Site littérature jeunesse de lille 3

ASTRO, sauvegardes d’un robot

Sauvegardes automatiques de la mémoire d’Astro le petit robot
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Professeur,

    Vous trouverez ci-joint le document dont nous a parlé notre informateur. Nous avons réussi à regrouper les sauvegardes automatiques de la mémoire du robot Astro. Ces sauvegardes ont été effectuées à partir de la mise en fonction du robot jusqu’à aujourd’hui. Prenez bien soin de ce patrimoine technologique.

    Bien à vous,

    Votre amie Claire Sailly

    Sauvegarde du 7 Avril 1951

    Login_

    Password_

    Démarrage du système_

    (JPG)
    Mon éveil

    Bonjour, je suis Atomu Taishi, l’Ambassadeur Atome, androïde créé au XXIe siècle par Tenma et mis en marche le 7 Avril 2003. Mon père dit qu’il est un grand ponte du gouvernement Japonais et un grand scientifique. Il a perdu son fils Tobio alors âgé de 10 ans dans un accident de voiture, et il ne se l’est jamais pardonné. C’est pourquoi il a recréé son intelligence artificielle afin de l’intégrer à mes circuits. Quelle fut sa joie lorsque j’ai ouvert les yeux et que je me suis mis à marcher. Ce fut une réelle victoire pour lui. Nous passâmes des années heureuses tous les deux.

    Malheureusement, notre bonheur fut de courte durée. Étant un robot, je ne peux pas grandir. Père s’en aperçut et préféra m’abandonner. Un cirque de passage m’a récupéré et ils me nommèrent Captain Atom. Mais ce n’était pas drôle là-bas. Les gens riaient en me voyant, mais moi j’étais triste et seul. Contrairement aux autres robots, père m’a donné des sentiments. Je ne suis pas qu’une coque de métal vide. J’ai eu très mal au cœur...

    Mais quelques temps plus tard, un scientifique est venu me chercher : le professeur Ochanomizu, expert en robotique. C’est une personne fort gentille et pacifique luttant pour la paix et l’harmonie entre les êtres humains et les robots. Il me donna un but dans la vie, celui de sauver le monde des scientifiques malveillants et des extraterrestres voulant envahir la planète. J’aime la Terre et les hommes, je ne peux que vouloir les sauver. Je ne veux pas que la guerre éclate. Il m’envoie aussi à l’école où je rencontre mes amis Tamao et Shibugaki. Avant, Shibugaki était un garçon bagareur et embêtait toujours Tamao. Mais il est devenu plus gentil par la suite en restant toujours avec nous. Ce sont deux personnes sur lesquelles je peux compter lorsque j’ai un problème et m’acceptent en tant que robot.

    Je suis un robot très gentil. Mon père a réussi à me donner un cœur. J’ai le pouvoir d’aimer et de ressentir les émotions. Je déteste les injustices, surtout contre les robots comme moi. Je me bats sans cesse pour leur cause et j’espère qu’un jour les humains nous accepteront tels que nous sommes et qu’ils prendront conscience que nous aussi nous avons une âme bien qu’elle soit virtuelle.

    Je suis une personne à qui l’on s’attache rapidement, surtout auprès des plus jeunes car je leur ressemble. Je suis aussi maladroit, surtout au début lorsque je découvrais mes pouvoirs. J’ai des réacteurs aux pieds qui me permettent de voler et je possède des armes aux bras. C’est chouette d’avoir ces soupers pouvoirs ! Je peux aider la planète contre les méchants qui nous attaquent. Souvent, ce sont d’autres robots qui nous veulent du mal et je suis obligé de les combattre. J’ai un peu mal au cœur lorsque je dois le faire, mais je suis toujours content lorsque le calme revient.

    (JPG)

    Dans la vie réelle, j’ai fait mon apparition sur papier en Avril 1951 dans le célèbre magazine japonais Shonen aux éditions Kobunsha. Mais ce n’est qu’en 1952 que l’on commence à parler de moi à travers tout le pays sous le nom de Tetsuwan Atomu, Atome bras d’acier.

    Je suis né à une époque où le thème de la robotique est humanisé par des auteurs de sciences fictions tel que Jack Williamson avec Les Humanoïdes en 1948. Certains s’intéressent plutôt à la relation maître-esclave comme dans l’ouvrage Les Robots de 1950 par Isaac Asimov.

