Site littérature jeunesse de lille 3

Inconnu à cette adresse, de Kressmann Taylor 2

L’histoire de deux amis très proches que la guerre va contraindre à les éloigner...
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Inconnu à cette adresse écrit par Kressmann Taylor en 1938 sous son véritable titre Adress unknown est un roman épistolaire. Il tombe dans l’oubli après un énorme succès en Amérique,jusqu’en 1999 lorsqu’il est publié en France par les éditions Autrement sous le titre Inconnu à cette adresse et retrouve un immense succès. Traduit de l’anglais par Michèle Lévy-Bram.

    Max Eisenstein,40 ans d’origine juive et de nationalité américaine et Martin Schulse,40 ans également, de nationalité allemande sont deux amis très proches et tiennent ensemble une galerie très prospère à San Fransisco. Tout semble aller pour le mieux lorsque Martin décide de retourner vivre en Allemagne avec sa famille en novembre 1932 c’est-à-dire peu avant la seconde guerre mondiale. Commence alors une correspondance entre Max et Martin afin de rester en contact et de se tenir au courant des événements...

    (JPG)
    Mon cher Max.... Mon cher Martin......
    © Hachette Jeunesse, texte intégral 2002

    Ce livre commence tout de suite par les lettres, il n’y a pas d’introduction ou autre chose pour nous avertir des événements précédents. Seul le résumé au dos du livre nous fait comprendre pourquoi ce récit est sous forme de lettres. Grâce à cela, nous sommes tous de suite ancrer dans la vie des personnages, leur intimité. Nous lisons des lettres qui ne nous sont pas destinées et donc ce sont des lettres personnelles qui racontent des évènements personnels.

    1) Une évolution psychologique très marquée

    Comme ce sont des lettres personnelles, les personnages Martin et Max décrivent leurs impressions, émotions, sentiments en ce qui concerne le fait qu’ils soient loin l’un de l’autre mais également en ce qui concerne les évènements historiques car nous nous trouvons en 1932, c’est-à-dire peu avant la seconde guerre mondiale. A travers ce livre nous voyons la manière dont s’éloignent les deux amis de longue date. En effet, Martin, retourné en Allemagne, est manipulé par le nouveau régime allemand. Mais il ne le dit pas clairement dans ces lettres, il ne l’affirme pas. C’est nous, lecteur, qui percevons son changement de comportement. les lettres sont de plus en plus espacées au point que Martin finit par ne plus répondre pour des raisons de sécurité. Dans les lettres il y a de moins en moins de mots tendres, amicaux tel que "mon cher vieux compagnon" ou encore "de tout coeur à toi". vers la fin des lettres il y a uniquement les prénoms en début et fin de lettre. Il y a beaucoup de tristesse et de nostalgie dans les lettres. On voit très clairement l’évolution de la relation entre les deux amis. De plus Martin se rapproche de la vision du nouveau régime allemand en ce qui concerne les juifs ce qui va provoquer un éloignement entre lui et son ami car Max est juif.

    De l’autre côté se trouve Max qui même s’il remarque que son ami change ne se rend pas compte de la gravité de la situation et des risques qu’il prend. En effet l’auteur à travers ce livre a voulu critiquer les américains lors de cette guerre, montrer à quel point les américains se désintéressaient de ce qui se passait en Allemagne dans les années trente. En effet Max, malgré les avertissements de son ami, continue de lui envoyer des lettres sans se soucier de mettre la vie de celui-ci en danger. A tout moment les lettres pouvaient être découvertes et Martin arrêté et exécuté. Grâce à ce roman épistolaire, le lecteur peut connaître l’état psychologique des gens ayant vécu cette guerre, à la fois pour les juifs et les allemands. Il nous est possible de nous faire une idée de la difficulté de la vie en ce qui concerne les allemands à cette époque. Ce livre nous offre donc un récit relatant l’Histoire marquante de la seconde guerre mondiale d’une manière différente des livres historiques. En effet, on la perçoit à travers deux personnages un américain et un allemand et donc il nous est possible d’avoir deux visions différentes et personnelles de la guerre. Ce n’est donc pas une description neutre des évènements mais il y a une implication personnelle des deux côtés mais qui sont différentes.

