quand pensez-vous publier vos mémoires ?

    Capitaine Haddock : Ouh là, moussaillon vous m’en demandez trop, allons plutôt prendre l’apéritif : toutes ces questions m’ont donné soif !...

    Ingrid, L1 HSI, Langues et Culture Antiques

    Ingrid remercie Tintin et aussi le Capitaine Haddock sans qui cet article n’aurait pas été possible.

    Post-scriptum

    Pour plus d’informations sur l’univers de Tintin : le site officiel

    Filmographie des aventures de Tintin : Le crabe aux pinces d’or de Claude Misonne et João B. Michiels, 1947 Le mystère de la toison d’or de Jean-Jacques Vierne et André Barret (1961), Les oranges bleues par Philippe Condroyer (1964), Le temple du soleil par Eddie Latest ou Raymond Leblanc (1969), Le lac aux requins de Raymond Leblanc (1972).