Site littérature jeunesse de lille 3

OBÉLIX : ma vie en Gaule, par Obélix

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Bonjour. C’est moi, Obélix ! Vous me connaissez sûrement tous. Mais croyez-vous vraiment tout savoir sur moi ? Je ne suis pas très bavard et il y a bien des choses que vous ignorez à mon sujet.

    Ma vie en Gaule, par Obélix

    Moi (JPG)

    Ma naissance sur le papier

    (JPG)
    Mon père Albert Uderzo (Il fait les dessins)
    (JPG)
    Mon autre père René Goscinny(Il écrit les textes)

    C’est un jour de 1959 que je vois le jour. J’apparais pour la première fois dans la revue Pilote. Mes deux pères sont Albert Uderzo, qui me dessine, et René Goscinny, qui s’occupe du scénario. Mon premier album, Astérix le gaulois, est publié en 1961. Vous êtes des millions à m’avoir adopté dès ma première aventure, et encore beaucoup plus après la deuxième, La serpe d’or. Je connais un grand succès. En 1974, les studios Idéfix adaptent mes aventures en dessins-animés. Malheureusement, mon père Goscinny meurt en 1977, et mon père Uderzo doit continuer seul. Son premier album en solo est Le grand fossé, paru en 1980. Certain regrettent Goscinny, mais je connais toujours un très grand succès grâce à mon public, avec des records de tirage en Europe. Et il semble que vous ne soyez pas sur le point de me dire au revoir puisque puisque je vis encore de nouvelles aventures, la dernière étant Le ciel lui tombe sur la tête, paru en 2005. Si on regarde le succès que j’ai depuis mes débuts et la créativité de mon père Uderzo, on peut s’attendre à lire mes aventures pendant encore très longtemps. Daltonien, mon père Uderzo a été aidé pendant plusieurs années par son frère Marcel pour la mise en couleur de mes albums. Il vit aujourd’hui à Neuilly-sur-Seine.

    L’évolution de mon personnage

    (JPG)
    Moi à mes débuts

    Au cours des années, je dois bien l’avouer, j’ai pris un peu de poids. Rien de bien inquiétant en ce qui me concerne. En effet, je suis et j’ai toujours été juste un peu enveloppé, et ce ne sont pas quelques petits sangliers à chaque repas qui pourront y changer quelque chose. Donc, comme je vous le disais, mon physique a un peu changé. En dehors de ça, à part dans Astérix le Gaulois où il est seul face aux Romains, je suis aux côtés de mon ami Astérix dans chacune de nos aventures. Mon petit compagnon à quatre pattes non plus ne me quitte jamais. Mon village résiste face à l’oppresseur romain, et il continuera de le faire jusqu’à ce que César comprenne qu’il n’aucune chance devant notre petit mais déterminé village d’Armorique. Si ça vous dit, vous pouvez le visiter sur le site officiel d’Astérix.

    Mon enfance

    Je suis né en 35 avant J.-C. dans un petit village d’Armorique peuplé d’irréductibles Gaulois et entouré par les campements romains Aquarium, Babaorum, Laudanum et Petibonum. « Irréductibles gaulois », c’est comme ça que nous appellent les Romains. Ils sont fous ces Romains ! C’est pendant la bagarre quotidienne de notre village, bien sûr déjà à cause du poisson pas frais, que j’ai vu le jour. En me voyant, mon père a tout de suite sauté de joie. Mais je n’étais pas le seul à être arrivé ce jour-là. Un autre petit Gaulois était né en même temps que moi. On peut dire qu’on est comme des jumeaux. Panoramix notre druide a fait les présentations et notre amitié était née. À partir de ce jour, Astérix et moi ne nous sommes plus jamais séparés.

    Ma famille et mes amis

    (JPG)
    Ma rencontre avec Astérix

    Mes parents s’appellent Obélamix et Gélatine. Ils vivent à Condate (Rennes). Ils y tiennent une boutique de souvenirs avec Astronomix et Praline, les parents de mon grand ami Astérix (voir Astérix et La Traviata). Quant à mon cousin Amérix, il fabrique des serpes à Lutèce (voir La serpe d’or). Si je vous parle de mes amis, le premier auquel je pense est bien sûr Astérix.

