Site littérature jeunesse de lille 3

L’image du CHAPERON ROUGE dans les contes détournés (mini thèse)

ou un nouveau petit chaperon rouge
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Derniers messages publiés dans les forums

    Il existe plus de trente versions différentes dont deux versions sont directement clairement inspirées par Perrault et vingt versions viennent de la tradition orale et une douzaine sont mixtes. Nous tenterons ici d’analyser différentes images que véhiculent différentes versions du célèbre conte.

    Un portrait flatteur, conforme à l’esprit de Perrault...

    Certain contes, tel Le petit chaperon rouge à Manhattan de Carmen Martin Gaite, nous offre l’image d’une gentille petite fille, curieuse et imaginative. Les caractéristiques données alors dans ces contes renforcent l’image que lui avait auparavant donnée Perrault. Dans ce cas là, la petite fille est gentille, serviable et bien sous tout rapport, seul le dénouement s’éloigne du conte originel.

    (JPG) Dans Le petit chapon rond rouge de Claude Marie, le petit chaperon est alors un chapon courageux qui sauvera le poulailler du loup.

    Plusieurs contes insistent sur le côté insouciant du Petit Chaperon rouge qui se « jette » dans la gueule du loup ; telle Sarah dans Le petit chaperon rouge à Manhattan qui ne songe pas une seule seconde que le loup puisse être méchant et qui pense même que « le loup montrait un visage si gentil, quémandant la tendresse, que le petit chaperon rouge n’avait d’autre solution que de lui faire confiance et de lui rendre un sourire charmant. Il inspirait confiance aussi à Sarah, il ne lui faisait pas du tout peur ; il était impossible qu’un animal aussi sympathique puisse manger qui que soit. La fin de l’histoire ne pouvait être une erreur. » Il est amusant de voir que dans cette vision moderne du conte, le Petit Chaperon rouge se comporte comme le personnage originel de Perrault et on peut se demander si M. Woolf n’avait été gentil, le Petit chaperon rouge, alias Sarah, s’en serait-il sorti...

    Une sacrée chipie, un portrait peu flatteur...

    Certains auteurs veulent complètement détourner le conte et font du Chaperon Rouge une gamine insupportable.

    (JPG) Dans Le petit chaperon vert de Grégoire Solotareff, le Petit chaperon rouge se trouve être menteuse et prétentieuse, mais on peut se demander tout de même si le Petit chaperon vert n’est pas un peu jalouse de la renommée de celle-ci. En tous cas, le Petit Chaperon rouge passe dans ce conte pour une petite peste qui se vante d’avoir été mangé par le loup mais comme elle ment souvent, personne ne la croit (Mais ce conte rappelle également l’histoire du petit garçon qui criait Au feu !).

    (JPG) Philippe Corentin dans Mademoiselle sauve qui peut, nous offre une autre version de chipie infernale, un personnage au tempérament fort qui va à l’encontre du personnage initial. Celle-ci est tellement insupportable qu’elle fait fuir les animaux sur son passage qu’elle fait peur au loup qui ne trouve d’autre cachette que dans le lit de la grand-mère.

    « Ça y est, elle est partie ? »S’inquiéta le loup. « Mais oui », dit la grand-mère. On notera qu’il s’agit d’un autre conte montrant la gentillesse du loup et un portrait peu flatteur, même un peu effrayant du chaperon qui tape sur les nerfs.

    La jalousie est également un gros défaut du Petit Chaperon comme le fut Le Petit Chaperon bleu marine de Philippe Dumas et de Boris Moissard. La petite fille est tellement jalouse de la renommée de son aïeule qu’elle finira, par vanité, à libérer un loup d’un zoo qui s’échappera et qu’elle voudra répéter la scène du lit avec sa grand-mère (le vrai Petit chaperon rouge) et que sadiquement elle ira jusqu’à l’enfermer dans la cage libre du loup fugitif. Il est drôle de noter que la moralité de la fin est détournée au profit du loup.

