Site littérature jeunesse de lille 3

L’attrape-coeurs, de J.D. Salinger

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Écrit par J.D. Salinger en 1951, L’attrape-coeurs connaît aussitôt un immense succès et défraye la chronique. Les thèmes abordés (prostitution, alcool, sexualité...) et le langage utilisé (mélange d’argot, de langage soutenu et de préciosité) déplaisent et choquent. Cette liberté de ton et d’esprit crée la controverse.
    (JPG)
    © Pocket, 2002

    Holden Caulfield renvoyé du très prestigieux collège de Pencey Prep, trois jours avant les vacances de Noël, décide de retourner dans la maison familiale mais n’ose pas affronter une nouvelle fois ses parents. C’est alors que débutent de longues pérégrinations dans les rues de New-York.

    Dans ce roman, J.D. Salinger décrit avec ironie, sarcasmes et justesse le difficile passage à l’âge adulte d’un adolescent en crise, plein de doutes et en quête de lui-même.

    UN ADOLESCENT VAGABOND...

    Après avoir était expulsé de Pencey Prep, établissement scolaire élitiste et prestigieux, le jeune garçon erre pendant trois jours dans les rues de New-York. Entre chambres d’hôtel et clubs de jazz où se côtoient filles de joie et hommes respectables, macros et chauffeurs de taxis, dans un monde où la drogue est à portée de mains et l’alcool coule à flots, il nous fait part de quelques instants bien choisis de sa vie, qui expliquent ce qu’il fut, ce qu’il est et ce qu’il sera, qui expliquent son anxiété, ses craintes et son incertitude. Sa vie nocturne attise ses angoisses.

    ...AUX ANGOISSES EXACERBÉES

    Holden n’est pas un élève studieux, il s’est plusieurs fois fait renvoyer de différentes écoles toutes plus prestigieuses les unes que les autres ; il est menteur, il aime s’inventer un monde, une personnalité, il prend plaisir à enjoliver sa propre vie ; il est très peu sociable et éprouve parfois du dégoût pour autrui (les seules personnes qui ne lui inspirent ni mépris, ni dégoût sont sa soeur et son frère décédé), il ne veut pas grandir et le monde des adultes l’effraie. Il est le cauchemard de tous parents mais il est surtout l’avatar, l’incarnation de l’adolescent.

    Ses aventures et ses rencontres incongrues et parfois sordides sont une leçon de vie, elles sont le portrait de la société avec toutes ses contradictions parfois dures à comprendre lors de l’adolescence, lorsque l’on a soif de justice, de liberté, et de révolte, lorsque l’on est pas encore rentré dans le moule et désabusé par le monde dans lequel on vit.

    La folie de ce jeune homme de 16 ans permet à chacun de partager ses doutes, ses angoisses, souvent moins exacerbées que celles du héros, mais parfois tout aussi dures à analyser soi-même. Elle permet aussi une liberté de ton et d’aborder tous les sujets et de passer outre les tabous.

    UN COEUR ATTRAPÉ, LE MIEN

    Ce roman biographique, aux traits parfois autobiographiques, devenu culte dépasse les clivages et se débarrasse des clichés et des procédés attendus de ce genre. Pas de longue introspection, et aucune fioriture et longue description de la famille ou autres personnages importants dans la vie du jeune Holden Caulfield. JD Salinger préfère une simple description de l’esprit et du caractère, des craintes et des doutes partagés. Il décrit avec brio l’âge incertain de l’adolescence. C’est ainsi que l’on se sent proche de cet adolescent bourgeois à l’esprit vif. Son langage, son ironie et ses sarcasmes ne font que nous séduire d’avantage, tout comme l’atmosphère beaudelairienne, froide, brumeuse et mélancolique, des jours précédents Noël, sur un air de jazz dans le New-York des années 50.

    L’attrape coeur est un roman résolument moderne. Une question reste à élucider. Pourquoi nombreux sont les psychopathes ayant lu ce livre ? À commencer par Mark David Chapman, qui, quand il a assasiné John lennon, l’avait dans sa poche...

    Anne-Sophie BOUET-SAUVETERRE

    L1 Humanités Sciences de l’Information

    Post-scriptum

    SALINGER, Jerôme David. l’attrape-coeurs. Traduit de l’américain par Annie Saumont. Paris : Pocket, 2002. 252 p. ; 18 x 11 cm. (Pocket ; 4230). ISBN 2-266-12535-4 broché.

    Titre original : The Catcher in the Rye

    Pour en savoir plus sur J.D. Salinger : livres, citations, photos et vidéos sur Babelio