    (JPG)
    Ma mère et la mère d’Astérix

    C’est mon plus vieil ami puisque je le connais depuis le jour-même de ma naissance. Je le défends, et lui aussi est toujours là en cas de besoin. Partout où je vais, il vient avec moi. Mais il ne faut surtout pas oublier mon gentil petit toutou Idéfix. C’est mon deuxième meilleur ami. Il me suit partout où je vais. C’est un brave toutou. Il n’a peur de rien et je suis sûr qu’il comprend tout ce que je lui dis. Il m’a sauvé la vie quand j’étais bloqué dans la pyramide avec Astérix et Panoramix. Il nous a aidé à retrouver le chemin de la sortie. En récompense, je lui ai donné un tas de bons gros os, comme je le lui avais promis. Il me suit partout depuis Le tour de Gaule d’Astérix. Quand je l’ai vu, je n’ai pas pu résister et je l’ai tout de suite adopté. Que quelqu’un me dise du mal de mon petit chien et il aura du souci à se faire !

    Mon physique

    On dit souvent que je suis gros. Je ne comprends pas pourquoi. C’est vrai que je ne suis pas maigrichon. Mais par Toutatis, je ne suis pas gros ! Je suis tout juste un peu enveloppé. Dans Astérix chez Rahàzade, le fakir Kihça me traite même de « gros pachyderme ». J’ai déjà vu un éléphant. Il n’a vraiment rien à voir avec moi ! Dans Le fils d’Astérix, Astérix a bien failli se tromper. Quand je lui ai demandé s’il m’en voulait après qu’on se soit disputés, il m’a répondu : « Mais non gros b... grand bêta ! » En plus, « tout le monde sait que c’est dans le sens vertical que les rayures amincissent ! » Avec ma tenue, je n’ai donc aucun souci à me faire ! C’est vrai que j’aime beaucoup manger, mais je ne pense pas faire d’excès.

    Ma personnalité

    (JPG)
    Quand je suis tombé dans la potion magique

    Quand j’étais petit, vous le savez sûrement, je suis tombé dans la marmite de potion magique de Panoramix. Je suis entré dans la hutte du druide avec l’aide d’Astérix. J’ai tout bu, mais depuis ce jour, je n’ai plus le droit d’en boire. Je n’ai pu en boire que deux fois. D’abord, pendant mon voyage en Egypte, dans Astérix et Cléopâtre, Panoramix, Astérix et moi sommes restés bloqués dans la pyramide. Alors, j’ai pu boire trois gouttes de potions. On a pu ressortir, mais j’ai à peine pu en sentir le goût. Mais le pire, ça a été dans La galère d’Obélix. Pendant que tout le village était au combat, j’ai avalé toute la marmite de potion qui était dans la maison de Panoramix. Je me suis alors transformé en statue de granit. Après plusieurs potions et autres, je me suis enfin transformé en enfant.

    (JPG)
    Moi avec mes copains Romains

    On me dit aussi que je suis un grand sensible. J’adore frapper des Romains, j’ai un grand cœur tendre. Je ne laisserai jamais tomber mon grand ami Astérix, et j’adore faire des câlins à mon petit Idéfix. Pour l’amitié, je n’ai aucun problème. Mais pour l’amour, c’est plus compliqué. Je suis amoureux de Falbala, la plus belle femme de notre village. Mais pas de chance pour moi, elle est déjà la femme de Tragicomix. Je suis un éternel romantique. Je suis « sensible aux belles histoires d’amour qui finissent mal » et « également aux belles histoires d’amour qui finissent bien ! » J’ai aussi été très amoureux d’une belle jeune Indienne dans Astérix et les Indiens. Elle m’aimait aussi. Je serais bien resté avec elle, mais j’ai dù repartir avec Astérix et Panoramix pour sauver notre village de l’attaque des Romains. Ça a été un grand chagrin d’amour pour tous les deux.

