Site littérature jeunesse de lille 3

La face cachée de Tintin

Un voyage particulier
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Beaucoup d’entre nous connaissent ou ont lu les aventures de Tintin, mais celle que j’ai choisi de vous relater, a contribué à changer ma perception du monde...

    J’avoue que de nombreux livres et contes populaires ont bercé mon enfance, mais le comble de tout ceci est que j’ai choisi de vous parler d’une bande dessinée.

    (JPG)

    Lorsque j’étais petit, j’aimais me plonger dans les aventures d’un certain reporter du nom de Tintin, en effet ses aventures me passionnaient et je me suis mis en quête d’en faire la collection complète. A l’approche de chacun de mes anniversaires, j’étais impatient de recevoir une voire deux nouvelles œuvres écrites par ce cher Hergé. Puis un jour, en déballant le papier cadeau, j’ai découvert Tintin au Congo... C’est avec empressement, une fois la fête finie, que je me jetai sur ma nouvelle acquisition, et là une fois l’album terminé, je me suis longuement demandé si ce que je venais de lire était l’œuvre de mon imagination ou si c’était réel.

    J’y ai découvert un Tintin assez froid et austère, tuant des animaux, dont certaines espèces protégées, à bout portant, sans le moindre remord, tout cela accompagné de nombreuses justifications, comme dans la scène où notre héros tue un singe uniquement pour s’en faire un déguisement dans le seul but de sauver ce brave Milou des pattes d’un autre primate, ou encore ce moment où Tintin sous prétexte de ne rien voir en pleine brousse va abattre au fusil de chasse non pas une mais bel et bien une dizaine d’antilopes. Où était passé le reporter au coeur pur que je connaissais ?

    Quant à Milou, je n’avais jamais trouvé ce chien aussi hautain et dédaigneux que dans Tintin au Congo... Je me souviendrai toute ma vie de la séquence dans laquelle Tintin faisait malencontreusement dérailler une locomotive à vapeur et demandait aux autochtones de l’aider à redresser l’engin, Milou rétorquait alors : " Allons, tas de paresseux, à l’ouvrage ! "

    Ne parlons même pas de la manière dont le peuple congolais était représenté ... Notamment ce brave Coco, jeune porteur Congolais qui accompagnait Tintin durant une grande partie de l’histoire et qui se faisait maltraiter par chaque européen rencontré...

    Drôle d’histoire quand on sait que Tintin part au Congo uniquement dans le but d’y faire un simple reportage sur cette partie de l’Afrique.

    Avec du recul, j’ai compris que cette histoire avait été écrite en pleine période coloniale Belge et qu’Hergé n’avait fait que décrire le monde tel qu’il était à cette époque. Malgré ses mésaventures au Congo, Tintin est resté pour moi ce héros au grand cœur, car la suite de ses aventures, a confirmé mon engouement pour cet univers de grand reporter, de voyages, de rencontres et d’aventures, et Milou est redevenu au fil des histoires un chien sympathique et plein de malices.

    Quoi qu’il en soit Tintin au Congo a véritablement marqué mon enfance.

    Axel JANICKI, L1 HSI, Langues et Culture Antiques

    Post-scriptum

    HERGÉ. Tintin au Congo. Casterman, 1946. 62 p. ISBN 2 203 00101 1