Site littérature jeunesse de lille 3

SPIP, le bien aimé...

Quand le plus vieil écureuil du monde se raconte...
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Venez, entrez, rejoignez-nous dans le village de Champignas, à la rencontre d’un étrange petit personnage, ou plutôt d’un sympathique écureuil. Suivez-moi et venez connaître l’acolyte de Spirou.

    Il était bien tôt ce matin-là, les oiseaux ne chantaient pas encore tandis que quelques chauves souris voletaient librement profitant des derniers rayons de la lune, mais bientôt elles devraient retourner dans leur grotte afin de s’y reposer. Le soleil quant à lui n’allait pas tarder à se lever, inondant le village de Champignac de ses chaleureux rayons orangés, cette journée de printemps devrait être chaude, cela ne faisait aucun doute, mais pour le moment la nuit était encore maîtresse du temps, régnant telle une reine noire.

    Le village était calme, endormi, pas un bruit, rien ne perturbait ce silence presque religieux, cela n’allait pas durer ... En effet deux petites ombres se faufilèrent en silence, longeant les murs, sans doute par peur de se faire repérer. C’est sans doute la chose la plus intéressante, la seule d’ailleurs à nous mettre sous la dent, suivons donc ces deux ombres, appartenant sans aucun doute à deux jeunes enfants...

    Les deux ombres prirent la direction du château, lieu où réside le vieux Comte, Pacôme de Champignac, amis de deux légendaire reporter : Spirou et Fantasio. Mais au dernier moment les deux jeunes enfants bifurquèrent en direction de la forêt, pour quelle raison ? Pourquoi faire ? Continuons donc à les suivre. Les rayons de soleil commencèrent à pénétrer dans la luxuriante forêt, si bien que l’on put enfin apercevoir nos deux jeunes intrépides amis. Deux jeunes gens, un garçon et une fille, l’un roux, l’autre blonde, le jeune homme d’une douzaine d’année est habillé simplement, un vieux jean délavé et un tee-shirt blanc, rien que de bien banal, la fille aussi est ordinaire, une petite robe bleue pastel avec quelques dentelles, une coiffure avec deux nattes. Deux futurs aventuriers bravant la nuit et la forêt, mais on dirait qu’ils cherchent quelque chose, ou plutôt quelqu’un. Oui c’est bien cela, ils commencent à appeler leurs amis.

    « Spip, spip ! Où es-tu ! Nous voulons te parler »

    (JPG)

    Spip, spip, bon sang, cela ne vous dit rien ? Mais si voyons, réfléchissez, vous avez tous eu à faire à lui, vous ne voyez toujours pas ? Ah je sens qu’un léger rafraichissement de mémoire s’impose, pour le bien de tous et surtout pour le bien de Spip, c’est que c’est très susceptible un écureuil !

    Eh bien oui, un écureuil, cela vous revient ? Champignac, Spirou ? Voilà, j’en étais sûr, le gentil Spip, amis et compagnon de Spirou dans ces aventures, l’écureuil légèrement grognon, mais tellement marrant. Allez, revenons aux deux enfants, on dirait qu’ils ont trouvé ce qu’ils cherchaient. D’ailleurs ils sont en pleine conversation, approchons l’oreille pour savoir de quoi est ce qu’ils peuvent bien parler ...

    “Dis Spip, maintenant que tu as raconté quelques une de tes aventures, tu pourrais nous parler de toi ? Demande le jeune enfant”

    “Ah quand même, j’avais cru que vous ne me poseriez jamais cette question les enfants, quand on me rencontre, on parle que de mon maître, je l’aime bien tout de même mais j’existe aussi, il y a Spirou, mais aussi Spip, il ne faut jamais l’oublier.

    Tout a commencé quand mon Spirou m’a sauvé des griffes de mon ancien maître, un savant complètement fou, brrr j’en ai encore des frissons d’ailleurs.

    (JPG)
    Spirou sauvant notre ami Spip

    Et depuis ce moment je ne le quitte, je peux vous dire que je connais un paquet de choses sur lui, vous savez que quand il dort il...

    Spip, nous voulons parler de toi, pas de Spirou, fait un effort s’il te plait ! Qui est ton papa ?

    Oui, oui je suis désolé, l’habitude, que voulez-vous ! Mon papa, ou devrais-je dire mes papas, car oui j’en ai eu plusieurs, ils ont tous ajouter un petit quelques choses, qui font que je suis comme je suis maintenant, un animal parfait !