    Mes aventures et apparitions

    (JPG)
    Mon petit chien

    Au fil de mes aventures, j’ai voyagé dans le monde entier. Je suis allé chez les Goths en Germanie, en Egypte, chez les Bretons, les Normands, en Grèce pour les Jeux Olympiques, en Hispanie, chez les Helvètes, à Rome, en Corse, en Belgique, et j’ai fait le tour de Gaule. J’ai eu un tout petit incident en Egypte quand j’ai cassé le nez du Sphinx. Sinon, c’est au cours de mon tour de Gaule avec mon ami Astérix que j’ai rencontré mon petit compagnon à quatre pattes. Il m’avait suivi pendant tout le voyage. C’est seulement de retour à notre village que je l’ai vu en train de me suivre. Les Romains ont souvent essayé de nous capturer mais chaque fois je n’en ai fait qu’une bouchée, à croire qu’ils en redemandent. Décidément, ils sont fous ces Romains ! Plusieurs de mes aventures ont été portées à l’écran. Comme dessins-animés, il y a eu Astérix le Gaulois en 1967, Astérix et Cléopâtre en 1968, Les douze travaux d’Astérix en 1976, Astérix et la surprise de César en 1985, Astérix chez les Bretons, en 1986, Le coup du menhir en 1989, Astérix et les Indiens en 1994 et enfin Astérix et les Vikings en 2006. J’ai aussi tourné dans trois films : Astérix et Obélix contre César en 1999, Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre en 2002, et enfin Astérix aux jeux Olympiques en 2008. Au cinéma, mon rôle a été joué par Gérard Depardieu et celui de mon ami Astérix par Christian Clavier puis Clovis Corniac. Mon interprète, comme vous le savez, a joué dans de nombreux films depuis 1965 dans Le beatnik et le minet. Son dernier rôle en date est le médecin dans Coco, de Gad Elmaleh (2009). Astérix et moi avons même notre propre parc d’attraction où tous les enfants peuvent nous rencontrer à loisir et acheter nos figurines, jeux vidéo et toutes sortes objets.

    Mes anachronismes

    Ceux qui suivent mes aventures peuvent dire que je suis en avance sur mon temps. Dans Astérix et Cléopâtre, j’assiste à la grève des ouvriers Égyptiens qui se plaignent de leurs conditions de travail. Il y a aussi certains ouvriers qui font des heures sup. Les Bretons, ancêtres des anglo-saxons, boivent de l’eau chaude tous les jours à quatre heures précises. Ils sont fous ces Bretons ! C’est d’ailleurs Astérix qui leur a fait découvrir les herbes qui donne du goût à leur eau. Ils arrêtent aussi de travailler, chaque semaine le même jour, pour la « fin de semaine ». Et chaque fois que je vais à Lutèce, les rues sont embouteillées, comme Paris aujourd’hui.

    Mon métier

    (JPG)
    Moi en train de travailler

    Mon métier est très facile à expliquer : je suis tailleur et livreur de menhirs. C’est un travail très facile, surtout avec ma force. Je n’ai connu qu’un seul accident du travail. Un jour, par erreur, j’ai lancé un de mes menhirs sur notre druide Panoramix. Il a complètement perdu la tête. On ne le reconnaissait plus. Comme il ne se souvenait plus de rien, tout le village risquait de se faire attaquer par les légions Romaines. Si son état continuait, plus de potion magique voulait aussi dire la fin de notre petit village. En attendant que Panoramix aille mieux, j’étais la seule personne qui pouvait défendre notre hameau. En dehors de cet incident, je ne me souviens pas d’un autre problème pendant mon travail.

    Ma passion pour la nourriture

    (JPG)
    Un grand festin au village

    Je ne peux pas vous dire le contraire : j’adore manger, et ce que j’aime par dessus tout, c’est le sanglier. J’en suis arrivé à en manger plusieurs à chaque repas. Dans Astérix chez les Bretons, je bois des cervoises, chez Cléopâtre, je mange une bonne grosse part de gâteau empoisonné. Par contre, si je n’ai pas le moral et que je ne mange que deux sangliers, comme dans Astérix légionnaire, tout le monde s’inquiète et me dit que je n’ai rien mangé. Mais ce que j’aime le plus, c’est festoyer avec quelques sangliers, différents gibiers ou encore des éléphants : c’est comme ça que j’ai fêté ma réussite aux épreuves dans Les douze travaux d’Astérix. Mais, dans cette histoire, je suis resté sur ma fin. Ce jour là, « le cuisinier m’a laissé tomber juste après les hors-d’œuvres ! » Dans le dessin-animé Astérix et Cléopâtre, j’ai fait le plus appétissant des rêves, tellement j’avais faim chez ces Egyptiens qui n’avaient même pas de sangliers. Ils sont fous ces Egyptiens ! C’est alors que j’ai chanté cette chanson : « L’appétit vient en mangeant » :

    VOIX OFF : LA CERVOISE D’ASTÉRIX !

    OBÉLIX

    (JPG) -Quand l’appétit va tout va *2
    -  Vidons les futailles
    -  A nous la ripaille
    -  Quand l’appétit va tout va

    ASTÉRIX

    -  Quand l’appétit va tout va
    -  Vive les quenottes
    -  Qui croquent et grignotent
    -  Quand l’appétit va tout va

    (JPG)
    Mon copain Astérix

    LES SANGLIERS D’OBÉLIX !

