Site littérature jeunesse de lille 3

Le Souffle de la Hyène, de Pierre Bottero

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    (PNG)
    "Le souffle de la Hyène" est le premier tome de la trilogie de Pierre BOTTERO. La couverture illustrée par Didier GUARGUILO laisse imaginer quels seront les mystères de l’histoire, elle en reprend beaucoup d’éléments dans un style agréable. Il est à remarquer que le titre de la trilogie est d’avantage mis en avant que le titre du tome, sur le même principe que les deux autres convertures qui constituent la suite de l’histoire.

    En écrivant la trilogie de L’Autre, Pierre Bottero a voulu partager sa passion pour la littérature fantastique en proposant à son lecteur un univers mêlant réalité quotidienne, magie, et personnages hors du commun. Mais au-delà de cet univers magique, cet ex-instituteur a voulu aborder des thèmes intéressants pour le lecteur qu’est l’adolescent afin de l’aider à mieux comprendre cette phase qu’il vit, de lui montrer qu’il n’est pas le seul à la vivre. On peut donc se demander comment ce roman, à travers un univers permettant au lecteur de s’évader, parvient à lui délivrer des messages. Après avoir montré comment l’univers que propose Pierre Bottero arrive à attirer le lecteur, nous verrons quels sont les messages que ce dernier veut lui faire passer.

    Natan est un jeune lycéen ordinaire vivant au Canada. Ordinaire ou presque. Car depuis toujours il a la faculté d’exceller dans n’importe quelle discipline sportive pour atteindre, en peu de temps, le niveau d’un professionnel. Mais lorsque deux hommes étranges en costumes noirs le suivent, et que ses parents se font assassiner, Natan comprend qu’il n’est pas un garçon comme les autres, qu’il est en danger, et surtout, qu’il doit fuir.

    Dans son roman, Pierre Bottero a voulu créer un univers pour attirer le lecteur adolescent aux moyens d’une structure claire, de personnages et de lieux insolites.

    (JPG)
    Pierre BOTTERO

    Tout d’abord, Pierre Bottero a choisi d’écrire Le Souffle de la Hyène dans une structure assez simple. En effet le livre est divisé en quatre parties plus ou moins longues, chacune divisées en chapitres assez courts. Cette division en parties permet le changement d’un lieu important à un autre, que ce soit un lieu faisant partie de notre monde réel ou non. Par exemple, dans la première partie s’intitulant « Le Souffle de la Hyène », l’action se passe dans des lieux qui nous paraissent ordinaires ou familiers, comme le lycée, le hall d’un aéroport ou encore un parking. De plus on remarque que des lieux qui existent réellement sont cités tels que le Canada, Marseille, Vitrolles. En revanche, la seconde partie s’intitulant « La Maison dans l’Ailleurs » propose un lieu imaginaire, dénué de toute logique, puisque l’espace et le temps sont différents des nôtres. Ce passage d’une partie à une autre permet donc à l’auteur de structurer son récit pour une meilleure compréhension. De plus, les chapitres assez courts permettent au lecteur une rapide accroche de l’histoire car ils se finissent le plus généralement par une note de suspense.

    Ensuite, les personnages hors du commun présent dans ce roman peuvent attirer le lecteur adolescent de par la magie qui s’en dégage. En effet, on retrouve dans ce roman des personnages irréels tels que des « helbrumes », hommes en costumes noirs et dépourvus de visages, des « lycanthropes », sortes de loups-garous, et des êtres humains possédant des dons exceptionnels. Ces derniers appartiennent à sept Familles différentes, possédant chacune son propre don. Ces Familles avaient pour but de veiller sur un être maléfique, L’Autre, afin qu’il ne nuise pas au monde. Les deux héros de cette histoire appartiennent à ces Familles. Ainsi Natan, faisant partie de la Famille des Cogistes, est pourvu de qualités physiques et intellectuelles hors normes, et Shaé, puisqu’elle appartient à la Famille des Métamorphes, est capable de se transformer en n’importe quel animal pourvu qu’il ne soit ni trop gros, ni trop petit. Il est à noter que les deux héros sont respectivement un garçon et une fille, ce qui permet au lecteur de s’identifier à l’un des personnages. De plus leur âge n’est pas mentionné mais on sait qu’ils fréquentent le lycée ce qui les rapproche de l’âge du lecteur. Enfin, hormis leurs capacités extraordinaires, ils ressemblent à n’importe quel adolescent de leur âge avec les mêmes qualités et les mêmes défauts. L’identification du lecteur à ces personnages n’en est que plus forte et réaliste.

