Site littérature jeunesse de lille 3

L’AUSTRALIE ou le temps du rêve... (mini thèse)

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Australie, terre de rêve et de contraste, comment aborder cette contrée avec des enfants ?

    La littérature jeunesse a pour but, entre autres, d’éveiller les petits et plus grands à d’autres cultures, d’autres modes de vies et d’avoir un aperçu d’un univers différent de celui qu’ils fréquentent.

    L’Australie c’est donc l’occasion de parler d’ouverture a un autre monde. Un territoire immense, une contrée sauvage, une culture différente, les aborigènes, et une faune endémique, avec toute sortes d’animaux extraordinaires. L’Australie est un territoire d’une superficie de 7 687 454 km², pays d’Océanie, c’est la plus grande île du monde, situé au sud-ouest de l’océan pacifique.

    Dans un premier temps quand on parle de l’Australie on pense à cette immensité du territoire, immensité qu’il est nécessaire d’expliciter aux enfants, et c’est à travers les documentaires qu’ils ont le plus de chance d’appréhender concrètement cette contrée, son histoire, son territoire.

    Mais l’Australie c’est aussi un peuple originel, les aborigènes, qui ont leur mode de vie propre, leur culture et leurs légendes. Enfin, l’Australie c’est aussi un bestiaire fabuleux, peuplé d’animaux tous plus extraordinaires les uns que les autres.

    Le pays

    Penchons nous sur l’Australie, que présenter au lecteur sur ce territoire ? Comment aborder l’histoire de l’Australie ?

    (JPG)
    © Bayard Jeunesse, 1997

    L’Australie c’est un pays à la fois sec, c’est même le plus sec de tous les continents, avec des terres arides et semi désertiques. Mais aussi des forêt tropicales, et même des montagnes avec des sommets enneigés.

    C’est une contrée découverte par les britanniques grâce à l’explorateur James Cook des 1768, qui s’approprie immédiatement au nom du roi George III à l’époque roi d’Angleterre l’ile qu’il baptisera : Nouvelle-Galles-du-Sud. L’Australie est alors la terre des Aborigènes et l’Angleterre qui refuse de reconnaître leurs droits sur leurs terres en use comme bon lui semble.

    L’Australie accueille aussi les bagnards anglais. On peut voir grâce à cet ouvrage que l’Australie est une terre d’immigration volontaire, au début du XIX siècle, les plus démunis sont incités à rejoindre l’Australie a cause du chômage et de la pauvreté qui sévissent en Angleterre. Le pays a un besoin important d’hommes et de femmes célibataires pour cultiver les terres australiennes. Les immigrant australiens sont aussi non européen : les chinois dés 1840 surtout dans les exploitations agricoles et les exploitations minières. Mais aussi de la main d’œuvre du pacifique pour l’exploitation de la canne à sucre, des 1860.

    Environ 600 000 Mélanésiens arrivent des îles Salomon et de Nouvelles-Hébrides. Il y a aussi les bushmen, ce sont des hommes qui vont de fermes en fermes proposer leur services pour la tonte des moutons. Naissance de la nation australienne ne 1901, c’est un territoire qui alimente le commerce avec l’Europe.

    Par la suite l’ouvrage permet d’appréhender l’histoire aborigène, avec ses guérillas, en effet les aborigènes comprenant que les colons veulent s’approprier leur territoire entre en guerre. Malheureusement ce sera à leur détriment, et ils seront alors sous la coupe des britanniques, qui vont les contraindre à adopter le style de vie des européens. Les aborigènes sont pourtant la depuis environ 50 000 ans.

    C’est un ouvrage a visée pédagogique, il explique l’Australie depuis sa création, on part de la naissance de l’Australie puis du peuple aborigène. C’est un ouvrage avec beaucoup d’illustrations essentielles pour à la fois comprendre le texte mais aussi ne pas saturer et étouffer les lecteurs avec les informations. Il y a alternance de dessins, illustrations et photographies, permettant ainsi au lecteur de s’immerger et de s’approprier le texte plus facilement. Il permet aussi de voir que l’Australie a des conditions climatiques et topographiques difficiles, et qu’elle est vraiment un pays ouvert et multi-culturel, de par ses diverses vagues d’immigrations.

    Voilà pour installer le territoire, mais voyons maintenant le peuple australien, le premier, les aborigènes.

    Les aborigènes, premier peuple australien

    (JPG)
    © Hatier, 1999

    Quand on parle des aborigènes on pense d’abord a l’art aborigène, il évoque le plus souvent « le temps du rêve » qui relate le mythe de la création selon leur culture. Chaque artiste représente son pays, ses rochers, ses chemins, ses animaux,une sorte de carte imaginaire de son territoire, on dit qu’il « rêve son pays ». Chaque famille a ses rêves, et peindre un rêve d’une autre famille est un crime. Les peintures étaient à la base destinées à durer le temps des fêtes, par la suite les aborigènes ont commencé à exposer dans des galeries d’art.

