Site littérature jeunesse de lille 3

T’es plus ma maman, d’Eliette Abécassis et Delphine Garcia ill

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    L’album retrace la vie quotidienne d’Astalik, fille unique. Oh ce n’est pas une fille comme tout le monde ! Non, Astalik ne veut pas être mademoiselle Tout le Monde, il lui faut sa particularité, que cela plaise ou non à ses parents.
    (JPG)
    © Thomas jeunesse, 2008

    Astalik est la jeune fille d’aujourd’hui. Fini la petite Martine bien sâge ! Les enfants ont changé, Astalik incarne l’anti-Martine. Elle est l’enfant roi par excellence et règne sur son monde : ses parents. Elle leur dicte ce qu’ils doivent faire ou non et testent leurs limites.

    « - C’est moi qui me brosse toute seule. Miam, c’est bon le dentifrice ! »

    C’est en septembre 2008 que paraît l’album T’es plus ma maman, édité par Thomas jeunesse. Il s’agit du premier livre de la collection Astalik écrit par Eliette Abécassis et illustré par Delphine Garcia. Les parents peuvent le lire avec l’enfant dans le but de les éduquer.

    Le narrateur, neutre, concentre l’histoire sur cette fillette et le combat quotidien entre elle et sa maman.

    « - T’es plus ma maman ! Et je ne suis plus ta petite fille ! »

    En effet, tous les matins, c’est la même chose : Astalik n’en fait qu’à sa tête. Que ce soit pour se lever, s’habiller, se coiffer, prendre son bain ou manger.

    « - Hum, bon d’accord, mais je veux trois nattes. »

    C’est alors en robe à pois, pantalon, chaussettes, sandales jaunes et lunettes de soleil qu’Astalik va à l’école, sans oublier ses trois nattes ! Décidément, elle arrive à se distinguer des autres avec son propre style. Un style qui n’est pas sans déplaire à ses parents et à Guillaume, son "futur mari". »

    « - Et maintenant il ne veut plus se marier avec moi ! »

    De réflexions vexantes à ruses de la part des parents, Astalik prend conscience de la situation et nous offre une dernière image symbolique et émouvante à découvrir.

    On peut dire que le dialogue domine le livre. Le langage y est simple et familier, tout en respectant l’aspect comique de l’histoire.

    « - Je ne veux pas manger, c’est du caca boudin ! »

    Les illustrations sont riches en couleur, chaque page à sa couleur de fond. Le graphisme de Delphine Garcia est soigné, même si les traits de fond représentant les humeurs d’Astalik semblent être faits de manière rapide. Il est évident que les illustrations représentent le réel, ce qui a de l’importance pour l’illustratrice mais aussi pour l’auteur. On le voit notamment grâce à la place donnée aux dessins. C’est d’ailleurs ce qui nous frappe en premier lorsque l’on tourne la page. On regarde les images et ensuite on lit le texte. Il y a un réel rapport entre la phrase et l’illustration, l’image redit la phrase en plaçant le décor qui n’est pas indiqué par le narrateur.

    Marion Petit, Licence Italien, avril 2009

    Post-scriptum

    ABÉCASSIS, Eliette, GARCIA, Delphine ill. Thomas jeunesse, 2008. 40 p. ISBN 2354810229. Cartonné.

    4/8 ans.

    Mots clés : Astalik - enfant roi - relation mère/fille - caprices.

    Le site de Delphine Garcia

    Le site de l’éditeur Thomas jeunesse