    Enfin, en dehors des lieux réels cités, Pierre Bottero nous offre tout un panel de lieux extraordinaires. Tout d’abord, la deuxième partie du livre traite en grande partie de la « Maison dans l’Ailleurs », maison appartenant aux Familles et nécessitant plusieurs journées, si ce n’est plus, pour la visiter. En effet, cette maison est tellement immense, que certaines pièces n’ont jamais été découvertes et que certaines personnes s’y sont perdues. De plus, l’extérieur de cette maison relève de l’étrange puisqu’il est composé d’une plaine d’herbe qui s’étend à l’infini. Or, il est impossible pour quiconque de marcher sur cette pelouse car elle dévore tout ce qui s’y trouve. Ceci ajoute encore plus à l’univers mystérieux qu’a voulu créer Pierre Bottero car personne ne sait ce qui se trouve au-delà de cette plaine. On retrouve d’ailleurs sur la première de couverture du livre une illustration représentant cette pelouse, qui se continue sur la quatrième de couverture. L’illustrateur a voulu insister sur l’infini de cette étendu verte, et lorsque l’on regarde les deux illustrations l’une à côté de l’autre, on peut remarquer que l’on se retrouve à l’intérieur de La Maison dans l’Ailleurs puisque notre vision passe au travers d’une fenêtre et que l’on retrouve des morceaux de la maison sur les coins.

    Le Souffle de la Hyène présente donc tous les éléments permettant au lecteur de rêver et de s’échapper de son quotidien.

    Au delà de l’univers magique que Pierre Bottero a créé, apparaissent des messages que l’auteur veut faire passer au jeune lecteur afin de l’aider à mieux comprendre la période d’adolescence dans laquelle il vit.

    Le premier thème que Pierre Bottero a voulu aborder est celui de l’adolescence, et plus précisément sur les difficultés de cette période. Les héros de cette trilogie sont évidemment des adolescents, mais c’est sous forme de métaphore que l’auteur aborde ce point. En effet, on retrouve dans le personnage de Shaé, l’héroïne de ce roman, le mal-être de l’adolescence sous forme de bête ou de « chose » comme elle se plait à l’appeler et qui prend le contrôle sur elle chaque fois qu’une situation qui l’effraie la dérange. On retrouve ce cas dans le premier chapitre qui parle de l’héroïne lorsqu’elle se fait agresser par des garçons. On remarque alors que sa transformation en hyène permet de la protéger mais qu’elle l’éloigne de la société par peur de montrer sa différence aux autres. On peut cependant noter que l’animal n’est pas choisit au hasard. Lorsque Shaé vit dans la peur et le manque de confiance à autrui, elle parvient à se changer en un seul animal : une hyène qui prend totalement le contrôle sur elle. Mais lorsqu’elle découvre la confiance grâce à l’amitié et la sincérité de Natan, elle arrive à contrôler ses transformations qui ne sont plus en hyène mais en magnifique panthère noire. Ce changement d’animal peut nous faire penser à une deuxième métaphore, celle de l’évolution du vilain canard en cygne. On comprend alors que grâce aux expériences sous formes d’aventures, Shaé a évolué, elle a grandi et gagné en maturité. Ceci est à l’image de tout adolescent qui a besoin de vivre ses propres expériences pour grandir et donner sa confiance aux autres.

