Site littérature jeunesse de lille 3

La littérature jeunesse fait honneur aux pandas dans...

La forêt des pandas

... Pour les enfants à la recherche d’humanité, de couleurs et de tendresse.
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    MaoMao, un petit chinois, mène une vie douce et traditionnelle chez ses grands parents dans leur petit village, en harmonie totale avec la nature. Lorsqu’il découvre un petit panda blessé, c’est sans hésiter qu’il part en mission pour retrouver sa maman, de l’autre côté de la montagne, dans la réserve à Wolong. Mais la forêt est grande, et les dangers animaux et humains le sont aussi...
    (BMP)

    Guillaume Olive et He Zhihong nous livrent là un album verdoyant qui s’aventure dans une des dernières forêts encore susceptible de porter ce nom : la forêt des pandas. Si le message sous-jacent est empli d’humanité et de respect pour l’environnement, l’accent est mis sur les dessins, révélant une nature pleine de vie. Ces derniers permettent en effet à l’imaginaire de l’enfant de s’évader, comme sur l’illustration de la première page, où au premier plan apparaît le petit village où est concentré la vie du petit Mao-Mao et de ses grands parents : derrière ces brumes émanant de la forêt qui l’entoure se profile la montagne, frontière qui les sépare du monde de la ville, symbole à première vue anodin mais qui, dans l’imaginaire enfantin, peut si vite revêtir d’allures imaginaires. Car la ville est bien souvent reliée à d’autres formes de vie, urbaines cette fois, liées au monde du travail. C’est là bas d’ailleurs que sont partis vivre ses parents, à Cheng-li. Mais dans cet havre de paix en Chine profonde, où les jours passent et se ressemblent, les premiers êtres vivants sont les arbres, car ils sont les seuls à changer au fil des saisons. Les humains semblent compléter cette harmonie, au comble de laquelle viendra se fondre un petit panda... Commencera alors le périple de MaoMao qui devra le ramener à sa maman et qui, surtout, échapper à Yeye, le fils du braconnier.

    A l’image du texte, la vie ici coule au rythme de la nature, elle semble même en découler. Les images également sont bienveillantes, paisibles, et la nature est à la fois moelleuse et vaporeuse : Ce ne sont pas les images qui appuient le texte, c’est le texte qui appuie les images. Et elles y parviennent bien : si on garde à l’esprit la supériorité littérale des illustrations, toute violence est, par elles, rendue impossible. Le loup, figure de méchanceté dans les contes, n’est pas tué au coup de fusil alors qu’il s’attaquait au jeune garçon, il se contente de fuir. De plus, le panda a un visage de forme presque humaine, en tout cas correspondant à la taille de celle des personnages, tandis que ses gestes et expressions ne sont pas sans rappeler la vulnérabilité d’un bébé. En outre, ce panda émerge dans l’histoire et de la faune aussi naturellement que Mao-Mao qui jaillit de la flore des plantes sur la première de couverture. Cette confusion entre êtres vivants en dit long sur la volonté des créateurs de rehausser l’attention portée aux dons de la nature.

    Ce livre exalte non seulement sa beauté, mais aussi l’amour qui s’en dégage, et ce autant chez la nature animale que la nature humaine. Il propose par ailleurs une introduction dans la conscience des enfants de l’existence des braconniers, sans pour autant cependant leur donner la vision d’un monde noir ou désenchanté, ligne peu optimiste de plus en plus empruntée dans la littérature pour la jeunesse. Tout comme le choix de l’auteur d’ancrer son livre dans un contexte réel - celui de la Chine intérieure- c’est là encore une manière très douce de parler de la cruelle démesure des hommes en ce qui concerne leur environnement, et en particulier les animaux en voie de disparition. Cette sensibilisation est le combat de nombreuses associations, dont l’une d’ailleurs a pour emblème le panda.

    Nina Ducrocq, UFR Langues et Cultures Antiques, Humanités Sciences de l’information Licence 1.

    Post-scriptum

    Olive, Guillaume, ZHIHONG, He, La forêt des pandas , imprimé en Belgique chez Seuil Jeunesse, septembre 2006, 26p., illustrations en couleur, format cartonné 23,5cm x 33,5cm x 0,7cm, ISBN 2-02-086553-X n° 86553-1, 14.50€ (CREA.JEUNESS)

    Mots clefs : panda, animaux en voie de disparition, respect, environnement, Chine, sensibilisation, braconnier, écologie