    J’apparais après la Seconde Guerre mondiale. Mon histoire est caractéristique des mangas d’après-guerre, empreints de culture américaine, notamment avec les comics et les cartoons. D’ailleurs, Père s’est inspiré des grands héros de Walt Disney afin de créer le professeur Ochanomizu avec son image représentative de savant fou de l’époque. Le Japon était une nation pauvre, détruite par la guerre après 7 ans de soumission américaine, mais le traumatisme le plus vivace était incontestablement Hiroshima qui fut une grande catastrophe pour le pays. En me créant, Père voulant lancer un message de paix et d’optimisme.

    (JPG)
    Osamu Tezuka

    Il s’appelle Osamu Tezuka, il est né le 3 Novembre 1928 à Takaruza. Très jeune, sa mère lui lit bon nombre de contes et a de la chance de pouvoir aller au cinéma afin d’aller voir les films d’aventure ou les dessins animés des Frères Fleischer ou de Walt Disney. Tout le long de sa scolarité, il était reconnu par ses camarades comme étant un grand dessinateur et ne tarda pas à créer ses toutes premières planches. Lorsqu’il sera à Ôsaka pour ses études scientifiques, il sera publié pour la première fois dans le magazine Shonen en 1947 avec son histoire Shin Takarajima, La nouvelle île au trésor. Il posera les bases de ce qu’il appelle le « story manga », un nouveau genre de bande-dessinée à la narration plus fluide convenant aux récits d’aventures qu’il écrit et dessine. C’est une révolution dans le manga car il définit à l’époque les futures bases du Shonen encore de rigueur aujourd’hui comme le débordement des personnages des cases. Très vite, il sera nommé le « Dieu des mangas ».

    Osamu Tezuka s’est imposé dans le monde du manga alors que le Japon comptait sur ce média afin de ressouder le pays. Son style n’était ni contestataire, ni nationaliste. Il aimait les valeurs simples et humanistes, tout comme moi. Ce qui me plaisait beaucoup, c’était lorsqu’il faisait son autoportrait avec ses autres personnages et moi, comme une photo de famille. Il avoua même qu’il se sentait très proche de nous. Par la suite, voyant le succès de ses œuvres, il créa son propre studio.

    Malheureusement, il fera faillite et il entrera dans une lourde dépression. Malgré tout, il continuera à écrire des histoires pour le bonheur de tous, et le sien avant tout.

    (JPG)

    J’ai l’apparence d’un garçon de 10 ans. Enfin je suis plutôt la réplique du fils que mon père a perdu. J’ai de grands yeux et des cheveux noirs, et un nez tout rond. Au tout début ma coque de métal était dorée avec une ceinture noire. Mon père m’habillait avec une casquette rouge, un polo blanc, un short noir et des bottes marrons afin que je puisse ressembler encore plus à Tobio. Par la suite, je n’ai gardé plus qu’une ceinture verte et un slip noir avec des bottes rouges. J’aurais aimé avoir plus de vêtements sur le dos mais ça allait être difficile pour sauver le monde ! Mais j’ai le droit de porter des habits normaux lorsque je suis de repos.

    Sauvegarde du 9 Février 1989

    Père est mort d’une maladie grave. Le Japon l’honore d’un deuil national. J’ignore ce que nous allons devenir... Il laisse derrière lui près de 40 titres de mangas.

    (JPG)

    Bibliographie sur bedetheque

    Sauvegarde : Mon entourage

    (JPG)
    Panneau représentant divers personnages de la série

    Voici la liste des personnes ayant vécu leurs aventures à mes côtés :

    -  Professeur Ochanomizu (alias professeur Caudrine alias Docteur O’Shay) : C’est lui qui m’a sauvé la vie et qui m’a adopté.

    -  Docteur Tenma (dit Docteur Umatarô Tenma ou Docteur Nagamiya Tenma, alias Docteur Balthus alias Docteur Boynton alias Docteur Peabody) : Mon père. Malheureusement il n’a plus voulu de moi lorsqu’il s’est rendu compte que je ne grandirai jamais.