    Ensuite, à travers le thème récurrent du combat entre le bien et le mal que l’on retrouve dans la littérature fantastique, Pierre Bottero a voulu mettre en avant le courage et la confiance en soi et en ceux qui nous entourent. En effet, les personnages qualifiés de mauvais se retrouvent dans le personnage mystérieux et maléfique qu’est « L’Autre » ainsi que dans les créatures qu’il envoie pour éliminer Natan et Shaé comme les helbrumes ou encore les lycanthropes. Les deux adolescents, incarnant le bien, doivent combattre ces être malfaisants afin de sauver le monde. On retrouve donc ici le thème du combat entre le bien et le mal, seulement la question de courage est mise en avant. Lorsque Shaé et Natan comprennent leur destinée, ils hésitent à la fuir pour finalement lui faire face. Ce courage nécessite donc une confiance en soi, et c’est plus précisément une confiance en ceux qui nous entourent que Pierre Bottero a voulu montrer. En effet, dans Le Souffle de la Hyène on retrouve un personnage assez mystérieux qui apparaît à plusieurs reprises dans le livre. Il s’agit d’un Guide qui incarne la septième Famille. Personnage assez étrange et rempli de mystère, notre premier contact avec lui nous incite à penser qu’il œuvre pour le mal car il conduit Shaé tout droit dans un piège. Puis, on se rend compte que ses actes ne sont pas malveillants car, en mettant Shaé dans une mauvaise posture, il a permit la rencontre entre les deux héros. De plus, c’est lui qui indique aux deux adolescents leur destin héroïque s’ils usent de courage. On se rend compte que ce personnage assez ambigu est en réalité digne de confiance, et que la première impression n’est pas forcément la bonne.

    Le but final de ce roman est d’amener le lecteur à comprendre qu’il n’est pas le seul à vivre les changements que propose l’adolescence. Lorsque Shaé n’arrive pas à contrôler « La Chose » qui est en elle, cela réfère aux changements physiques qui surprend toute jeune fille durant l’adolescence et que l’on ne peut pas contrôler. Pierre Bottero explique ce thème dans un univers particulier, celui ou l’on peut rêver et où le lecteur peut se permettre d’imaginer que tout est possible. Le récit fantastique serait alors un récit qui pousserait toute personne à dépasser ses craintes pour apprendre à vivre en société comme ce fut le cas avec le personnage de Shaé. En révélant sa véritable identité à Natan, et donc en faisant face à la peur d’être découverte, elle a appris à faire confiance et à ne plus s’isoler du monde extérieur. Cette confiance qu’elle a réussit à donner lui a permis de gagner en maturité. Ainsi, à travers ce roman, on comprend qu’il est parfois nécessaire d’apprendre à donner sa confiance pour pouvoir grandir.

    Les thèmes abordés sont donc ceux touchant l’adolescence, et le choix d’un jeune homme et d’une jeune fille pour héros permet au lecteur de s’en identifier afin de mieux comprendre les idées que veut lui faire passer l’auteur.

    Les idées que Pierre Bottero veut faire passer se présentent donc pour la plupart sous forme de métaphores afin de ne pas perturber le lecteur et de ne pas le couper de l’univers magique dans lequel il baigne depuis le début de sa lecture. Je conseille donc ce roman pour les adolescents qui aiment la littérature fantastique. Il est cependant à noter qu’il s’agit du premier tome d’une trilogie et que la lecture seule de ce roman ne permettra pas au lecteur de comprendre tous les mystères de l’histoire.

    A propos du livre...

    Biographie de l’auteur...

    Caroline Z., L1 Humanités Sciences de l’Information, UFR Langues et Cultures Antiques.

    Post-scriptum

    BOTTERO, Pierre, GUARGUILO Didier. Le Souffle de la Hyène. Paris : Rageot, 2006. 307 p. ; 13cm x 23cm. ISBN 2 7002 3119 8. 15 €.