    On peut également ajouter que le Petit Chaperon Rouge doit face à sa renommé et qu’elle en garde bien souvent un air suffisant et hautain, comme le montre Roser Capdevila dans Camomille et les trois petites sœurs chez le Petit Chaperon rouge.

    Comme lorsqu’elle déclare d’un air suffisant et supérieur : « Le loup ? Ha !ha ! Il n’y en a pas, par ici. C’est juste une farce pour attirer les touristes ! Allez, salut ! Mère-Grand m’attend : je dois essayer mon maquillage pour la télévision ».

    Une petite fille moderne...

    Les auteurs pour se différencier de la version originelle tente tout d’abord de donner des indications temporelles et spatiales. Ainsi, dans Le petit Chaperon rouge à Manhattan, le petit chaperon rouge s’appelle Sarah, elle a 10 ans et vit à Brooklyn avec ses deux parents ( oui, il est surprenant de noter la présence du père mais bizarrement , il n’apprécie pas trop la grand-mère). On notera également que les parents ont un métier, ainsi que la grand-mère. Le petit chaperon rouge veut plus tard être actrice (peut être pour jouer son propre rôle...). Mais nous noterons que pour tous les contes l’enfant est toujours vêtu de rouge, signe de la fatalité du conte...

    Dans la version de Cami, le petit chaperon rouge habite dans un appartement en banlieue avec ses parents et va à l’école. C’est une petite fille comme on en trouve de nos jours. Elle a retenu les leçons du passé et les erreurs qu’à commis le Petit chaperon rouge initial, ce qui lui permet de ne pas être mangé par le loup.

    (JPG) Jean Claverie nous offre, quand à lui, un Petit Chaperon rouge urbain et moderne ,habitant en ville et dont la mère tient une pizzéria mobile. La galette est donc transformée en pizza bien rouge et le petit pot de beurre en coulis de tomate. On peut voir le loup portait des baskets et la grand-mère est fan de cassette-vidéo.

    Une image sensuelle du chaperon...

    (JPG) Certains auteurs insistent sur le coté sensuel qu’il peut y avoir dans le conte du Petit chaperon rouge. Ils s’amusent ainsi à mettre en lumière les sens cachés (et notamment le sous-texte sexuel). Ainsi, Jacques Ferron nous présente une jeune fille sexuée et sexy qui aime se dandiner pour mettre en valeur ses formes naissantes. De même Tex Avery, dans Red Hot Riding Hood, le Petit chaperon rouge est métamorphosée en jeune femme sexy et pulpeuse, symbole de la tentation féminine, qui rend fou de désir le loup (il siffle, il hurle, il a les yeux qui le sorte littéralement de la tête ; la langue qui tombe sur la table...).

    (JPG) Les photographies de Sarah Moon donnent également une vision très sexuée du Petit Chaperon rouge. Celle-ci développe notamment les thèmes du désir, de la tentation et de la gourmandise. On notera que la photographie qui clôture l’album montre l’empreinte d’une étreinte passionnelle laissé au creux d’un lit blanc. On notera que l’image de la jeune fille sensuelle a été repris pour une utilisation commerciale dans la publicité pour le parfum Chanel n°5 , réalisée par Luc Besson en 1998 qui insiste sur la thématique de gourmandise et de tentation.

    (JPG) Le Chaperon Rouge adapté et mis en scène par Florence Lavaud, Un Petit Chaperon rouge, insiste sur la vision de l’innocence et la virginité perdu de celui-ci. « La jeune fille, innocente, inconsciente, inquiète surement est inexorablement attiré par ce séducteur malin ». On voit ainsi que, selon Bruno Bettelheim, « le petit chaperon rouge a perdu de son innocence enfantine en rencontrant les dangers qui existent en elle ».

    (JPG) Ces différents auteurs montrent les connotations sexuelles qui existait déjà dans le conte originel mais prennent le parti de le souligner de manière plus suggestive (afin de le démontrer parfois à l’excès comme chez Tex Avery).

