Site littérature jeunesse de lille 3

Echec et Rap, de Jean-Paul Nozière

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    De plus en plus de romans pour adolescents, traitent des maux de la société. Dans ce livre, écrit par Jean-Paul Nozière, Echec et Rap, nous verrons que l’auteur réussit à aborder différents thèmes liés à l’adolescence voire même à l’enfance. En effet les problèmes que peuvent rencontrer les adolescents tels que l’enfermement, les histoires de coeur, l’illettrisme, la pauvreté, le racket ou le complexe d’infériorité y sont subtilement abordé malgré le fait qu’il s’agisse avant tout d’une enquête policière. C’est à travers deux histoires en parallèle que Jean-Paul Nozière va réussir à parler de ces multiples phénomènes, le tout racontant un seul et même destin.
    (JPG)
    Une couverture aussi sombre que l’assassin...

    Échec et Rap

    L’histoire commence quand un mystérieux crime est commis. L’inspecteur Lili Rigosi arrive alors sur place et découvre le corps de David Légal, mort d’une balle de fusil en pleine tête et découvre une pièce de jeu d’échec dans la main de la victime... A partir de là, va commencer une effroyable aventure policière.

    Deux histoires parallèles qui racontent un destin en marche

    L’histoire de ce roman prend donc place après l’assassinat de David Légal dans sa maison. L’inspecteur Lili Rigosi enquête alors sur les lieux du crime et découvre une pièce de jeu d’échec dans la main de la victime. On apprends alors que Lili Rigosi a vécue son enfance dans la petite ville de Sponge, près de Dijon. Elle y revient pour deux raisons, un retour aux racines et surtout retrouver le gendarme Vladimir Livov avec qui elle passa le concours de gendarmerie et dont elle est secrètement amoureuse. Puis, au fil des pages on passe d’un seul coup à la vie du petit Léonard Toudal, jeune collégien de 15 ans qui aime jouer aux échecs, rester derrière son ordinateur et surtout amoureux de la jolie Marlène. Tout semble aller pour lui sauf qu’il est régulièrement agressé par un trio de délinquants aux pseudonymes de Sugar, Diesel et Love Me, se prenant pour des stars du rap. Deux garçons et une fille assez cruels qui vont passer leur temps à persécuter Léonard, allant jusqu’à tuer le petit chien de ce dernier. Léonard ayant un père en prison pour cleptomanie va alors s’enfermer, et se replier sur lui même, ne parlant de ses problèmes à personne. L’auteur évoque alors un des grands fléaux rencontrés par certains adolescents, l’isolement et le renfermement sur soi, il nous décrypte habilement l’état de solitude dans lequel le jeune Léonard va lentement s’enfoncer, on se rends compte à quel point il est terrorisé à l’idée même de faire des courses pour sa mère au risque de tomber sur les trois loubards, l’auteur nous fait ressentir ses angoisses les plus profondes, dans ce monde où la solitude ne lui permet plus de respirer.

    Meurtres en séries, des enfances difficiles

    Au début du récit, on assiste à la mort de David Légal, puis nous en apprenons plus sur sa vie. David Légal était un jeune homme de 25 ans, sachant à peine lire et écrire, son père l’a abandonné lui et sa mère lorsqu’il était petit et cette dernière va mourir quelques années après d’un accident de voiture. Juste avant son assassinat David Légal était en train d’écrire une lettre à son père partit chercher la fortune en Guyane afin de le retrouver. Ce qui est touchant dans l’histoire de David Légal est le fait qu’il n’ait pas eu une enfance heureuse et que son illettrisme nous le prouve. Jean-Paul Nozière parle de ce problème qu’est l’illettrisme avec beaucoup de douceur. Puis une autre victime se fait connaître, elle a pour nom Monica Savix. Mariée à un grand producteur de musique, elle vit une vie heureuse, mais se fait elle aussi assassiner. On apprends après qu’elle avait eue une enfance difficile, elle était roumaine, venue en France avec sa famille et vivait en caravane. Elle avait réussi à prendre sa revanche sur la vie. Jean-Paul Nozière explicite bien le problème des enfants pauvres, rejetés des autres à travers l’enfance de Monica, il nous décrit efficacement la dureté de la vie et la haine que peuvent éprouver ces enfants en devant affronter les moqueries et autres brimades dûs à leur statut de misère. Enfin, un dernier meurtre est commis, Freddy Catier, gros malabar ayant un ventre rempli de bière , aux bras tatoués est agent de sécurité sur les parkings. Il a pour horreur les gens qu’ils rencontrent et aime se bagarrer avec plus faible que soit, il a le profil parfait du lâche. Lors d’un concert de rap, pour lequel il assure la sécurité, il se fait pousser sous les roues d’un camion. On découvre alors que dans son enfance il était déjà une brute, chef d’un pseudo groupe de rap... L’auteur parle ici du complexe d’infériorité intellectuel et physique de certains adolescents, Freddy était très moche, gras et poilu dans son adolescence, ce qui l’amène à être haineux vis à vis du monde qui l’entoure. Il nous montre à travers le personnage de Freddy, le résultat d’une haine longuement gardé intérieurement, il nous décrypte un homme ne comptant plus que sur lui même, froid, cruel et détestant l’humanité. A travers ces trois portraits , Jean-Paul Nozière aborde avec finesse les stéréotypes que l’on trouve le plus couramment dans l’adolescence et les conséquences que cela peut amener, allant de la simple brute à la vie de débauche.