    Je vais commencer par mon premier, mon créateur, celui qui m’a fait vivre, mon premier papa : Rob Vel, un sacré dessinateur celui là. Et quoi que tout le monde dit, je suis français, tout comme Spirou. Je suis né en 1938, je sais ça fait un sacré bout de temps et beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis. Ah quand je repense à mes débuts, de mon papa, je n’étais pas vraiment utile, il arrivait même que je disparaisse dans certaines case alors que j’étais pourtant sur celle d’avant, c’était tout simplement amusant, mais très frustrant pour moi. Mais que vous voulez vous les enfants, j’étais jeune, je voulais être connu et je venais d’être sauvé. Et surtout, je ne pouvais pas parler, vous vous en rendez compte ? Je ne parlais pas à mes début...”

    (JPG)
    Heureusement que Spip est là

    Les enfants lâchèrent un cri de surprise. La jeune fille regarda Spip, les yeux pleins de questions.

    Comment ça tu ne parlais pas à tes débuts ? Tu parles bien pourtant, je ne comprends pas.”

    “Hi hi, oui je sais, c’est étrange, mais c’est pourtant bien vrai ! J’ai dû attendre mon second papa, car je ne sais pas pourquoi, mais Rob Vel ne voulait pas me faire parler, d’ailleurs il ne voulait pas vraiment de moi, je servais seulement à faire un plan d’ensemble, bref passons. C’est mon deuxième papa Jijjé qui m’a donné le don de parler et je peux vous l’assurer ma vie à changé ce jour là ! C’est ce jour que mon rôle est devenu très important, enfin je le croyais, jusqu’à ce j’appris que j’allais être remplacé ...”

    De nouveau un cri résonna dans la forêt mais c’était plus un cri de colère. Et ce fut le jeune garçon qui prit la parole :

    “Remplacé ? Mais pourquoi tu as été remplacé ? Qui a voulu te remplacer ?”

    “Ouh la, doucement mon jeune ami. Je n’ai pas été remplacé, mais mon troisième papa : Franquin, sans doute le plus connu de tous, a fait perdre de l’importance à mon rôle, tout cela à cause d’une bestiole à longue queue, oui, oui je veux bien entendre parler de mon ami le marsupilami. Et oui il y a eu de la concurrence à ces débuts, mais c’est passé, maintenant nous sommes de très bon ami. Mais ceci, c’est toujours sous Franquin que Spirou ne me compris plus, je ne pouvais plus parler avec lui comme au bon vieux temps. Olalala il s’en est passé des choses sous Franquin, mais ce qu’il faut retenir, c’est que mon bon papa a rendu Spirou encore plus populaire qu’il ne l’était déjà.

    J’ai dû attendre quelques moments encore et un le scénariste qui a fait de moi tel que vous me connaissez maintenant, il s’agit de : Greg, un grand ce monsieur, c’est lui qui m’a donné mon humour sarcastique, mon non désir de suivre mes maître dans leurs sacrées aventures et je dois bien le dire qu’il a suivi mes conseils, les menaces de morsure ont bien marché.

    Mais malheureusement après neuf albums, Fournier a dû partir, nous sommes maintenant en 1980 et de nouveaux papas vont suivre.”

    (JPG)
    Toujours pour les bonnes blagues

    Spip sortit de sa fourrure quelques noisettes, mais sous le regard insistant des enfants, il reprit son histoire.

    “Hum oui, désolé. Je disais donc, nous sommes en 1980 et j’ai le droit à deux nouveaux papas : Raoul et Cauvin. Malheureusement, ils n’ont pus faire que trois albums. Et ceux-ci n’ont attiré que très peu d’enthousiasme, je ne comprends pas trop, dedans je suis pourtant si beau, si attirant, ah je vous jure je ne vous comprends pas vous les fans.

    Et vinrent mes papas les plus célébrés, ou du moins les plus connus par vous, les jeunes, mes nouveaux admirateurs. Mes nouveaux papas sont arrivés en 1984, je m’en rappelle très bien, quand ils sont venus se présenter à Spirou, j’étais dans le grenier, à dévorer une somptueuse tarte à la noisette, un régale, je vous l’assure. Je veux bien sûr parler de Tome et Janry. Mais non pas Tom et Jerry, Tome et Janry ! ah, je vous jure les jeunes !

    Bref avec Spirou et moi et bien entendu Fantasio, nous avons vécu 14 ans d’aventures répertoriées dans 13 albums.