    2) Les thèmes abordés d’une manière originale

    (JPG)
    © Flammarion, 2012
    Flammarion jeunesse

    Le choix de la correspondance entre deux bons amis permet de se sentir plus impliqué dans la relation entre les personnages contrairement à un roman purement historique. Il rend le roman plus vivant, plus réaliste.

    De par sa forme épistolaire, ce livre aborde le thème de la seconde guerre mondiale d’une manière assez particulière pour permettre à tous de comprendre.

    Ce livre permet un accès à la connaissance de l’Histoire pour tous, même pour les lecteurs plus jeunes, ou encore celles qui ne connaissent pas de manière complète l’histoire. Il est cond accessible pour les jeunes comme pour les plus âgés. Ce récit est fait avec beaucoup de subtilité. Les évènements historiques ne sont pas dis clairement. C’est au lecteur de comprendre entre les lignes des lettres. De par le fait que les lettres sont un risque pour Martin à cause des contrôles, il se doit de faire passer des messages discrets pour ne pas se faire prendre et donc le lecteur doit lui aussi essayer de comprendre ces messages cachés. Il y a donc une implication du lecteur dans le roman ce qui donne cette envie de lire c’est le fait qu’on se sent impliqué dans l’histoire. Il faut déchiffrer les lettres de Martin.

    Le lecteur n’est pas exposé de manière brutale à l’Histoire horrible de cette guerre. À la base, c’est une correspondance entre deux amis que la vie sépare mais du fait de la période à laquelle se passe cet échange de lettres nous laisse deviner que l’histoire allemande va surgir dans les lettres des deux amis et va faire partie du sujet du roman. L’histoire s’introduit dans la vie des personnages. A travers ces lettres on distingue la puissance de l’endoctrinement à cette époque. Ce livre permet donc une prise de conscience des événements et permet une réflexion sur soi et sur la vie en général.

    À cause du manque d’intérêt de Max, on suppose qu’il cause la mort de son ami car la dernière qu’il lui envoie lui revient avec la mention "inconnu à cette adresse". Cette fin brutale laisse le lecteur dans un doute profond et permet au lecteur de s’imaginer une fin probable sur ce qui a pu arriver à Martin. Par sa petitesse, ce roman est accessible à tous. De plus, en très peu de lettres il nous est possible d’avoir un maximum de renseignements. La dégradation de la relation entre les deux personnages est donc très rapide elle commence le 12novembre 1932 et se termine le 3 mars 1934. en seulement un an et demi, la relation entre deux personnes qui étaient très proches va se dégrader très fortement.

    Pour comprendre le titre de ce livre, le lecteur est obligé de lire le livre entièrement car rien durant les lettres ne laisse un indice sur la signification du titre. C’est vraiment à la fin que le lecteur comprend qui est l’"inconnu à cette adresse".Je conseille fortement ce livre car il est très facile à lire et en très peu de pages on apprend énormément de choses. Ce livre peut être lu par les grands comme par les plus jeunes car ce n’est pas purement historique et la manière dont l’auteur fait part avec beaucoup de subtilité de son opinion et de sa révolte est très intéressant.

    Aurélie BERTHELE, L1 LCE anglais, 2009


    AVIS D’AUTRES LECTEURS

    Deux Allemands dont un Juif tiennent une galerie d’art aux Etats-Unis. L’un des deux décide de rejoindre son pays pour y mener ses affaires. Les deux amis vont correspondre durant cette période marquée par l’émergence du nazisme.

    (GIF)

    À la fois teinté d’amitié, d’amour, de haine, de trahison, d’embrigadement et de vengeance, ce roman épistolaire très court dégage une force extraordinaire. En quelques pages, l’auteur nous montre comment une amitié sincère et profonde entre deux hommes peut se transformer en quelques mois en une haine viscérale entre un Allemand et un Juif. Les lettres sont brèves mais chargées de tension, d’émotions.

    Ecrit peu après la guerre, ce roman montre comment le nazisme a mis à mal les rapports humains. Il nous fait réfléchir sur l’antisémitisme, le racisme et toutes les formes de ségrégation dont sont capables les hommes. Détaché de son contexte historique, ce récit est avant tout un texte sur l’Homme, sa condition et ses actions. Un texte qui indirectement se veut un appel à la tolérance, à la force d’esprit et à la lutte contre le pouvoir destructeur.

