Site littérature jeunesse de lille 3

Je ne vais pas pleurer : Bin Bin au marché chinois, de Chen Jiang Hong

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Journée exceptionnelle pour Bïn Bïn qui accompagne ses parents au marché chinois. Lieu magique où rêvent d’aller tous les petits Chinois. On découvre avec lui l’univers de la Chine traditionnelle... toutes ces échoppes dressées les unes à côté des autres, ses marchands ambulants. Et ses artistes de spectacle qui plantent leurs décors.

    (GIF)

    Bïn Bïn est ravi : « C’est presque de la magie ! s’exclame t-il ...et tout à sa joie il échappe à la vigilance de ses parents. Sa curiosité est trop grande...Tout à coup, le voilà perdu.. C’est alors que nous pouvons suivre ce petit bonhomme tout habillé de blanc en train de visiter les allées du marché. Chaque double page est une invitation au voyage et à la découverte d’une culture. Le dessin est extrêmement précis, dessiné à l’encre de chine et coloré à l’aquarelle...un vrai plaisir pour les yeux... Bïn Bïn en a oublié sa peur. Heureusement, il retrouve ses parents . Très fier, il raconte. Non seulement il a réussi à dominer sa peur mais il sait désormais que dans un lieu inconnu, il n’est pas assez grand pour se passer de ses parents.

    Bïn Bïn, à défaut de découvrir le monde, visite l’univers du marché. Chaque illustration réalisée à l’encre de Chine, nous donne l’impression d’être à côté du petit garçon. Le texte permet de retrouver l’enfant dans le décor. C’est un album qui pourrait nécessiter la présence d’un adulte. Mais l’illustration est si précise que l’on peut interpréter chaque double page comme s’il s’agissait de tableaux qui s’enchaînent les uns à la suite des autres avec un début et une fin : le retour à la maison. Bïn Bïn parcourt un chemin initiatique où il découvre qu’il n’est plus tout-petit et qu’il arrive « à prendre sur lui » et en tirer une certaine fierté.

    Jiang Hong, Chen. Je ne vais pas pleurer : Bin Bin au marché chinois. Ecole des loisirs, 2000. (Lutin Poche). ISBN 221106048X