Site littérature jeunesse de lille 3

Plus qu’un engouement, une vraie passion !

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Bien qu’ayant déjà un gout assez prononcé pour la lecture, c’est à dix ans que je lis pour la première fois le livre qui déclenchera en moi une vraie passion. Une passion qui ne concernera pas mon cas unique, mais aussi des milliers d’enfants à travers le monde entier...

    Comme beaucoup de personnes de ma génération j’ai été très profondément touchée par la saga Harry Potter. Maintenant avec le recul je crois même que l’on peut parler d’une "Potter Mania". En analysant un peu plus le contexte dans lequel est sorti ce livre, on peut même dire que les livres Harry Potter ont lancé une vague d’engouement pour le genre fantastique ce qui a permis d’ouvrir la voie à d’autres œuvres tel que Le Seigneurs des anneaux, Le Monde de Niarnia, ou encore La Croisée des Mondes.

    Je me souviens que jusqu’à la sortie du quatrième volume, Harry Potter et la coupe de feu, je ne m’y étais jamais vraiment intéressée. En effet je n’aimais pas faire comme tout le monde, suivre les mouvements de masse et déjà mes amies de la cour de récréation étaient en proie à cette "Potter Mania".

    L’élément déclencheur fut finalement mon petit frère. En effet, plus jeune de deux ans, il n’était pas un mordu de la lecture et pourtant il venait de demander à Noël le premier tome de Harry Potter. Alors que moi j’étais considérée comme la "grande lectrice" de la famille. Abonnée à Okapi, Astrapi, J’aime Lire, Spirou et bien d’autre encore, je lisais tout ce qui me tombait sous la main. L’engouement soudain de mon frère me décida à me jeter à l’eau. Ainsi à peine reçu-t-il son livre que je le lui empruntai. Avec ou sans son accord, cela je ne saurai plus le dire.

    Je me lançai tout de suite dans la lecture. Je dois dire que le premier chapitre fut le plus difficile pour moi. Effectivement le chapitre un était l’incipit de toute l’œuvre, et mettre en place le contexte et les personnages n’était pas très passionnant. D’autant plus que ce chapitre n’était en réalité entièrement compréhensible qu’une fois arrivé à un certain niveau de lecture de l’œuvre. Mais une fois lancée, je ne pouvais plus m’arrêter. En rentrant de l’école je me jetait sur le livres pour reprendre le passage où je m’étais arrêtée la veille au risque de négliger mes devoirs d’écolière. Je rentrais totalement dans cette atmosphère magique et fantastique. J’éprouvais plus qu’un engouement,une vraie passion. Toutes les scènes de l’œuvre se dessinaient dans mon imaginaire. Au point d’être déçue quelques années plus tard par le film qui allait en être réalisé. Déçue de ne pas voir ma propre vision, de ne pas voir les personnages exactement tel que je les avais imaginés alors que le film restait extrêmement fidèle au livre.

    Je pense que malgré toute les lecture que j’ai eu,c’est celle ci qui m’a le plus marquée. Par la suite je me suis bien sur jetée sur tout les autres livres de la saga, même en étant plus âgée. Mais aucun ne m’aura autant marqué que le premier. Et même si aujourd’hui le mouvement est un peu inversé, c’est à dire que le sucés des livres Harry Potter n’est pas démenti mais plutôt que les critiques vont bon train sur le niveau de lecture et qu’au fur et à mesure le fait de dire " j’aime bien Harry Potter" pouvait susciter chez mes professeurs des réactions tel que " et voila ! encore une...". Certain allant jusqu’à déclarer qu’il ne considérait pas les Harry Potter comme de la littérature.

    Et malgré toutes ces critiques, je n’ai pas peur aujourd’hui encore, de vous déclarer que j’ai aimé et que j’aime encore les aventures d’Harry Potter. C’est très certainement le livres qui m’a le plus marquée. Et même si sa portée intellectuelle a été remise en cause, il a au moins le mérite d’avoir fait naitre le gout de la lecture chez des milliers d’enfants à travers le monde entier.

    J.K Rowling, trad. Jean-François Ménard Harry Potter à l’école des sorciers Bloomsbury Publishing, Londres 1997 232 pages, ISBN 2-07-054127-4

    Johanna PICCOLI, L1 Langue et Culture étrangère italienne, UFR Langues Latines