Site littérature jeunesse de lille 3

SOLITUDE et solitudes (mini thèse)

Étude comparative de quatre ouvrages jeunesse traitant de la solitude
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Pesante ou recherchée, constructrice ou pénible, chacun la rencontre au cours de sa vie.

    La solitude est souvent le moment propice à une quête d’identité, une réflexion sur soi-même, trouver sa place dans la société et rompre l’isolement. La solitude est douloureuse ou recherchée pour s’isoler dans un jardin secret, elle fait partie de l’apprentissage de la vie en société. Dans les ouvrages choisis, la solitude fait grandir, le héros en tire une expérience et finit par la rompre en s’ouvrant aux autres.

    Présentation du corpus

    La géante solitude, de Jo Hoestlandt

    (JPG) La géante vit une enfance heureuse mais en grandissant, elle devient trop encombrante pour les hommes. Après avoir asséché la rivière, forcée à quitter le pays, elle commence un long voyage en solitaire à la recherche de sa place dans le monde. À la fin de son voyage initiatique, elle se transforme en île : l’île de la Géante Solitude, un lieu aimé de tout ceux qui ont besoin de tranquillité.

    HOESTLANDT, Jo. NOVI, Nathalie ill. La géante solitude. Paris : Syros jeunesse, 1997. 34 p. : ill. en coul. ; 25 x 29,5 cm. (Albums jeunesse). ISBN 2-84146-454-7 : 95 F

    Le petit être, de Jeanne Benameur

    (JPG) Un petit être marche seul, trainant une pleine charrette d’objets. Arrivé dans une grande ville, il espère y trouver quelqu’un pour marcher à ses côtés . Au fil du chemin, il offre des cadeaux et va jusqu’à donner sa chemise mais, à la sortie de la ville, il est seul et démuni. Une petite personne vient à passer et le voyant frissonner, le prend dans ses bras. Ils reprennent le chemin ensemble ...

    BENAMEUR, Jeanne, NOVI, Nathalie. Le petit être. T. Magnier, 2000. 27 p. : ill. en coul. ; 23 x 24 cm. ISBN 2-84420-092-3 : 15.09 €

    Cerise Griotte, de Benjamin Lacombe

    (JPG) Cerise vit seule avec son père, elle se réfugie dans son monde imaginaire pour fuir les autres et leurs moqueries. À la fourrière, elle tombe nez à nez avec une petite chienne Shar Peï, une belle amitié commence entre Cerise et la chienne baptisée Griotte. Mais Griotte a déjà un maître, le bel Angelo qui vient la rechercher un matin et propose à Cerise de venir rendre visite à la chienne quand elle le voudra.

    LACOMBE, Benjamin. Cerise Griotte. Paris : Seuil, 2006. 40 p. : ill. en coul. ; 23 x 33 cm.(Seuil Jeunesse). ISBN 2-02-086549-1 : 14 €

    Robinsone, de Claire Julliard

    (JPG) Les parents de Charlotte travaillent aux Etats-Unis, elle vit avec son oncle Sébastien et passe la semaine dans un internat sinistre ou une surveillante l’a prise en grippe. En plus, elle va subir une opération qui risque de la laisser handicapée pour longtemps. Elle se renferme et frôle l’exclusion de l’internat. Mais l’île mystérieuse qu’elle va découvrir et une fille étrange, Ludivine, qui devient son amie, vont l’aider à traverser cette épreuve.

    JULLIARD, Claire. Robinsone. Paris : École des Loisirs, 2001. 180 p. : couv ill. en coul., 12x19 cm. (Médium). ISBN 2-211-060-79-X : 9, 45 €

    ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ Analyse ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

    1 . L’exclusion : la solitude due au rejet des autres

    Beaucoup de héros de la littérature enfantine connaissent la solitude ou l’isolement à cause de leurs différence : le Vilain Petit canard, Casper le fantôme, la Géante Solitude ... Se sentir seul au milieu des autres est un sentiment que chacun peut éprouver au cours de sa vie, de l’enfance à l’âge mûr, en passant par l’adolescence ; période des complexes et de la recherche de repères pour trouver sa place.

    (JPG)
    Cerise Griotte

    Pour Cerise, petite fille ronde et renfermée, qui subit les moqueries de ses camarades sans broncher, l’isolement est renforcé par la disparition de sa mère. Son apparence, son caractère solitaire et sa mélancolie font qu’elle reste seule pendant la récréation et le mercredi, pendant lesquels elle s’échappe dans un monde imaginaire. Pour se consoler, elle se dit que les autres enfants ne sont pas intéressants, à part le Bel Angelo...

    La Géante Solitude est d’abord acceptée par les autres enfants puis, en grandissant, elle devient gênante pour les hommes. En buvant toute l’eau de la rivière pour épancher sa soif, elle leur donne un excellent argument pour qu’ils la chassent définitivement du pays. Le long de sa route, les autres hommes qu’elle croisera la considéreront comme un tracas de plus à supporter, en plus de la faim, des inondations, etc ...

    La solitude peut être la conséquence de l’exclusion, mais bien souvent, dans les albums jeunesses, les héros s’en sortent avec des amis, après s’être ouverts aux autres. Sans être obligé de correspondre aux normes, en allant au delà du rejet, les héros trouvent des moyens de sortir de l’isolement ou d’apprivoiser leur solitude. Les moments de solitude sont l’occasion pour eux de se laisser aller à l’imaginaire, comme pour Cerise ou Robinsone. La période de solitude est aussi le moment pour les héros de réfléchir sur eux-même, sur leur place, la vie en société, ...

