Site littérature jeunesse de lille 3

Voici comment sont nées les histoires, de Catherine Gendrin et Laurent Corvaisier

Un livre jeunesse drôle et qui appelle à la tolérance
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Avec Voici comment sont nées les histoires, Catherine Gendrin et Laurent Corvaisier réinventent la création du monde à leur façon. Cette histoire reprend très largement des idées religieuses puisque le personnage principal est Dieu.
    (JPG)
    © Rue Du Monde, 2006

    Tolérance

    On assiste à la création du monde : Dieu semble être quelque part sur terre. Il s’amuse à créer différentes espèces en couple : toujours un mâle et une femelle. De peur que la Terre ne soit trop peuplée, il ne crée pas deux couples identiques. De plus il n’aime pas se répéter. Un jour, Dieu se dit que sa nouvelle création tiendra debout : il crée ainsi les hommes. Les premiers sont trop cuits : ils sont noirs et ont les cheveux frisés. Dieu les place en Afrique. Les seconds ne le sont pas assez : leur peau est très blanche et leurs cheveux sont blonds. Dieu les place en Europe. Il en crée ensuite d’autres qu’il place en Asie puis en Amérique. Et là Dieu trouve que c’est assez. Il ne veut plus créer d’autres espèces. Alors il crée des concepts. Il appelle le premier amour. Les effets sont inattendus : M. et Mme Tortue qui ont expérimenté ce concept ont des enfants...

    Ce livre traite bien évidemment de la tolérance : ce n’est pas pour rien que Mme Blanc choisit M. Noir et ainsi de suite. Le texte dit même que ces mélanges sont « d’un point de vue artistique, très réussis ». De plus, quand Dieu n’aime pas ses créations (il trouve les hippopotames laids), il préfère les garder en se disant que « la beauté, ce n’est pas tout dans la vie ».

    Humour et originalité

    Il y a également une partie humoristique : Dieu est présenté comme fainéant, il s’endort facilement, il ne veut pas faire deux fois la même chose car ça l’ennuie ... Le passage qui veut expliquer l’expression « un cœur dur comme la pierre » est également amusant, pour un enfant comme pour ses parents. De plus, la façon dont se sont créées les histoires, avec l’explication du chantage que font les parents, permet à l’enfant de se retrouver dans cette histoire.

    Les illustrations de ce livre jeunesse sont très originales. On remarque une utilisation de couleurs vives et de traits plutôt grossiers. Ainsi, la couleur est l’essence même des dessins. Les hommes et les femmes sont dessinés nus, sans tabous sans que cela soit choquant. Les images sont très importantes car elles complètent entièrement le texte. L’un ne va pas sans l’autre. En effet, les illustrations permettent de nous représenter le monde que le texte nous décrit. Leur principale fonction est donc d’ouvrir l’enfant à ce monde imaginaire. C’est pour cela que les images représentent le réel mais d’une façon particulière. Les perspectives ne sont absolument pas respectées. On a une impression de superposition entre les différents éléments de l’image.

    Cet album est donc très intéressant pour les enfants : il revisite un mythe de la création du monde, il est drôle, les enfants se retrouvent dans certaines histoires et surtout il appelle à la tolérance.

    Marie Sledzianowski

    L1 HSI Langues et Culture Antiques, 2007/2008


    Autre avis

    Dieu le créateur, un peu distrait, travaille : il fait, à l’aide d’argile, l’homme et la femme qu’il installe en Afrique, en Europe, en Asie, en Amérique. Lorsqu’il invente, grâce à une nouvelle recette, le concept d’amour et l’essaye sur un couple de tortues, il ne sait pas qu’il aura fort à faire...

    Voici une nouvelle version, à la fois poétique et malicieuse, de l’histoire de la Création. Cette album aborde des thèmes traditionnels, des sujets plus délicats tels de la tolérance, la mixité, l’amour, la mort. L’auteur, Catherine Gendrin, a coopéré à la création du 1er festival pour la Jeunesse de Montreuil. Conteuse et voyageuse, elle s’inspire des mythes, des légendes, de la littérature contemporaine des 4 coins du monde. L’illustrateur Laurent Corvaisier a plusieurs « casquettes » en tant que peintre et enseignant à l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs. Ses illustrations saisissantes , aux coloris vifs, qui capte l’enfant, sont loin d’un classicisme picturale et s’inspire du fauvisme. L’enfant à partir de 6 ans peut s’ouvrir au monde qui l’entoure, grâce aux thèmes abordés toute en légèreté. Les éditions Rue Du Monde ont toujours allié un certain militantisme à l’originalité.

    L. Lelieur, Deust 1 Métiers des bibliothèques et de la Documentation

    Post-scriptum

    GENDRIN, Catherine, COURVAISIER Laurent ill. Voici comment sont nées les histoires. Rue Du Monde, 2006. 32 p. : ill. en coul. ; 30 x 30 cm. (Pas comme les autres). ISBN 10 2-915569-58-4 Cartonné, 16.00 €(

    À partir de 8 ans

    Mots clés : création du monde, Dieu, tolérance, mythe fondateur, origine du monde

    Pour en savoir plus

    Catherine Gendrin est conteuse et comédienne. Depuis 20 ans, elle colporte des contes qu’elle revisite aux quatre coins du pays.

    Laurent Corvaisier est peintre, illustrateur pour l’édition, la presse ; il crée des affiches et travaille aussi pour la publicité. Il est également professeur au département d’illustration et de gravure de l’ENSAD (Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs). Depuis 1991 il illustre de nombreux livres pour enfants chez plusieurs éditeurs.

    En 2005, ils ont collaboré pour l’éditeur Rue du Monde avec Tour du monde des contes sur les ailes d’un oiseau. Leur seconde collaboration a lieu en 2006 avec Voici comment sont nées les histoires.

    L’objectif de la maison d’édition Rue du Monde est de créer des livres qui remettent le monde en question, qui l’interrogent. L’imaginaire y prend une place très importante. De plus, la maison d’édition Rue du Monde essaye d’ouvrir les enfants à d’autres cultures.