    Force et simplicité font de ce roman un classique incontournable.

    Gwendoline Mercier (01/03)


    Deux amis, Martin Schulse, qui est allemand et Max Eisenstein, qui est américain d’origine juive, sont marchands de tableaux en Californie. Ils possèdent une galerie et sont associés. Au début des années 30, Martin rentre en Allemagne. Quant à Max, il reste en Amérique et assume la direction de la galerie. Entre les deux amis naît une correspondance du 12 novembre 1932 au 3 mars 1934. L’auteur a voulu mettre l’accent sur une période sombre de l’histoire en utilisant la forme d’une correspondance fictive qui peut se lire comme un journal intime.

    En moins de 20 lettres, l’auteur nous raconte le destin de deux amis dont les vies vont être bouleversées par la montée du nazisme en Allemagne au début des années 30. L’un est juif, l’autre pas. En 1933, quand Hitler arrive au pouvoir, Martin exprime ses doutes quant à ce nouveau régime. A travers une lettre qu’il adresse à Max le 25 mars 1933, il écrit ceci : « l’homme électrise littéralement les foules (...).mais je m’interroge est-il complètement sain d’esprit ? Ses escouades en chemises brunes sont issues de la populace (...).Elles ont commencé à persécuter les Juifs ».

    Max reçoit des nouvelles de plus en plus inquiétantes sur ce qui se passe en Allemagne, il pose des questions à Martin. Celui-ci qui proclamait tant son amitié va rapidement épouser l’idéologie hitlérienne. Dans une lettre du 9 juillet 1933, Martin écrit à Max : « nous devons cesser de nous écrire (...) la race juive est une plaie ouverte (..) je t’ai aimé non à cause de ta race mais malgré elle ». Max continue pourtant de lui écrire et lui demande de prendre soin de sa sœur, Griselle, qui est comédienne en Allemagne.

    La rupture, la trahison, la cruauté d’un ami

    L’amitié entre Max et Martin est condamnée à la rupture qui est perceptible à travers le ton utilisé dans le courrier échangé. Cette rupture est flagrante lorsque Martin dévoile sa position politique. Il y a un contraste entre les lettres de Max qui sont tendres et amicales et celles de Martin cruelles, brutales, aux propos violents à la limite d’un coup de poignard. Au fur à mesure de leur correspondance leur signature change. On passe de "Mon fidèle ami" à "Martin" ou "Einstein". Max rajoute vers la fin une petite citation telle que "Dieu de Moïse soit à ta droite" il a pitié de Martin, de ce qu’il est devenu.

    C’est un ouvrage grand par la manière dont l’auteur avec peu de mots et sans chercher d’effets nous livre avec justesse les conséquences tragiques de la montée du nazisme et l’horreur que représente la trahison d’un ami pour servir ses intérêts personnels et politiques.

    Ce livre qui peut être lu à partir de la classe de troisième en raison du contexte historique et qui pourra compléter les ouvrages tels que : Si c’est un homme de Primo Lévi, Le journal d’Anne Frank.

    Le dénouement est saisissant. Ce livre m’a bouleversée à en avoir le souffle coupé.

    Stéphanie Puchaux (01/2004)

    Post-scriptum

    Chez Flammarion, l’édition 2012, préfacée par Stéphane Hessel

    KRESSMANN TAYLOR, Kathrine. Inconnu à cette adresse. Traduit de l’anglais (américain) par Michèle Lévy-Bram. Préface de Stéphane Hessel. Flammarion, 2012. 82 p. ; 18 x 13 cm. (Flammarion jeunesse). ISBN 978-2-08-127786-1 Cartonné 4,60 euros.

    TAYLOR, Kathrine. Inconnu à cette adresse. Hachette jeunesse, 2002. (Ldp jeunesse). 96 p. ISBN 2013220170 Genre : roman épistolaire

    À partir de 14 ans

    Mots clés : Allemagne : années 1930-1934/nazisme/antisémitisme/ racisme/amitié