Site littérature jeunesse de lille 3

Etre le loup, de Bettina Wegenast

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Suisse-allemande, Bettina Wegenast est née en 1963. Auteur pour la jeunesse, journaliste, elle a été libraire de bandes dessinées à Berne. "Être le loup" est sa première pièce de théâtre et elle a déjà rencontré un grand succès (notamment le "Prix de la Caisse d’épargne de Munich") et a été adaptée en pièce radiophonique pour la SWR2 en Suisse.

    1 Le personnage principal est Kalle et aussi son camarade et néanmoins ami Locke. Ce sont de jeunes moutons. Ils ont un raisonnement à la fois enfantin et adultes. Il n’y a point de narrateur.

    (GIF)

    2 L’époque à laquelle se passe l’histoire est on peut l’écrire à notre époque ou n’importe laquelle à vrai dire mais cette époque existe, en effet, les lieux sont un pré, un bureau, une forêt et une rivière.

    3 Le lieu de la pièce se joue sur plusieurs tableaux ; un pré, un bureau, une forêt et une rivière. Des lieux classiques, moins pour le bureau. Ce qui renforce l’idée du conte.

    4 Il n’y pas de milieu social, les moutons sont au même régime. Ils broutent leur herbe et font tout pour éviter d’être croqué par le loup.

    5 Les personnages qui portent des valeurs positives sont tout d’abord Locke qui dit à Kalle de ne pas prendre le rôle du loup parce que c’est un mouton et un mouton doit rester mouton. Il y a aussi le Nain qui lui fait de juste recommandations mais lui doit faire son travail et engager un loup. Ensuite, Renée qui prononce des propos très sages à la fin de l’œuvre à Kalle pour lui dire qu’il est l’arroseur arrosé.

    LIRE LE RECIT

    C’est la fête dans le pré, les moutons se réjouissent et pour cause : le loup est mort. C’était un grand méchant loup, bien sûr. Enfin, pas si sûr, parce que personne ne l’a jamais vu. Mais le mouton Kalle connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui l’a vu. Locke, son copain, a des doutes. Kalle s’énerve. Terriblement. Comme le loup est mort, on lui cherche un successeur. Kalle se présente. Jouer au loup, c’est facile, mais être le loup, est-ce si simple ?

    Kalle va-t-il savoir être la hauteur de son nouveau rôle ? Quelle va être sa réaction vis-à-vis de Locke et des autres ? Terrible suspense...

    6 La comparaison entre la situation initiale et la situation finale :

    Au début de l’histoire, deux moutons Kalle et Locke broutent tranquillement. Ils entendent que le Loup est mort. Ils sont ravis mais Kalle sait qu’on lui cherche un remplaçant. Sur les conseils de Locke pour ne pas se présenter, il le fait tout de même. Le Nain qui gère de donner le costume de Loup lui indique ce qu’il doit accomplir. Kalle est tout excité et commence sa nouvelle vie ...en Loup. Il décide alors de se venger sur une amie, Renée. Il la piège dans la forêt et la dévore. Locke mécontent sait que pour tuer un loup il faut être chasseur et on en cherche un. Il se présente chez le Nain, enfile lui aussi son costume et part à la recherche de Kalle. Il le trouve en train de digérer Renée. Il lui ouvre le ventre et la remplace par une pierre et le jette dans l’eau. Kalle va se noyer. Renée décide de le sauver. Mais en contre partie, elle lui fixe sa clochette dans le ventre. Au réveil, Kalle se sent mal et ne veut plus être le loup, il retourne son costume et pèse après coups ses maladresses. C’est beau d’être mais il faut aussi assumer.

    7 La répartition des rôles :

    Kalle et Loche sont de bons copains, deux sympathiques moutons. Renée apprécie Locke mais pas Kalle qui lors d’un jeu, lui a mordu la cheville. Au furet à mesure de l’histoire, Locke va en avoir marre de Kalle surtout quand il va manger Renée. Puis à la fin, tous redeviendront copains copines malgré cette histoire.

    8 La gestion de la chronologie :

    L’histoire commence à partir du moment où le Loup est mort. Immédiatement dans l’esprit de Kalle, il y a moyen de faire quelque chose de grand, d’être reconnu. Alors Locke va tout faire pour l’en empêcher, en vain. Puis tout au long du récit, de péripéties en péripéties, l’histoire va s’emballer allant même presque jusqu’à la mort. Mais heureusement tout finira bien avec à la fin un vainqueur et un vaincu, un arroseur et un arrosé.

    9 La création de l’univers de référence :

    Chaque lieu est décisif dans l’histoire. En effet, le pré, là où Kalle décide d’être le loup, le bureau, là où il trouve le Nain et là aussi où Kalle prend son costume et c’est aussi là que Locke prendra le rôle du chasseur. La forêt, lieu du traquenard où Kalle mangera Renée. Enfin la rivière, scène morbide, où Kalle réussi presque à se noyer avec la pierre qu’il a dans le ventre mais sera sauvé de justesse pas Renée et Locke malgré-lui.

    10 La composition du récit :

    L’œuvre est à document à dominante narrative. Ils reposent sur la mise en récit de l’information, c’est-à-dire l’inscription dans un moule narratif de lieux, de situations et de rôles. La force du récit est qu’elle permet l’intégration de tous les fonctions assumées par les autres types de discours, notamment grâce au dialogue. C’est une pièce de théâtre et donc le dialogue est sous forme des petites strophes ou paragraphes. La fonction du dialogue dans le récit est de décrire, argumenter, narrer, expliquer, permettre une pause (avec le monologue du Nain).

    11 La gestion du réel et de l’imaginaire :

    Nous sommes dans l’imaginaire pure, des moutons qui parlent, un mouton qui se fait passer pour le Loup. Un mouton mangeant un autre, lui mettant une pierre dans le ventre. C’est très imaginaire. Mais si l’on remplaçait les évènements, par des idées plus réalistes, alors, tout serait plus crédible.

    12 Le genre littéraire et l’intertextualité :

    Ce texte est une pièce de théâtre.

    13 Les choix lexicaux et syntaxiques :

    Le vocabulaire utilisé dans l’histoire est très riche. Le registre de langue est soutenu est à la fois familier. Il y a des jolis jeux de mots (la fièvre aphteuse) qui fait sourire. Un vocabulaire très complet et compréhensible de tous, et par les plus jeunes.

    J’ai lu avec envie cette œuvre, car elle m’a faite beaucoup rire, et sourire. Notamment, ce brave mouton qui veut se faire Loup en terrorisant ses copains. Et la vengeance de son camarade qui va tenter de le tuer. Comme quoi être ou ne pas être est une terrible question. Car tel est l’habit que l’on endosse, notre vison et conception de la vie change. Alors restons nous-mêmes. Chacun dans sa peau.

    par S. Trottein, Deust STID, novembre 2004

    Wegenast, Bettina. Etre le loup. Ecole des loisirs, 2004. (Théâtre) . 96 p. ISBN 2211077331