    Quand on parle des aborigènes on parle aussi des « générations volées », il s’agit d’enfants aborigènes australiens qui ont été enlevés de force à leurs parents par le gouvernement australien jusqu’en 1969 environ. La majorité de ces enfants étaient des métisses, à savoir que leur mère était aborigène et leur père blanc. Ses enfants étaient placés dans des orphelinats ou des internats, mais aussi certains ont étés confiés à des religieux ou placés dans des familles d’accueil blanches. Il s’agirait de plus de cent milles enfants volés à leurs parents. Des enfants coupés de leur famille, leur racine, leur culture, interdits de parler leur langue et de pratiquer leur art. Il est intéressant de montrer aux lecteurs de tous âges que la liberté est parfois entravée, que le droit à la différence est souvent bafoué, et surtout qu’il n’y a pas qu’une seule manière de voir le monde. Il est important de rester ouvert et d’éveiller les enfants à cela.

    La faune

    Enfin l’australie ce sont aussi des animaux merveilleux, différents de ceux que l’on trouve dans nos contrées. On va commencer avec le wombat.

    (PNG)
    © Gauthier-Languereau. 1999

    Il était une fois un petit wombat qui aimait beaucoup creuser des trous, au point d’être si absorbé dans sa tâche qu’il en oubliait le temps. Au fond de son trou bien blotti il pouvait penser à toutes sortes de choses... Comme pourquoi suis-je un wombat et pas un kangourou ? Pourquoi le ciel est bleu ?... Tellement de questions que le temps passe, et quand petit wombat ressort de son trou sa maman n’est plus là ! Il se met donc à sa recherche, ce sera pour lui l’occasion de rencontrer les animaux de la faune australienne.

    Sans dévoiler l’histoire de petit wombat je peux dire que c’est un album qui parle de tolérance et d’ouverture d’esprit. Accepter les différences des uns et des autres et en faire une force, être solidaire. Chacun peut trouver sa place sur cette terre.

    Mais cet album permet aussi d’aborder un point important quand on parle de l’Australie a savoir ses animaux1 ! Le territoire australien recèle d’extraordinaires animaux qu’on ne voit pas partout, certains sont même endémiques à cette région du globe. Je vais aborder ici quelques espèces que sont :le kookaburra, le wallaby, l’opossum, l’émeu, le koala.

    Dans l’album « la sagesse de Wombat », les animaux sont utilisés pour faire passer un message, on voit apparaître dans le récit à tour de rôle des différent animaux. Lesquels sont présentés selon un procédé récurent, en effet petit wombat à chaque nouvel animal se voit demander : « qui es-tu toi ? », « Que sais-tu faire ? ».

    Petit wombat répond et se présente, puis c’est au tour du nouvel animal de présenter ses particularités.

    Il en va ainsi de chaque animal que va rencontrer petit wombat. C’est l’occasion de présenter les différentes particularité de chacun.

    Le kookaburra vole ; le wallaby saute, gambade et fait des bonds ; l’opossum se suspend la tête en bas et se balance par le queue ; l’émeu court et zigzague comme un fou ; le koala somnole, fait la sieste et ronfle !

    Petit wombat va même rencontrer un petit garçon aborigène qui lui, sait tout faire à peu près : sauter, courir, dessiner, et même chasser.

    Et petit wombat que sait-il faire ?, pas grand chose, a part creuser des trous et penser, penser beaucoup...

    C’est pourtant lui qui va avertir les autres animaux d’un danger et les sauver. Et les autres en retour vont l’aider à retrouver sa maman. L’important dans la vie est donc de se connaître et d’apprendre a composer avec les autres.

    Cet ouvrage sur petit wombat est illustré au crayon et pastel de couleur, les illustrations d’animaux sont très précises comme dans un documentaire. C’est un album avec beaucoup de texte mais qui est finalement assez simple à lire de par sa répétition. Le gros plan sur petit wombat sur la page de couverture et les couleurs sombres de certaines illustrations peuvent peu-être faire peur aux plus petits, mais pour les autres l’adorable frimousse de petit wombat leur fera bien vite oublier leur appréhension.

    Pour conclure le fait de parler, de faire découvrir aux lecteurs des pays différents du nôtre, a pour but de l’éveiller, de lui permettre d’ouvrir son esprit à d’autres modes de vie . Chose qu’il ne voit peut-être pas chez lui, ces ouvrages permettent aussi de voyager tout en restant confortablement assis dans son fauteuil, chose qui est agréable quand on est un petit de 8 ans et qu’on veut découvrir le monde .

    Perrine Delannoy, avril 2009

    Deust 2 métiers des bibliothèques et de la Documentation,

    Post-scriptum

    DARIAN-SMITH, Kate. L’Australie. Paris : Bayard Jeunesse, 1997. 48 p. : ill. en coul. ; 29 x 22 cm. (J’explore). ISBN 9 782227 735071

    MERLEAU-PONTY, Claire. Sally et le voleur du rêve. BALLANTINE, Kevin, ill. Paris : Hatier. Pali Mali. 1999. 62 p. : ill. en coul. ; 26 x 21cm. ISBN 97822743 800550

    MORPURGO, Michael, BIRMINGHAM, Christian.La sagesse de wombat. Paris : Gauthier-Languereau. 1999. 32 p. : ill. en coul. ; 24 x 32cm. ISBN 9 782013 908047