Site littérature jeunesse de lille 3

Lili la bagarre, de Rachel Corenblit

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Née au Québec, Rachel Corenblit, philosophe de formation, a exercé plusieurs métiers avant de se tourner vers l’enseignement. Professeur des écoles depuis 1997, elle est aujourd’hui maître formatrice à l’Université de Toulouse. Elle écrit Dix-huit baisers plus un, l’amour vache, publiés aux éditions du Rouergue dans la collection doAdo. Elle écrit aussi Lili la bagarre, dans la collection ZigZag. Ce roman est illustré par Julia Wauters. Rachel Corenblit écrit ce roman en souvenir de son enfance. En effet c’est dans la cour de son école qu’est née Lili.

    Lili est une petite fille qui n’a peur de personne. Elle s’énerve si on dit qu’elle est amoureuse et se bat avec les garçons. Un jour Aslan, né en Tchétchénie, arrive dans sa classe. Lili découvre une autre forme de combat, au service d’une cause. Elle réunit sa classe pour lutter contre l’expulsion d’Aslan.

    (GIF)

    « C’est moi la plus forte, et c’est moi qui les massacre, qui les explose, qui les écrabouille. »

    Tout d’abord, j’ai trouvé que ce roman était agréable à lire. En effet, tout au long de celui-ci on retrouve un langage plutôt familier. La petite fille ne mâche pas ses mots. Ce qui fait l’originalité de ce roman c’est aussi le fait que le personnage principal est une fille. En effet, c’est assez drôle de voir une fille se battre avec des garçons et ne pas se laisser marcher sur les pieds. Puis ce roman est illustré, ce qui rend la lecture plus agréable et plus facile, car on peut ainsi se représenter les personnages. Enfin un thème principal est la violence dans la cour de récréation. C’est un sujet encore d’actualité qui est ici illustré de manière simple et plaisante.

    « La violence, elle peut être dans les mots, Lilouchka. Ça peut faire plus mal que les poings. »

    On peut alors étudier la visée didactique du roman. Ce roman explique donc la violence entre les enfants, Rachel Corenblit nous montre ici que Lili frappe sans réfléchir. Or la violence ne mène à rien, et lui apporte des problèmes. Les jeunes devraient au contraire discuter au lieu d’en venir aux mains. Ensuite, ce roman nous montre aussi qu’il faut être solidaire dans la vie quand quelque chose ne va pas. Ici les enfants sont touchés par l’expulsion de leur nouvel ami, ils décident donc de faire la paix pour pouvoir tous se mobiliser pour manifester. Puis au fil du roman, on se rend compte que l’auteur évoque les problèmes de famille, Lili ne s’entend pas très bien avec ses parents, il n’y a pas dialogue entre eux.. Cela est dû (comme l’explique Rachel Corenblit) au fait que les parents de Lili se disputent et donc celle-ci ne veut pas se méler de ces “histoires de grands” qui sont trop compliquées pour son âge.

    « Elle s’est penchée sur moi, elle m’a embrassée et je me suis sentie comme après la guerre. En paix. »

    Le mot “paix” clôture ce roman. Ce mot délivre un message important : le fait qu’il ne faut pas chercher les conflits, surtout les “bagarres” sans intérêt, et qu’il faut plutôt se mobiliser pour entretenir un monde meilleur. Ce mot vient aussi en opposition au mot “guerre” qui est mentionné plusieurs fois dans le roman par le grand-père de Lili.

    J’ai donc beaucoup aimé ce livre, à la fois drôle tout en étant sérieux. Pour moi, ce livre est tout à fait accessible à des adolescents, plus particulièrement à ceux qui travaillent sur la solidarité, le droit de manifester, mais aussi sur la violence, la guerre... En effet, tous ces thèmes y sont traités d’une manière plaisante. Mais il peut tout à fait être accessible aux adultes compte tenu des thèmes qu’il aborde, car ceux-ci sont toujours d’actualité aujourd’hui.

    Paru le : 22/10/2008, Editeur : Rouergue (Editions du), Collection : Zig zag, ISBN : 978-2-84156-965-6, EAN : 9782841569656, Nb. de pages : 101 pages, Poids : 115 g, Dimensions : 12cm x 17cm x 1,2cm

    TONUS Caroline, Licence 1 d’italien, UFR Langues Slaves et Romanes.