Site littérature jeunesse de lille 3

Caroline en vacances, de Pierre Probst

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Caroline, l’éternelle petite fille à couettes blondes créée par Pierre Probst, prend la route des vacances à bord d’un autocar pour le Lac Bleu, en compagnie de toute sa bande d’amis à fourrure. Ils y rencontreront quelques mésaventures, mais surtout beaucoup de moments de joies. Ils se construiront des souvenirs impérissables, grâce à l’amitié qui les lie tous, chiens comme chats et oursons comme lionceaux !
    (GIF)
    © Hachette Jeunesse, 1994

    L’album Caroline en vacances, comme tous ceux de la série des Caroline publiés par Hachette Jeunesse, écrits et illustrés par Pierre Probst, s’adresse à un public dont l’âge est inférieur à celui de l’héroïne principale, qui a 7 ans.

    Les aventures de Caroline ont été portées à l’écran en 1994 dans une série télévisée de 52 épisodes, diffusés sur France 2. Pierre Probst, né en 1913 à Mulhouse, est mort le 12 avril 2007 à Suresnes. Il est surtout connu comme le créateur de Caroline mais il est également le "père" des personnages Tim, Poum et Fanfan.

    Caroline "comme une grande"

    Caroline est une petite fille dynamique, optimiste et dégourdie. Elle sait comment encadrer ses amis à poils qui se montrent souvent espiègles, turbulents ou maladroits. Dans Caroline en vacances, elle joue le rôle de leur monitrice au camp de vacances du Lac Bleu. Le lecteur peut partager avec Noiraud, Pouf ou encore Kid les joies mais aussi les affres du camping : des batailles de polochons sous la tente aux piqûres de fourmis lors des promenades en forêt.

    Caroline, comme tous les héros de la littérature jeunesse, peut incarner un modèle que ses lecteurs (surtout des lectrices) chercheront à reproduire. Les parents de Caroline ne sont pas mis en scène : la petite fille semble très indépendante, on la découvre dans un univers qui peut paraître hostile (en pleine campagne), sans guère d’autres personnages humains et adultes que la directrice du camp, qui n’intervient qu’une fois. Caroline fait donc preuve d’autorité et d’une certaine « maturité ». La couverture illustre bien le caractère de Caroline : on peut y voir la jeune monitrice grondant un de ses protégés, le chiot Youpi, qui ne s’est pas lavé les mains avant de passer à table.

    Pierre Probst et sa première passion, le dessin

    Les illustrations tiennent une place primordiale dans les albums de Caroline : elles sont une véritable mise en scène du « scénario » (qui se trouve soit au-dessus des illustrations, soit en-dessous ), aident l’enfant à se représenter le texte. Pierre Probst étant avant tout illustrateur, son inspiration semble résider dans le dessin où il intègre beaucoup d’humour, surtout à travers les personnages des petits animaux, qui enchaînent les bêtises et les farces. Elles sont omniprésentes, chaque paragraphe de texte est accompagné d’une illustration en pleine page ; texte et illustration se complètement mutuellement.

    Différence et respect

    Les petits protégés de Caroline sont humanisés : ils parlent, jouent, dorment dans un lit et... mangent des spaghetti. Chacun a un caractère différent : Poum(l’ourson) semble assez posé, et Bobi, le chiot noir et blanc, est toujours anxieux.

    On oublie assez facilement qu’ils sont des animaux, et ils semblent davantage incarner les petits frères turbulents de Caroline.

    Ce choix d’intégrer des animaux dans ses ouvrages, plutôt que des enfants (pour jouer le rôle des amis de Caroline) témoigne une volonté de conduire les petits lecteurs à être davantage tolérants avec les autres enfants, leurs camarades de classe, de colo...

    Les premières lignes de l’histoire illustrent bien cette idée : « Caroline et ses amis arrivent au lac Bleu. Filles et garçons les accueillent par une chanson ; la directrice [...] attendait des enfants et non des animaux. Qu’à cela ne tienne ! Ces nouveaux vacanciers seront traités comme les autres. Ils ont l’air si sympathiques. »

    Ainsi, si l’album Caroline en vacances constitue avant tout pour ses lecteurs une source d’évasion, de par son cadre estival, et une source d’amusement et de rire, à travers les nombreuses farces et bêtises perpétrées par les animaux, il joue également sur le plan « éducatif » d’une façon subtile. D’abord, à travers le personnage-titre, Caroline elle-même, qui paraît dans une certaine mesure presque adulte et très responsable, puis par la riche diversité de la bande d’amis : en effet, chiens, chats, et autres animaux se côtoient et jouent ensemble sans rencontrer de difficultés ni d’obstacles pour s’entendre.

    Léa VASSEUR, L1 HSI, Langues et Culture Antiques

    Post-scriptum

    PROBST Pierre aut. ill. Caroline en vacances. Hachette Jeunesse, juin 1994. 28 p. : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 27 cm x 19 cm. (Caroline).

    Broché 5 € ISBN 2-01-010435-8

    Nouvelle édition à paraître en juin 2009 Broché 5 euros ISBN 978-2-01-221985-4

    Dès 3 ans

    Mots-clés : camp, animaux, vacances, été, colonie de vacances

    Pour en savoir plus sur l’auteur

    Sa fiche sur le site Ricochet-Jeunes.org