    Malheureusement, en 1998 après un album qui fit débat dans le monde de la BD, je pense que vous en avez entendu parler les enfants. Quoi quoi vous étiez jeune, ils avaient essayé un tout nouveau genre de dessin, plus proche de la réalité, il y a eu débat, mais ce style de dessin n’a pas bien marché et puis je dois vous l’avouer, je n’étais très beau. Puis de nouveau des parents ont fait leur arrivée, Jean David Morvan et José Luis Munuera. Ils sont à mes petits soins depuis 2004 et je dois bien vous l’avouer, ils m’ont redonné une seconde jeunesse.

    Oui voilà, vous connaissez un peu mes papas. Vous voulez savoir d’autres choses ?”

    Les enfants se regardèrent dans les yeux, ils cherchaient d’autres questions, ils en avaient tellement, mais ils ne voulaient pas déranger leur nouvel amis. Puis le garçon se décida enfin à parler :

    “Oui, j’aurais une question, d’où te vient ton prénom ?

    “Alors, mon prénom ! Comme tu dois le savoir, je suis français, mais aussi belge. Et dans certaines régions de la Belgique, le mot Spip signifie écureuil. C’est simple, mais je dois vous le rappeler qu’à l’origine je ne devais être qu’un personnage secondaire, mais j’ai pris de l’importance, d’ailleurs je suis plus connus que Spirou, j’en suis sûr. Les aventures de Spip, sonnerait bien tout de même, vous ne trouvez pas ?”

    Les deux enfants furent pris d’un fou rire qui dura quelques minutes. Puis la jeune fille, voulut poser une question, mais elle s’arrêta pris d’une timidité. Le garçon parla donc à sa place.

    “Désolée elle est timide. Spip, tu as parlé de tes papas, mais toi, peux tu nous parler de ton évolution s’il te plaît ?

    “Oui certainement, je vais le faire rapidement, pas besoins d’en faire des lignes. Au tout début je ne servais, il faut bien le dire, pas à grand-chose. J’étais là pour meubler, pour rendre la situation un peu plus comique dans telle ou telle case, rien de plus, c’était sous Rob Vel. Puis Jijé me donna la parole, mais je ne servais toujours qu’à donner des avis comiques sur la situation. Puis sous Franquin, une fois qu’il avait décidé de me garder, j’ai continué sur l’aspect comique, avec cette fois-ci, un peu plus de jeux de mot. Bref on me prenait pour un clown. Sous les débuts de Fournier, j’ai toujours gardé ce rôle, en faisait certains coups d’oeil au syndicat, car je refusais d’aller vers le danger. Mais Fournier me rendit très vite sage, d’ailleurs je le savais que je l’avais toujours été. Et j’ai décidé de m’investir dans les aventures des deux casse-coups, Spirou et Fantasio, d’ailleurs je les ai sortis de pas mal de situations dangereuses. Sous Tome et Janry et un nouveau trait de caractère apparaît, je suis devenus plus sarcastique. Malheureusement dans le dernier album je n’apparais presque plus, je passe au dixième plan, au moins ! D’ailleurs cette situation n’a guère plu à mes fans. Et depuis 2004, mes nouveaux papas m’ont redonné un rôle important, un aspect comique, sarcastique et surtout l’apparition du courage et d’un goût pour l’aventure. Oui je sais, je suis géniale. Et aussi j’aime durant les BD m’interposer avec le narrateur quand celui délire légèrement. Autres mes changements de mentalités, j’ai subi aussi un changement physique, afin de devenir le bel étalon qui se tient devant vous.

    Et bien voilà vous me connaissez un peu plus maintenant. Je crois qu’il va être l’heure de rentrer chez vous les enfants, vos parents vont s’inquiéter de votre absence. Mais revenez quand vous voulez, par contre éviter de crier, Pacôme, le comte de Champignac et amis de Spirou, n’apprécie guère les intrus dans sa forêt, il n’est pas méchant, mais que vous voulez les personnes âgées...”

    Les deux enfants se mirent à rigoler de nouveau. Et après de brefs aurevoirs, les deux ombres retournèrent en direction du village de Champignac, laissant Spip seul dans la forêt.

    « Ah les jeunes enfants, intrépides et pleins de questions. Bon sang que j’aimerais redevenir jeune ! Qu’est-ce que je raconte moi, je ne vais pas bien, quitter ma vie de pantouflard pour retourner mettre ma vie en danger et surtout mon superbe pelage roux ! Certainement pas, j’ai plus de 70 ans maintenant. Tiens d’ailleurs je crois que je suis le plus vieil écureuil du Monde ... »

    (JPG)
    Et dire qu’il a plus de 70 ans...

    Imaginé par Kilian MORIN, L1 HSI

    Post-scriptum

    Quelques liens suplémentaires

    Toutes les aventures

    Histoire d’en savoir un peu plus

    les évolutions dessins de spip