Site littérature jeunesse de lille 3

La PREMIERE GUERRE MONDIALE racontée aux enfants (mini thèse)

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Pratiquement tous les sujets ont été traités dans la littérature jeunesse. La Première guerre mondiale fait partie des sujets difficiles à aborder du fait de la violence et de la barbarie qui se sont exprimées durant les quatre années du conflit. Nous allons voir dans cet exposé par quels moyens on peut parler de la Première Guerre mondiale à des enfants.

    L’histoire a toujours été racontée aux enfants et aux adolescents. L’Antiquité et l’Empire romain ont souvent fasciné les jeunes, le Moyen-Age avec ses châteaux, ses chevaliers et ses princesses, a toujours plu. L’Époque moderne, quant à elle, est plus obscure pour les plus jeunes mais la Révolution française est largement traitée dans le primaire et le secondaire. Quant est-il alors de l’Époque contemporaine et surtout des conflits mondiaux ? Comment aborder le sujet des guerres modernes qui sont beaucoup plus violentes et qui touchent à la fois les soldats et les civils. Comment est racontée l’histoire de la boucherie et de l’horreur de la Grande Guerre dans le Nord de la France entre 1914 et 1918 ?

    Cet exposé va essayer de répondre à ces questions grâce à l’étude de trois ouvrages pour enfants qui parlent de la Première Guerre mondiale.

    Ce corpus de document est composé de deux albums et d’un documentaire. Nous allons voir dans les différentes parties de l’exposé les moyens pour raconter la première guerre mondiale à des enfants, ce que l’on raconte de la guerre et dans quel but on raconte cette histoire.

    1.Comment raconter la Première guerre mondiale à des enfants ?

    a) Le récit épistolaire

    (JPG) C’est l’une des méthodes utilisées pour raconter la Première guerre mondiale. On la retrouve dans L’horizon bleu et dans le journal d’un enfant pendant la Grande Guerre. Il y a du reste dans ce documentaire l’utilisation d’un autre procédé qui et le journal intime. L’utilisation du courrier comme support n’est pas anodin car c’est de cette même façon que les gens communiquaient à l’époque et donc cela donne un moyen de valider le discours et de le rendre plus vrai que nature. De plus, ce procédé ainsi que le journal intime donnent comme sensation d’entrer dans l’histoire, de la vivre comme si c’était nous les personnages et donc d’être plus touché. Il y a aussi, et nous l’avons déjà vu, le fait que la communication par lettres et le journal intime étaient très utilisés à cette époque et de nous montrer que ce sont ces traces du passé qui nous ont permis d’écrire l’histoire.

    b) L’importance de l’image

    L’utilisation de l’image n’est pas une chose propre aux documents qui parlent de la Première Guerre mondiale. L’image est largement utilisée par les documentaires pour illustrer un fait car les enfants sont très sensibles au fait qu’ils peuvent se représenter les choses. Dans le documentaire Le journal d’un enfant pendant la grande guerre il y a une distinction entre les illustrations du récit, qui sont plus abstraites, et celles purement documentaires qui sont plus détaillées et qui comportent une légende. Il y a même de temps à autre une photographies d’un objet d’époque.

    L’enfant étant très sensible à l’image pour comprendre les choses, celles-ci ne sont ni violentes ni choquantes pour ne pas heurter la sensibilité des lecteurs. Les blessures par exemple sont suggérées et même lorsque l’auteur les représente comme dans le livre de PEF Zappe la guerre elles ne risquent pas de troubler les âmes sensibles car, dans ce cas précis, on a l’impression de voir des pantins désarticulés plutôt que des soldats ayant d’affreuses blessures.

    L’image complète le texte mais le texte complète aussi l’image et lorsque l’image n’arrive pas à traduire, par exemple, le barbarie du conflit, le texte prend le relais. Dans un ouvrage pour la jeunesse l’image et le texte sont souvent indissociables.

    2.Que raconter aux enfants sur la Première Guerre mondiale ?

    Le plus souvent les auteurs décident d’utiliser, comme toile de fond, la chronologie des événements qui égrainent la Première Guerre mondiale. Ce plan chronologique sert d’appui pour raconter la vie quotidienne des soldats au front mais aussi des civils qui sont, pour la première fois, touchés par le conflit.

