Site littérature jeunesse de lille 3

Les prémices de l’amour...

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Le livre qui a marqué mon enfance, un souvenir toujours présent.

    Les premières pages que j’ai tournées ne sont pas celles des romans de princesses, ces belles héroïnes qui se marient avec le beau prince charmant, qui vivent heureux et s’aiment pour l’éternité. L’amour y parait tout simple, sans aucun obstacle, sans aucun souci. Ma première lecture m’a justement montré le contraire et m’a fait prendre conscience très jeune qu’aimer nous donne le pouvoir sur le coeur d’autrui.

    En effet, L’important c’est d’être aimé écrit par Piera Cipriani raconte l’histoire d’un ours en peluche très beau, Charlemagne, qui était la peluche préférée d’ Alexandra. Cependant, cette dernière l’a mis dans la machine à laver et depuis la belle apparence de Charlemagne appartient au passé. Le malheur du pauvre ourson ne s’arrête pas là, Alexandra lui annonce qu’elle va commencer l’école et que désormais elle aura donc moins de temps à lui accorder. Mais ce qui entraîne encore d’avantage la tristesse, la détresse de Charlemagne, est l’arrivée de Noël, qui suscite chez lui la peur d’être remplacé par de nouveaux jouets et d’être oublié.

    (JPG)

    Tout au long du livre, la détresse de Charlemagne me révoltait, j’étais en colère contre Alexandra de rendre si triste une personne. Je m’identifiais à Charlemagne et j’avais vraiment mal au coeur. Il était déboussolé. J’avais la désagréable sensation que sa propriétaire l’avait un peu "jeté comme une vieille chaussette" pour le remplacer par d’autres, peut-être parce qu’ils étaient plus beaux ou peut être parce qu’elle s’était tout simplement lassée de sa compagnie. Ma mère, à travers ce livre voulait, je pense dans un premier temps, me montrer qu’il ne faut pas acheter des jouets à outrance puisque après ils restent dans un coin.

    Mais pour moi la leçon est allée beaucoup plus loin. Je considérais moi-même mes peluches comme des personnes à part entière, des amis. Je me suis promis de ne jamais rendre triste mes jouets et j’en prenais grand soin. Comme je l’ai dit mes peluches étaient pour moi des amis, alors quand l’âge de nouer une véritable amitié est arrivé, j’ai toujours essayé de garder en tête l’histoire de Charlemagne. Je ne veux pas les laisser de côté, je ne veux pas en changer tout le temps. Je ressentais ce que Charlemagne ressentait étant délaissé et je ne voulais pas que mes amis ressentent la même chose et ce surtout pas par ma faute !

    Ce livre m’a aussi prouvé qu’aimer et être aimé est l’une des choses les plus importantes de la vie, mais également qu’être aimé comporte un énorme aussi un risque : celui de voir celui qui nous aime nous briser le coeur. Que ce soit famille, ami ou amour quand on nous aime, ceux qui nous aiment mettent entre nos mains ce qu’ils ont de plus précieux : leur coeur. Nous pouvons alors exercer un véritable pouvoir sur lui, nous sommes libre de le blesser, ou d’en prendre soin. J’ai compris l’importance de l’amour, l’importance d’être aimé pour ne pas se sentir seul, être aimé pour se sentir exister et aussi aimer pour donner ce bonheur et cette sensation à ceux qui m’entourent. Dans ce monde, fait de divorce, d’individualisme, d’égoïsme, d’égocentrisme, et d’argent, je le crie encore : L’important c’est d’être aimé. L’ important c’est d’être aimé de Piera Ciprialli traduit de l’italien par Ivana Fornesi Lerond aux éditions F.P éditions jeunesse. Illustration de Mirella Monesi.

    Marie-Eudes L1 HSI UFR Langues et Cultures Antiques