Site littérature jeunesse de lille 3

Histoires de princesses, de Christine Palluy

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Une histoire de princesse pas tout à fait comme les autres car désormais les princesses prennent leur destin en main !
    (JPG)
    © Lito, 2005

    Un roi et une reine désespèrent de ne pas avoir d’enfants. La reine rencontre une vieille dame qui lui prédit qu’elle aura 9 filles et un garçon, mais que celui-ci doit porter un bonnet de roses bleutés, qu’il ne doit jamais quitter, de sa naissance à ses 1 ans. Mais lors de son bain la reine lui enlève et la vieille dame lance un sort, dans 15 ans lorsqu’elle reviendra seul le fils doit encore vivre au château. Chacune des filles doit se marier au cours d’un mois différent de l’année. La première commence en mars et la dernière en novembre. Si cela n’est pas respecté elles meurent.

    Le roi et la reine arriveront-ils à marier leurs neuf filles avant que l’heure de leur mort arrive ?

    Dans ce livre le public ciblé est essentiellement les petites filles. Car elles rêvent toutes d’êtres des petites princesses. Les Thèmes abordés sont l’amour, la famille, la différence et la tolérance.

    Histoire de princesse est une seule et même histoire, regroupé en plusieurs petites histoires car il y a une histoire pour chacune des neuf filles et une pour le garçon.

    Chacune d’elle est accompagnée de très belle illustration de Rébecca Dautremer, Claire Degans, Daneth khong.

    Chaque princesse est décrite physiquement ainsi que son caractère.

    On remarque que toutes sont différentes.

    La première est Capucine qui a des cheveux noir comme l’ébène et qui est la première princesse à devoir se marier au mois de mars.

    Puis Violette qui n’est pas vraiment une princesse et qui ne pense qu’ faire des blagues et n’a ni la beauté ni la grâce d’une princesse et qui est la deuxième à se marier au mois d’avril.

    La troisième est Camélia dont la beauté égale le courage qui se marie en mai.

    En juin s’est au tour de Mirabelle qui est rousse et charme tout le monde.

    Ensuite, Clémentine se marie en juillet.

    Grenadine est croquante à souhait avec ses cheveux blonds et bouclés et qui se marie en août.

    En septembre s’est Aiguemarine qui a un caractère aussi sombre que sa chevelure.

    Vient le tour d’Emeraude qui est prête à tout par amour.

    Et Agathe qui rêve de différence et se marie en novembre.

    Enfin arrive le tour de Jean, unique fils du roi et de la reine.

    À chaque page on découvre des illustrations en rapport avec l’histoire, parfois les dessins débordent sur le texte ce qui nous permet de garder tout au long du livre cette ambiance d’imaginaire.

    À chaque histoire le nom de la princesse apparait en haut à droite dans une très belle écriture faite à la plume puis on passe ensuite au texte.

    La taille de l’écriture n’est ni trop grosse ni trop petite ce qu’il faut pour ne pas surcharger les pages et laisser la place aux dessins.

    L’auteur a préféré faire plusieurs histoires ce qui permet aux parents de lire le livre en plusieurs fois, une histoire de princesse chaque soir, le suspense en est plus grand, l’enfant ne connaitra la suite de l’histoire que le soir suivant.

    Chaque princesse doit se « battre » ou relever des défis ou épreuves afin d’épouser un homme qu’elle aime réellement.

    Ce livre est également un message à la différence car chaque princesse est différente, que se soit physiquement mais aussi dans sa personnalité, dans son caractère, façon d’être, de voir les choses ou sur leurs envies.

    Aucune ne se ressemble.

    La modalité narrative est faite par accumulation narrative c’est-à-dire que l’on parle d’un personnage puis d’un deuxième, puis d’un troisième et ainsi de suite.

    Il y a un ton différent pour chaque princesse : l’humour avec Violette qui ne pense qu’a faire des blagues , l’émotion avec Emeraude qui est prête à tout pour sauver l’homme qu’elle aime, la dérision avec Aiguemarine qui va elle-même dans la grotte du dragon pour être « capturé » , le courage et la volonté avec Camélia ...

    Les images respectent la description des jeunes filles, elles aident également une ouverture sur l’imaginaire.

    J’ai eu un coup de cœur pour ce livre car les illustrations sont très belles et l’assimilation textes et images me fascinent toujours autant.

    Les images permettent davantage aux enfants de rentrer dans l’univers du livre.

    De plus on sort du contexte typique des histoires de princesses car ici elles doivent défendre leurs avis et opinion pour se choisir elles-mêmes un mari.

    Elles ne subissent plus et prennent en main leur destin, c’est également un message de tolérance pour d’accepter les différences.

    Ana L1 HSI, Langues et cultures antiques, mars 2009

    Post-scriptum

    PALLUY, Christine. Histoire de princesses. Rebecca Dautremer, Claire Degans et Khong Daneth ill. Lito, 2005. 136 p. : illustrations en couleur ; 25 x 25 cm. ISBN 10 2-244-41722-0 Cartonné 19,00 €

    À partir de 9 ans.

    Christine Palluy née en 1959, Elle vit à Nîmes dans le sud de la France. Elle écrit pour la presse et l’édition des histoires gaies et rythmées. Elle aime souvent mêler des éléments fantastiques dans la réalité quotidienne de ses récits.

    Rebecca Dautremer utilise les peintures oniriques, elle suit des cours aux Arts Décoratifs de Paris. Elle apparaît pour la première fois sur un album avec ’L’Enfant espion’ en 1995. Ces dessins sont inspirés des faits et de la poésie.

    Claire Degans née à Montpellier en 1977, elle suit des études d’art et d’esthétique. Elle a travaillé deux ans dans le graphisme puis en 2002 elle se consacre entièrement à la peinture, illustration et gravure.

    Khong Daneth est né au Cambodge en 1976. Elle étudie à l’école d’art de Bordeaux puis elle poursuit sa formation à Lyon. Elle travaille pour les maisons d’éditions Lito, Acte Sud, Milan, Petit à petit Aquitaine.