    2. La solitude pour se construire

    D’où vient le Petit Être ? Pourquoi voyage t-il seul ? Les origines de la Géante Solitude sont elles aussi mystérieuses. Ces deux personnages vivent un voyage initiatique et il faut réussir à comprendre le sens métaphorique du récit pour bien saisir le message de l’auteur.

    Seul, trainant derrière lui une charrette pleine d’un tas de choses amassées au cours de son voyage, le Petit Être paraît cheminer en solitaire depuis longtemps. La ville n’est pas le terme de son voyage mais un lieu où il pense trouver l’objet de sa quête : un compagnon de route, quelqu’un avec qui partager ses expériences. Tout ces objets sont peut-être issus de rencontres faites à plusieurs étapes de son parcours ? Son cheminement est en réalité une quête du bonheur, il n’est pas rejeté par les autres mais, ses rencontres n’amènent pas des liens d’amitié forts, ce qu’il recherche, car la solitude ne lui convient pas.

    Il ne semble avoir aucune attache, être libre. Être seul c’est être libre ? Ce n’est pas ce que pense la Géante Solitude au début de son voyage. La Géante elle trouve dans son voyage solitaire une identité, un loup la baptise Géante Solitude. Pour elle, la solitude est l’occasion de réfléchir à son rôle, ses origines, sa place sur terre, dans un monde où personne ne semble l’accepter. L’aboutissement de son voyage solitaire lui fera comprendre que l’essence même de son existence est la solitude. Fuie et détestée par les hommes vivant en communauté, recherchée par les individus qui ont besoin d’un moment de calme pour se ressourcer, réfléchir, être seuls.

    Pour Cerise, comme pour Robinsone, pendant leurs moments de solitude, elles échappent à la réalité. Pour oublier leurs chagrins et leurs problèmes, elles partent dans un jardin secret, dans leur imaginaires. Pour Robinsone surtout, qui est une adolescente en crise, ces instants lui permettent de se poser pour réfléchir et trouver des solutions, prendre des décisions.

    La solitude n’est pas du tout liée à l’ennui mais plutôt au développement de l’imagination et à la construction de soi.

    Être seul permet de prendre du recul, de gagner en indépendance, de quitter la communauté et ses règles pendant quelques temps pour méditer ou découvrir de nouvelles choses en dehors du cercle habituels. Les lecteurs de ses albums pourront réflechir aussi à toutes ces questions après avoir lu ces récits.

    Pourtant, l’homme n’est pas un animal solitaire comme le loup que croise la Géante, il a besoin pour exister de la présence et de la reconnaissance des autres, d’où la nécessité de rompre cette solitude.

    3. Rompre la solitude

    Pour rompre leur solitude, les personnages de ces fictions s’y prennent chacun à leur manière, se trompent parfois mais finissent par réussir.

    Le Petit Être arrive les bras chargés de cadeaux, qu’il distribue croyant faire plaisir et trouver des amis : une lumière pour celui qui cherche son chemin dans la nuit, sa chemise à la fleur qui tremble de froid, ... Il est très généreux mais après l’avoir rapidement remercié, ils continuent leur vie sans se soucier de lui. Dans ce récit, on cherche à rappeler que l’amitié ne s’achète pas. C’est quand lui aura besoin d’aide et de réconfort que quelqu’un viendra vers lui, le réchauffer sans rien attendre en retour et devenir son amie.

    Cerise et Griotte (JPG) Cerise sort de sa coquille en prenant sous son aile la chienne perdue, qu’elle baptise Griotte, la défend lorsque les autres se moquent de son aspect plissés. Le seul problème, c’est qu’elle veut garder la chienne pour elle seule, éviter que ses maîtres reviennent la chercher à la fourrière. Finalement, elle acceptera de partager son amitié avec Griotte-Gorgonzola quand elle se rendra compte que le maître n’est autre que le Bel Angelo.

    Robinsone se rend compte qu’elle n’est pas si seule que ça, à travers ses épreuves, elle comprend qui sont ses vrais amis. Une infirmière lui explique que pour se faire apprécier des autres, il faut s’oublier, ne pas parler de ses problèmes et écouter ceux des autres. Pourtant, c’est quand elle accepte enfin de partager son île et ses problèmes avec Ludivine qu’une amitié solide commence.

    La solitude pour les enfants est à la fois un sentiment douloureux et une occasion de s’échapper vers des mondes imaginaires. L’isolement, l’exclusion de la société mènent à une solitude douloureuse que les héros s’efforcent de rompre, plus ou moins activement.

    ● Conclusion ●

    Pour conclure, La Géante Solitude commence sur une citation d’André Malraux :" S"il existe une solitude où le solitaire est abandonné, il en existe une où il n’est solitaire que parce que les hommes ne l’ont pas encore rejoint".

    À travers les héros de ces récits, on suit le parcours d’individus qui apprivoisent leur solitude et réussissent à la rompre, en apprenant à vivre avec eux-même et surtout avec les autres.

    ● ● ●

    Cécile DOUSSINEAU, DEUST 2.