Site littérature jeunesse de lille 3

Un livre, un héritage

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    L’image typique qui nous vient à l’esprit lorsqu’on prononce les mots : « contes, histoires de grands-mères » est celle de la grand-mère, assise dans son fauteuil, ses petits enfants sur le tapis attentifs au coin d’un feu de cheminée, contant contes et légendes. Vous remplacez la grand-mère par le grand-père, le tapis par une douce moquette et on retrouve ma première expérience du livre.

    Vision banale et pourtant toujours aussi magique. Le salon de mes grands-parents était tapissé d’une moquette beige-orange et d’un papier peint rouge pâle, couleurs chaudes, et pour parfaire l’ambiance, il s’y tenait une cheminée qui me berçait doucement. De plus mes grands-parents, ayant voyagé longtemps, avaient entreposé toutes sortes d’objets, allant des tableaux contemporains, aux statues incas, papyrus égyptiens et figurines de dragon chinois. Aux yeux d’une fillette, la pièce émanait d’une aura magique et mystérieuse. C’est dans cette sensation d’étrange, de peur, d’impatience, les yeux brillants d’excitation que chaque fois j’attendais mon si grand, si fier grand-père, qui avec sa barbe ressemblait plus à un pirate qu’au Père Noël, s’installant sur le fauteuil pour me lire un conte du livre sacré « Il était une fois... les vieux contes français. ». Contes si bien écris par Perrault, d’Aulnoy et Leprince De Beaumont.

    (JPG)
    Illustrations d’Adrienne Ségur

    Quoi de plus extraordinaires que des princesses, des fées, des monstres, dans une pièce sombre, chaude, regorgeant d’objets mystiques ainsi que la voix forte et imposante du conteur.

    Tout cela me fascinait, j’ai en grande partie appris à lire pour justement accompagner mon grand-père dans sa lecture. Ces doux moments étaient mon évasion ; colère lorsque le loup mangea le Chaperon rouge, tristesse lorsque Laideronne fut séparée de Serpentin-vert, joie lorsque les princesses finissaient par se marier et avoir beaucoup d’enfants et tout autre panel d’émotions. Aujourd’hui encore, je me retrouve seule avec un livre et je m’évade. Je me revois petite dans cette pièce avec mon grand-père aujourd’hui disparu et je lis, je libère mes pensées, le stress, tous les petits tracas de la vie. Pour mieux faire face à la réalité, savoir de temps à autre s’échapper. C’est l’héritage de mon grand-père, matérialisé par ce livre qu’il m’a offert lorsque je sus le lire entièrement seule. J’étais heureuse et fière, je détenais enfin « Le livre magique », celui qui aujourd’hui encore repose dans ma chambre pour me souvenir de cette grande aventure que j’ai vécue et que je vis encore chaque fois que je me plonge entre les pages d’un livre. Cet abandon de moi-même, cette passion, ce livre est mon héritage magique et il a construit une grande partie de ma vie.

    J. Varlet, L1 HSI, Langues et Culture Antiques

    Post-scriptum

    PERRAULT Charles, Madame D’AULNOY et Madame LEPRINCE de BEAUMONT, "Il était une fois... vieux contes français.", FLAMMARION, 1951.