    -  Écoutez ce qui va suivre
    -  Le vieux proverbe est changé
    -  On ne mange pas pour vivre
    -  Il faut vivre pour manger

    OBÉLIX

    -  Quand l’appétit va tout va
    -  Pour la santé y a que ça
    -  La pure émotion
    -  C’est quand on a son
    -  Estomac dans les talons

    ASTÉRIX

    -  Les p’tits goinfres et les bons gros
    -  Sur un rythme d’allégro
    -  Pour manger et boire
    -  Pour jouer des mâchoires
    -  Quand l’appétit va tout va

    LES OS D’IDÉFIX !

    CLÉOPÂTRE

    (JPG)
    La belle Cléopâtre

    -  Obélix mon cher amour
    -  Je t’obéirai toujours
    -  Et le roi des rois
    -  Désormais c’est toi
    -  Quand Obélix va tout va

    OBÉLIX

    -  Cléo j’aime ton nez mignon
    -  J’aime aussi les champignons
    -  Et puis les saucisses
    -  Et le pain d’épices
    -  Quand l’appétit va tout va
    -  Quand l’appétit va tout vaaaa !

    ASTÉRIX

    -  Un bon repas sans fromage
    -  C’est une belle qui n’a qu’un œil
    -  C’est un oiseau sans plumage
    -  Une forêt sans écureuil

    FROMAGES

    -  Quand l’appétit va tout va (JPG)
    -  Veuillez rendre hommage
    -  Aux glorieux fromages
    -  Quand l’appétit va tout vaaaaaaa

    DÉSERT

    (JPG)
    Moi portant un dromadaire

    -  Quand le chameau passera
    -  Il lui faut montrer
    -  Sa sobriété
    -  Quand le chameau passera

    MAIS NON. J’AI UNE BOSSE. JE SUIS UN DROMADAIRE PAS UN CHAMEAU. HOH !! C’EST AGAÇANT À LA FIN !!!

    ASTÉRIX ET OBÉLIX

    -  Quand l’appétit va tout va
    -  Vive les quenottes
    -  Qui croquent et grignotent
    -  Quand l’appétit va tout va

    (JPG)
    Astérix et Moi

    -  Ne l’oubliez pas braves gens
    -  L’appétit vient en mangeant
    -  Vidons les futailles
    -  A nous la ripaille
    -  Quand l’appétit va tout vaaaaaaaa

    ©Grâce BREBION, mars 2009

    L1 Anglais, UE libre Édition jeunesse

    Post-scriptum

    Ma bibliographie

    Bandes dessinées : Aux éditions Hachette

    Les aventures d’Astérix le gaulois

    -  Astérix le Gaulois
    -  La serpe d’or
    -  Astérix et les Goths
    -  Astérix gladiateur
    -  Le tour de Gaule d’Astérix
    -  Astérix et Cléopâtre
    -  Le combat des chefs
    -  Astérix chez les Bretons
    -  Astérix et les Normands
    -  Astérix légionnaire
    -  Le bouclier Averne
    -  Astérix aux Jeux Olympiques
    -  Astérix et le chaudron
    -  Astérix en Hispanie
    -  La zizanie
    -  Astérix chez les Helvètes
    -  Le domaine des dieux
    -  Les lauriers de César
    -  Le devin
    -  Astérix en Corse
    -  Le cadeau de César
    -  La grande traversée
    -  Obélix et compagnie
    -  Astérix chez les Belges

    Aux éditions Albert René, Les aventures d’Astérix le gaulois

    -  Le grand fossé
    -  L’odyssée d’Astérix
    -  Le fils d’Astérix
    -  Astérix chez Rahàzade
    -  La rose et le glaive
    -  La galère d’Obélix
    -  Astérix et la Traviata

    -Astérix et la rentrée gauloise

    Hors-collection

    -  Le livre d’Astérix le gaulois
    -  La galère d’Obélix
    -  Astérix et la Traviata - L’album des crayonnés

    Albums de film

    -  La surprise de César
    -  Le coup du menhir
    -  Astérix et les Indiens

    Album illustré

    -  Comment Obélix est tombé dans la marmite du druide quand il était petit

    Vous pouvez aussi lire une interview de mon copain Astérix dans Vox Nordix.