    Chute de l’histoire et résolution de l’enquête

    Comme vous devez vous en douter, Diesel, Sugar et Love Me sont en fait Freddy Catier, David Légal et Monica Savix pendant leur adolescence. Le lecteur peut être déçu de cette chute car à la moitié du roman on s’y attends un peu... Cependant la seule véritable surprise est le fait que l’inspecteur Lili Rigosi est en fait la petite Marlène dont était amoureux le jeune Léonard Toudal, et il n’est donc pas difficile de connaître le meurtrier des trois victimes. Léonard Toudal, jeune passionné d’échec ; les pièces d’échecs retrouvés sur le corps des victimes. Les morceaux se recollent parfaitement. Toutefois l’assassin finira par se livrer lui même. Ce que l’auteur arrive à faire passer comme message à la fin du récit, est qu’en cas de problèmes il ne faut pas tout garder en soi et en parler à des adultes ou des amis, afin de ne pas laisser grandir la haine qui peut conduire à commettre des choses horribles ou stupides comme l’a fait Léonard Toudal. L’adolescent qui lit ce livre et qui aurait alors , sait-on jamais, le même type d’ennuis se décidera peut-être à avoir le déclic nécessaire pour s’en sortir.

    Je pense qu’Échec et Rap, est un roman permettant de captiver les jeunes lecteurs, même les plus hostiles à la lecture. Les thèmes très actuels comme le rap, le racket y sont abordés. Cependant contrairement à l’éditeur, je le déconseillerai aux adolescents de 12 ans n’ayant pas encore assez de recul selon moi pour comprendre les nombreux messages apportés par l’auteur et le recommanderai à des lecteurs plus âgés, ayant aux alentours de 13 ou 14 ans.

    Liens utiles en rapport avec le livre :

    http://jpnoziere.com/

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Paul_Nozi%C3%A8re

    http://www.nathan.fr/jeunesse/nathanpoche.asp ?rub_flash=2&sousrub_flash=7

    Bibliographie :

    Adieu mes jolies Syros, Coll. Rat Noir - 2007

    Échec et rap Nathan, Coll. Nathan poche - 2007 Le Ville de Marseille Gallimard jeunesse, Coll. Scripto - 2007

    L’île aux chiens Gallimard Jeunesse, Coll. Hors-Piste - 2007 Bye-bye Betty Gallimard jeunesse, - 1993

    Soir d’été appartement 3b La Farandole, Coll. Accents - 1993

    Retour à Ithaque Gallimard jeunesse, Coll. Page blanche - 1992

    Un été algérien Gallimard jeunesse, - 1990

    Rube est un sale menteur Nathan, Coll. Arc-en-poche - 1988

    Pépé Verdun Magnard jeunesse, - 1985

    Pépé révolution Magnard jeunesse, - 1981

    L’œuvre bibliographique de J-P Nozière étant trés longue je vous invite à venir sur ce site pour la consulter entièrement :

    http://www.ricochet-jeunes.org/biblioauteur.asp ?id=1737

    Échec et Rap, J-P Nozière, ISBN 978-2-09-251315-6,178 pages Éditions NATHAN poche, policier

    Axel JANICKI L1 Humanité et sciences de l’information UFR Langues et Cultures Antiques