Site littérature jeunesse de lille 3

Le poids d’un chagrin... de R M. Galliez et S. Lhomme

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Derniers messages publiés dans les forums

    Dans les rayons, j’ai eu envie de prendre celui-là, cette couverture-là au milieu des autres... Couleurs chargées en pigments bruts, vernis sélectif qui trace un tourbillon graphique en relief, qu’on est tenté de suivre du doigt, sous le regard du personnage, visage lunaire, de l’histoire...
    (JPG)

    La suite recèle des petits trésors de poésie, d’images justes et jolies, de trouvailles graphiques et calligraphiques. Bonheur vert-jaune tendre et acide, chagrin anthracite et gris souris, entre-deux bleu froid-canard, les couleurs, intenses ou délavées, délimitent une gamme chromatique dans laquelle on prend plaisir à plonger, émerger. Aplats, dessins tantôt "épais" tantôt crayonnés, motifs de feuilles presqu’ empreintes, détails imperceptibles et grattés, effets tapisserie, lune lointaine reliefs à l’acrylique... Difficile de décrire ces fenêtres sur univers dans laquelle nous entraîne la narration. Page après page, on se laisse porter.

    Le héros, petit bonhomme pataud, toi, moi ou personne, a eu un gros chagrin et en grosses lettres s’il vous plaît. Ce chagrin bien trop grand, un tourbillon gris presque tornade, pourquoi ne pas l’avaler tout rond ? Le mettre bien au fond de soi-même. L’enterrer tout au bout de l’estomac. Apparemment ça ne marche pas, n’est pas dévoré celui qu’on croit... Que faire alors ? On découvre l’évidence en accompagnant petit homme sans-nom, c’est joli. Ça finit bien.

    L’auteur, Roxane Marie Galliez, dans son blog, évoque cet album comme un travail sur la boulimie... Oui mais non, je crois que son intention s’est muée, que l’on a sans doute un bel album pour tous à partir de 3 ans, sur ce qu’est un chagrin qui enfle, qu’on refoule, qu’on fait taire, dont on se libère aussi. C’est un joli début pour discuter avec un ou des enfants, il y a plutôt matière à projections qu’à apitoiements. Un album donc, qui s’est glissé avec logique dans le catalogue des éditions Auzou. Auteur comme illustratrice contournent les écueils de ce sujet loin d’être simple, usent de légèreté ; les mots s’envolent, il y a peu d’adjectifs, la typographie remplace l’effet de style. On est presque proche du haïku, tant les textes sont « lignes ». C’est une histoire-générique, avec une réalité un peu floue mais pas intangible. Un ton jamais empreint de froideur. Cet album est en fait un semblant de rêverie brève, qui s’étend dans un espace-temps cotonneux, avec des garde fous rassurants.

    Lucie, L1 HSI, Langues et culture antiques

    Post-scriptum

    Descriptif : Nombre de pages : 24 Format : 25 x 20 Auteur(s) : R M Galliez Sandrine Lhomme Date de parution : 31/01/2008 chez AUZOU ISBN : 978-2-7338-0965-5 Prix : 9,90€ TTC

    Pour en savoir plus, on peut aller regarder le blog-dessin de l’illustratrice, Sandrine Lhomme

    http://sitesandrinelhomme.site.voila.fr

    ou se balader dans celui de sa comparse Roxane Marie Galliez

    http://roxanemariegalliez.com (déjà trois albums en commun !)...

    Et on n’hésite pas non plus à découvrir les collections AUZOU !

    http://www.auzou.fr/

    et sur notre site :

    http://jeunet.univ-lille3.fr/article.php3 ?id_article=1060

    Forum de l'article : 2 contribution(s) au forum

    Le poids d’un chagrin..., Par : Roxane Marie Galliez, 20 mai 2008

    Merci pour ce très bel article à propos de notre album. C’est vrai, j’ai parlé de boulimie mais j’ai dû manger une partie des mots ; je ne voulais pas parler de la seule boulimie alimentaire mais aussi de la boulimie, parfois, de chagrin. Il faut parfois aller au bout de sa peine pour se relever plus fort, il faut la vivre complètement, alors on avale et l’on se plaint, jusqu’à ce que, enfin, tout est digéré, et une autre vie peut commencer... Surtout, nous voulions être le plus discrète possible pour que chaque lecteur puisse s’approprier l’histoire et les couleurs, mais tout est dit, magnifiquement, dans votre fine analyse. Merci.

    Petit aparté : c’est à Lille III que j’ai commencé mes études, voilà quelques années...

    Retour au début des forums
    Le poids d’un chagrin..., 23 avril 2008
    Trés bonne analyse. Cette parfaite alliance du texte, de l’illustration et de la mise en page font de cet album un véritable coup de coeur. Pour avoir lu le livre, il est vrai que le véritable chagrin on ne peut rien y faire... mise à part une rencontre décisive...
    Retour au début des forums