Site littérature jeunesse de lille 3

Love, de Serge Perez

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Ce sont les vacances estivales, Fred provoque la pitié de son copain. En effet, il n’a pas la chance de partir et de retrouver une copine comme lui. Mais c’est sans se douter que ces vacances-ci se révèleront exceptionnelles pour Fred grâce à l’arrivée d’une colonie à la base de loisirs où il travaille.
    (JPG)
    © L’École des Loisirs, 1999

    Tout d’abord, il convient de noter que ce roman se déroule dans une situation familiale particulière.

    Notre personnage principal évolue dans une famille monoparentale. On sait que son père a été abandonné par sa mère et qu’il cherche à remplacer la figure maternelle en jouant le rôle de confident auprès de son fils, Fred. Il n’y va pas par quatre chemins : "-Elle s’appelle comment ? m’a demandé mon père comme ça de but en blanc." Il use aussi de sa ruse pour obtenir des réponses : "Mon Dieu, ce sont des histoires de garçons, vous m’avez donné un fils homosexuel, H-O-M-O-S-E-X-U-E-L." Le père se livre même à son fils sur sa première expérience sexuelle. Mais apprendre les choses liées à la sexualité par un parent n’est pas forcément le bon moyen, si ce n’est pas explicité. Ce n’est pas son rôle de se confier ainsi à son fils. De plus, il donne de l’argent à Fred en précisant que ce n’est pas pour s’acheter des bonbons mais il ne dit pas clairement ce qu’il doit acheter et à quoi ça sert.

    Ce père, qui est fatigué quotidiennement car écrire lui est de plus en plus difficile (alors qu’il s’agit de son métier), se réfugie dans l’alcool. Ce n’est pas une habitude pour lui de boire mais il est arrivé à un point où l’alcool est le seul moyen d’oublier ses soucis et aussi sa seule préoccupation. Il ne semble pas avoir conscience de ses actes et laisse son fils le voir dans cet état. On sait que Fred rentre tous les jours à peu près à la même heure et son père choisit cette période là pour se mettre à boire, chez lui. Les écrivains sont souvent représentés comme des hommes tristes, repliés sur eux-même et en quête du roman de leur vie (cf : Le secret de Marine de Didier Hermand).

    Fred ne part pas en vacances, parce que son père n’a pas les moyens de partir mais on peut supposer qu’il n’y a pas pensé non plus, car il s’intéresse très peu au bien-être de son fils. Et pourtant, ça n’empêche pas le jeune homme de faire de nouvelles rencontres. Il a, en effet, décidé de ne pas rester enfermé et de ne pas être à la merci de son père en apportant son aide à la base de loisirs près de chez où il rejoint quelques "quiquis" comme lui. Il nous montre qu’il faut savoir s’ouvrir aux autres, les aider même si nous avons nous aussi des problèmes, cela peut bien nous aider à oublier les nôtres.

    Ensuite, il convient de dire que ce roman traite la question de la sexualité chez les adolescents.

    Cela se traduit d’abord par des questions que se posent les jeunes à ce sujet et à la manière dont ils découvrent leur corps. Fred, lui, découvre son corps et a des réponses à ses questions en même temps qu’il découvre l’amour : "Depuis le début, j’avais glissé mes bras entre mes cuisses afin qu’elle ne voie pas mon érection car, sacré Tartempion, il s’agissait bien de cela". En effet, il se prend d’amour pour une jeune fille de son âge dénommée Gaëlle qui débarque avec son groupe venu de la banlieue dans la base de loisirs. Il apprend en même temps la signification du mot "amour" (Love) : "Je comprenais mieux maintenant pourquoi dans les films et partout dans l’univers ils en venaient toujours là, pourquoi sans cesse ils se prenaient dans les bras..." Ce qu’il se passe entre eux deux, il le qualifie de "bizarre" parce qu’il ne sait pas vraiment expliquer ses réactions et l’effet que cette jeune fille produit sur lui.

    La sexualité suscite chez lui une grande curiosité. Il s’intéresse aux magazines pour adultes. Chez le buraliste, il avait établi une technique pour pouvoir les voir sur la dernière rangée sans être vu. De plus, il est fasciné par ces hommes qui les achètent avec aisance. Il ressent également de la jalousie pour un de ses copains qui a vu un film pour adultes et qui le décrit. Chacun se moque de l’autre si jamais il ne connaît pas quelque chose : "Bah ! L’autre, jamais vu d’érection ?", "Quoi ? Jamais mis la langue ?". Après un début calme et paisible à la base de loisirs, l’auteur enchaîne les allusions à la sexualité, sans pudeur.

    La première expérience sexuelle de Fred est décrite également. Ce passage est rempli de points de suspension, comme pour sous entendre les hésitations, les souffles de Fred : "Mon sexe va dans celui de Gaëlle... doucement... doucement et mon Dieu... ô mon Dieu". L’auteur nous montre qu’il ne faut pas avoir peur, ne pas trop se poser de questions car les choses viennent d’elles-mêmes au moment venu. Cependant, cette expérience a été surprise par le propriétaire de la base de loisirs et il a été viré. L’amour surmonte les problèmes, pour revoir sa belle, il fera le mur chaque nuit.

    Serge Perez nous livre ici un roman qui traite deux thèmes importants, à savoir une situation familiale particulière et une approche de la sexualité chez l’adolescent. Le fait que ce soit le point de vue d’un garçon qui est donné par le lecteur est la raison pour laquelle j’ai choisi ce livre en particulier, moi qui suis une fille. Car je suis curieuse de savoir ce qu’il se passe dans la tête des garçons à ce moment de leur vie et car mon frère a le même âge que Fred (14 ans). Il m’a semblé intéressant de parler à mon frère de la sexualité à travers ce livre. Mais après lecture de ma part, j’ai changé d’avis. En effet, je trouve l’auteur trop cru dans ses propos, trop direct et ça m’a choquée d’une certaine façon. L’auteur décrit les détails et pas forcément au moment où l’on s’y attend. Voilà pourquoi je n’ai pas prêté ce livre à mon frère.

    © Marion Petit, L1 italien

    Post-scriptum

    PEREZ, Serge. Love. L’École des Loisirs, 1999. 164 ; 13 x 19 cm. (Medium). ISBN 2-211-04793-9 broché.

    Serge Perez est né à Dax. Il s’installe à Paris pour travailler en librairie et vit désormais à Saint-Paul-lès-Dax où il partage son temps entre écriture et librairie. Il écrit notamment un roman destiné aux adolescents intitulé "Love", qui est publié par l’école des loisirs dans la collection Médium en 1999. Il s’agit d’un roman décrit comme "délibérement impudique" dans le "Sud Ouest". En effet, il raconte la découverte de l’amour proprement dit mais aussi de l’amour physique d’un jeune garçon racontée sans fausse pudeur dans sa simple réalité.