Site littérature jeunesse de lille 3

XXL, de Julia Bell

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Juste une histoire de poids... De poids sur le coeur aussi. Troublant.

    (GIF) Carmen, une jeune fille de 14 ans, vit depuis presque toujours avec la maladie de sa maman Maria : anorexique, dépressive à la limite de la paranoïa. Elles vivent dans le Yorkshire avec Brian, le beau-père de Carmen, même si celle-ci le considère comme son vrai père. Maria impose à Carmen ses propres régimes et lui répète sans cesse qu’être mince c’est obtenir tout ce que l’on veut dans la vie. Alors c’est en cachette qu’elle dévore les barres chocolatées que lui donne Brian : il désapprouve totalement ces histoires de régimes... Un jour, Maria décide de déménager à Birmingham, seule avec Carmen, sans Brian, pour « tout recommencer » non sans rester malade pour Maria... C’est alors que Carmen, au début réticente, découvre une nouvelle vie avec de nouvelles rencontres et aussi sa famille : mémé et la télévision, grand-père et la jungle qui pousse dans le jardin, puis Lisa , la sœur de Maria, avec laquelle l’entente n’est pas ce qu’il y a de mieux... Mais la maladie de Maria entraîne Carmen avec elle et toutes les deux s’enfoncent doucement...

    Le problème de la nourriture, le poids, l’obésité est un réel sujet d’actualité chez les adolescents aujourd’hui. Il paraît difficile d’affronter le regard des autres de nos jours n’étant pas dans « les normes » : il faut correspondre aux stéréotypes proposés par notre société comme le répète Maria à Carmen. Mais tout cela ne va pas sans mal : la mère est maigre et refuse de se nourrir, elle est malade mais quelque part refuse de l’admettre au point qu’elle est à la limite même de refuser que sa fille mange ! La fille voudrait être une adolescente comme les autres mais aussi elle veut et fera tout pour cela, ressembler aux modèles inculqués par sa mère. On sent facilement l’affaiblissement de la mère de Carmen aux travers de ses yeux.

    Je recommande vivement ce livre, à l’histoire assez troublante et vibrante d’émotions, à tous ceux et toutes celles qui pensent que la maigreur n’est pas une mauvaise chose, à tous ceux qui pense que l’anorexie n’est pas une maladie et que l’on peut s’en sortir sans séquelles. Julia Bell sait très bien nous emmener au cœur de la maladie et au cœur de la vie de ceux qui la vivent tous les jours sous différentes formes et ce, grâce à cette finesse acquise dans l’écriture.

    Ludivine D.

    Bell, Julia. XXL . Traduit de l’anglais par Emmanuelle Pingault. Ed. Milan collection Macadam en 2004. 286p. N°ISBN : 2-7459-1426X. 8,50euros.

    Post-scriptum

    Voir aussi sur ce site tous les articles sur l’anorexie :

    http://jeunet.univ-lille3.fr/mot.php3 ?id_mot=352