    © Cindy Delory, mai 2008

    Deust 2 Métiers du livre et des bibliothèques

    Post-scriptum

    Bibliographie

    BETTELHEIM, Bruno. Psychanalyse des contes de fées. Paris : R. Laffont, 2007. 476 p. : couv. ill. en coul. ; 18 x 11 cm. ( Pocket, 10770) ISBN 978-2-266-09578-5 (broché) 8,80 €

    CAPDEVILA, Roser ill. Camomille et les Trois Petites Soeurs chez le Petit Chaperon rouge. Paris : éd. du Sorbier, 2004. 32 p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 19 x 14 cm. ISBN 2-7320-3792-3 (relié) 5,00 €

    CARRER, Chiara ill. Le Petit Chaperon rouge. Genève (Suisse) : La joie de lire, 2005. 24 p. : ill. en coul. , couv. ill. en coul. ; 20 x 20 cm. ISBN 2-88258-328-1 (cartonné) 14 €

    CLAVERIE, Jean. Le Petit Chaperon rouge. Paris : Albin Michel Jeunesse, 1994. 24 p. : ill. en coul. , couv. ill. en coul. ; 23 x 23 cm. ISBN 2-226-06262-9 (cartonné) 12 €

    CLEMENT, Claude. FORESTIER, Isabelle ill. Un Petit Chaperon rouge. Paris : Grasset Jeunesse, 2000. 24 p. : ill. en coul. , couv. ill. en coul. ; 25 x 22 cm. ISBN 2-246-60131-2 (cartonné) 10,60 €

    COLLOGNAT, Annie. DELMAS, Marie-Charlotte. DORE, Gustave ill. Les contes de Perrault dans tous leurs états. Paris : Omnibus, 2007. 1048 p. : ill. , couv. ill. en coul. ; 20 x 14 cm. ISBN 978-2-258-07375-3 (broché) 22,00 €

    CORENTIN, Philippe. Mademoiselle Sauve-qui-peut. Paris : L’école des loisirs, 1996. 26 p. : ill. en coul. , couv. ill. en coul. ; 25 x 33 cm. ISBN 2-211-04115-5 (cartonné) 13,50 €

    DUMAS, Philippe. MOISSARD, Boris. Contes à l’envers. Paris : L’école des loisirs, 1977. 67 p. : ill. , couv. ill. en coul. ; 19 x 13 cm.(Renard poche, 0337-7946) ISBN 2-211-04529-4 ( broché) 5,20 €

    MARTIN GAITE, Carmen. DUPRAT-DEBENNE, Mireille trad. Le petit chaperon rouge à Manhattan. Paris : Castor poche-Flammarion, 1998. 202 p. : couv. ill. en coul. ; 18 x 13 cm. ( Castor poche. Sénior, 633) ISBN 2-08-164208-5 (broché) 5,70 €

    Le grand méchant livre du loup. Paris : Bayard Jeunesse, 2003. 120 p. : ill. en coul. , couv. ill. en coul. ; 26 x 23 cm. ISBN 2-7470-0912-2 (relié) 16,90 €

    LASCAULT, Gilbert. Le Petit Chaperon Rouge, partout. Paris : Seghers, 1989. 63 p. : couv. ill. en coul. ; 18 x 13 cm. ISBN 2-232-10256-4 (broché) 10,52 €

    MARIE, Claude. Le Petit Chapon rond rouge. Querqueville (Manche) : Motus, 2005. 26 p. : ill. ; 15 x 11 cm. ( Mouchoir de poche) ISBN 2-907354-63-9 (broché) 4,50 €

    SOLOTAREFF, Grégoire. NADJA trad. Le Petit Chaperon vert. Paris : L’école des loisirs, 2004. 43 p. : ill. en coul. , couv. ill. en coul. ; 19 x 13 cm. (Mouche) ISBN 2-211-02894-2 (broché) 5,20 €

    Sans oublier Red Hot Riding hot de Tex Avery

    Forum de l'article : 1 contribution(s) au forum

    L’image du chaperon rouge dans les contes détournés, Par : bnkm, 16 décembre 2008
    vous etes ....................ok :-d :-d
    Retour au début des forums