    (PNG)

    Suivant la tranche d’âge à laquelle est destiné l’ouvrage les détails sur la vie quotidienne des soldats vont être plus ou moins précis. Dans L’horizon bleu, destiné à un public de pré-ados, il y a une description très précise de l’horreur du champ de bataille et surtout il y a le point de vue psychologique des personnages. Cet ouvrage nous retrace la descente en enfer du soldat. Le journal d’un enfant Pendant la Grande Guerre parle peu des conditions de vie du soldat et est plus détaché, car il a un point de vue pédagogique et documentaire et la volonté d’être le plus neutre possible. L’auteur, grâce à l’utilisation du journal intime, peut se substituer à la neutralité pour faire passer quelques sentiments aux lecteurs.

    Avec l’histoire de la Première Guerre mondiale on voit l’arrivée de l’histoire des civils durant un conflit. En effet c’est la première fois que les civils sont autant touchés par la guerre et l’histoire a voulu parler d’eux car la vie était aussi difficile à l’arrière du front. On constate que dans notre corpus de documents il y a la même présentation au niveau des thématiques. Le début suit la chronologie des événements, une vie de famille épanouie puis le départ pour le front. Ensuite on a les mêmes thématiques : la vie sans le père, le père dans les tranchées, les restrictions et le travail des femmes, une partie sur Verdun un des lieux symbole de la première guerre. Pour finir, il y a un retour au chronologique avec l’Armistice. La vie des civils est, paradoxalement, plus décrite que la vie des soldats. Encore une fois c’est un procédé pour intéresser le lecteur qui aime bien entrer dans l’intimité des gens et surtout cela permet de répondre à la question que tout le monde a du se poser un jour « mais comment faisaient-ils pour vivre à l’époque ? ». On constate de plus que les historiens, depuis une quinzaine d’années, s’intéressent au vécu du soldat (à ses émotions, son rapport à la souffrance, etc ) et surtout au vécu des civils.

    3.Pourquoi raconter l’histoire de la Première guerre mondiale aux enfants ?

    Premièrement, pour avoir accès à la connaissance et comprendre les causes et les effets de la première guerre mondiale. Ces différents ouvrages nous donnent des éléments purement informatifs sur le conflit et la vie pendant ce conflit.

    (JPG)

    Il y a aussi le devoir de mémoire, ne pas oublier pourquoi il y a eu cette guerre, et qui l’a faite. Le devoir de mémoire est la base de l’Histoire, il permet de connaître et de comprendre les erreurs du passé pour ne pas les reproduire. Ce thème est très explicitement abordé à la fin l’ouvrage de Pef Zappe la guerre qui tend à véritablement nous donner une leçon. De plus par la référence au monument aux morts il nous incite à ne pas oublier leur fonction de commémoration des soldats tombés sur le champs de bataille car ces monuments sont trop souvent devenus, pour la jeune génération, des éléments du paysages qu’ils regardent sans les voir.

    On constate enfin que les auteurs essaient d’inculquer des leçons aux lecteurs. Il y a, par exemple, des leçons de tolérance par le fait que l’ennemi, c’est à dire le soldat allemand, n’est pas diabolisé par les auteurs. Les auteurs essaient aussi de donner des leçons de respect envers nos aïeuls, pour les victimes de la guerre ainsi que pour nos contemporains afin que la guerre ne recommence plus.

    Conclusion

    Le traitement d’un sujet comme la Première Guerre mondiale pour un public de jeunes n’est pas forcément une chose aisée. La plupart du temps, les auteurs des différents ouvrages sur ce sujet, utilisent des moyens détournés comme la fiction, qui est somme toute très proche de la réalité, ou bien le fantastique. Mais, même si la fiction aide à raconter des faits historiques des éléments bien réels aident le lecteur à prendre conscience que ce qui est raconté a vraiment existé.

    Simon Marcel, Deust 2, 7 mai 2008

    Post-scriptum

    Les documents utilisés

    - APRILE, Thierry, illustré par THERS, Nicolas et WINTZ Nicolas. Pendant la grande guerre : Rose, France, 1914 - 1918 Paris : Gallimard, 2005. (Le journal d’un enfant ; 1). ISBN : 2-07-055947-5

    - PEF, FERRIER, Geneviève ill. Zappe la guerre. [S.l.] : Rue du monde, 1998. (Histoire d’histoire). ISBN : 2-912084-10-5

    - PIATEK, Dorothée, HAMONIC Yann ill. L’horizon bleu. [S.l.] : Petit à petit, 2002. ISBN 2-914401-43-4

    POUR APPROFONDIR

    Le site de LA MISSION DU CENTENAIRE 14-18

    Sur Lille3jeunesse, tous les articles sur La Première Guerre mondiale