Site littérature jeunesse de lille 3

Mon premier roman, ma première peur, un vrai délice ...

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Ah quoi de mieux que de revivre les moments de notre enfance, lorsque l’on était insouciant, ne pensant pas au lendemain, juste à ce que l’on allait faire le jour même. Et que dire lorsque l’on se souvient de nos premiers romans, oui, oui, je parle bien de roman, et non de livre de notre petite enfance, car pour être franc avec vous je ne m’en souviens pratiquement d’aucun, et pourtant on m’en a lu, mais passons.

    (JPG)

    Je vais vous parler du livre qui m’a fait apprécier les romans, apprécier ces longues lignes remplies de mots sans aucune image, sans aucunes couleurs. Je pense que beaucoup d’entre vous ont lu ce roman, ou un autre de la même collection, je veux bien entendu parler de la collection Chair de poule, ah je vois que ça vous rappelle quelques bons souvenirs, pas si bons que ça ? Moi en tout cas ces livres m’ont marqué, et un en particulier : La colère de la momie, alors suivez moi et entrez dans un de mes nombreux souvenirs ...

    Depuis tout petit, j’étais un grand admirateur d’Histoire, sans doute à cause de mon grand père qui me racontait de nombreux contes mettant en scène des Dieux, mais jamais sur l’Egypte. Allez savoir pourquoi ... Mais lors de mes sept ans, et oui, cela remonte à longtemps, un de mes amis m’a offert un roman, parlant de pyramides et de momies. Et là, de nombreux changements sont apparus, surtout dans ma petite tête de jeune enfant.

    Imaginez l’histoire : un petit garçon d’à peu près mon âge, qui part voir son oncle en Égypte, car celui-ci est archéologue. Le rêve ! Ce jeune enfant passionné de momies et de pyramides reste avec son oncle pendant les fouilles, jouant de temps en temps avec sa cousine, jusqu’au jour où la chambre funéraire est ouverte. Alors l’oncle, le petit garçon, sa cousine, entrent dans cette gigantesque salle. Je m’y croyais, je m’imaginais à côté de ce groupe de pseudo-aventuriers, je voyais la chambre, les trésors, et surtout j’appréhendais le moment où l’on ouvrirait le sarcophage, bon sang, j’en avais la chair de poule. Puis un peu plus tard, dans le livre, j’apprends que l’on peut ramener à la vie la momie par une invocation, imaginez moi, petit enfant, dans mon lit, une petite lumière, bon sang ce que j’avais peur ! Mon cerveau s’imaginait des choses, plus effrayantes pour un enfant les unes que les autres.

    Soudain, un soir, la Momie disparait ... Je m’arrêterai là pour la description impropre du livre, je ne vais pas vous gâcher l’histoire, si un jour vous souhaiteriez retomber en enfance.

    Ce livre m’a véritablement marqué, cette histoire de malédiction, de momie qui revient à la vie, de pyramide où l’on se perd. J’étais dans l’histoire, je me disais que j’étais un ami de Gabriel, parfois même je m’identifiais à lui, je me voyais, je l’enviais d’avoir un oncle archéologue et de pouvoir parcourir le monde. Cela m’avait tellement marqué que je ne voulais plus entendre parler de l’Egypte ancienne et de ces pharaons, et encore aujourd’hui je n’arrive pas à m’attacher aux légendes égyptiennes, et pourtant j’adore les autres légendes, grecques, scandinaves ou autres. Sans doute un léger choc, sans doute une malédiction de la part de cette momie, je ne saurais l’expliquer, mais depuis la lecture de ce livre, je dois l’avouer, j’ai une peur pour ces légendes qui entourent les pyramides, cela peut vous paraître puéril, mais je n’y peux rien, c’est comme ça. Demandez à mes parents, ils ont dû en passer des nuits blanches à essayer de m’endormir en me disant que mon armoire n’était pas un sarcophage, ou a me surveiller dans la journée car je prenais le moindre trou pour une entrée de pyramide, et malgré ma peur, je voulais y entrer. Ah que de bons souvenirs.

    Je ne sais pas si je devrais remercier R.L. Stine (l’auteur du livre) ou au contraire lui en vouloir, mais son style, ses livres, la façon dont il raconte m’ont marqué à tel point que j’ai lu beaucoup de ses œuvres.

    En bref, ce livre, le premier véritable roman restera à jamais gravé en moi, il m’a donné goût à tous ceux qui ont suivi, il m’a fait découvrir l’Egypte, il m’en a donné la peur des momies, il m’a montré que je n’étais pas aussi courageux que je le prétendais, fichtre je me demande encore comment ce Gabriel a fait pour vivre tout cela sans être effrayé ...

    Kilian MORIN, Licence 1 HSI

    Post-scriptum

    STINE R.L., Chair de poule : la colère de la momie. N. VLATAL trad. Bayard Poche, 1997. (Passion de Lire).