    -  Shunsaku Ban (alias Higeoyaji alias Oncle Moustache alias Wally Kisagiri alias Professeur Morse) : Il est mon professeur à l’école. Il m’aide beaucoup pour mes missions grâce à ses talents d’investigateur et sa force aux arts martiaux.

    -  Uran (alias Zoran) : C’est ma petite sœur ! Elle fut créée par Ochanomizu.

    -  Cobalt : Il est mon petit frère, même s’il est plus grand ! Lui aussi a été créé par Ochanomizu.

    -  Tamao (alias Halejo) : C’est un copain de classe, il est très intelligent. Je trouve qu’il ressemble à Père...

    -  Shibugaki (alias Abercrombie) : Il est aussi un copain de classe. Avant il était bagarreur, mais il a changé grâce à Tamao et moi.

    -  Kennichi (alias Kennedy alias Ken) : Il est le neveu de Shunsaku Ban Sensei. Il veut être détective et adore les animaux.

    -  Inspecteur Tawashi : C’est l’inspecteur de la police japonaise.

    -  Commissaire Makimura : le commissaire de la police japonaise. Petit homme grassouillet, il a du mal à affirmer son autorité et se fait souvent prendre la vedette par Tawashi.

    -  Skunk Kusai : Lui c’est un méchant ! Il est gangster.

    -  Kinsankaku : Lui aussi est gangster, il est connu dans le monde entier.

    -  Atlas : Mon clone maléfique. On lui a implanté un « facteur Omega ».

    -  Blue Knight (alias le Chevalier Bleu) : C’est un robot en armure bleue de chevalier qui combat pour la liberté des robots. Il veut créer Robotania, un pays peuplé seulement de robots.

    -  Scara : C’est une extra-terrestre qui ressemble à une sauterelle. Elle me cause bien des ennuis.

    -  Ham Egg : C’est lui qui m’a pris dans le cirque où j’ai vécu un bout de temps. Maintenant il fait partie de la mafia.

    Sauvegarde : Mes apparitions dans les médias

    Je suis d’abord apparu en 1951 dans un magazine de prépublication japonais appelé Shonen aux éditions Kobunsha. Mon succès est si grand que ce magazine publiera mes aventures jusqu’en 1968.

    C’est en 1952 qu’apparaissent les bouquins pour la première fois. Ils seront publiés bien plus tard à l’étranger, car les mangas n’étaient pas encore connus mondialement.

    Il faudra attendre Novembre 1996 pour les voir apparaître en France. Comme c’est long ! Mes aventures se résument en 12 tomes. En France, mes aventures furent éditées par Glénat, mais la traduction des textes n’est pas très bonne. Les dialogues sont parfois caricaturés avec un registre non adapté. Ce n’était pas très respectueux pour le travail de Père. Mais j’ai bénéficié d’une réédition grâce à Kana qui a arrangé les choses. Je suis édité grâce à Tezuka Productions dont le président n’est autre que le fils de Père, Makoto Tezuka.

    Lors de cette « mondialisation », je suis devenu Astro Boy pour les pays anglophones et Astro, le petit robot dans les pays francophones. Cependant, on me connaît mondialement sous le nom d’Astro Boy en terme général. Mais bien que les japonais me reconnaissent sous ce nom, ils continuent à m’appeler Atomu, comme à mes débuts. Mes amis aussi ont bénéficié d’une réadaptation pour leur nom, mais je préfère les appeler en japonais. Après tout, c’est ma langue maternelle !

    (JPG)
    couverture du tome 1 sorti en France

    Une grande révolution fut le jour où le dessin-animé fut diffusé à la télévision. En effet, il est le tout premier dessin-animé japonais à avoir vu le jour ! Cette série animée commença le 1er Janvier 1963 et se termina le 31 Décembre 1966. Mes aventures étaient retranscrites en noir et blanc sur la chaîne Fuji Television. 193 épisodes de 25 minutes ont été produits par Mushi Production. Mais comme pour mes aventures en bouquins, les épisodes n’arrivèrent que plus tardivement dans les autres pays du monde. Ce fut de nouveau une véritable révolution au Japon. J’ai toujours du mal à croire à tout ça. En 1984, j’ai eu le droit à un remake en couleurs. Je commençais à en avoir un peu marre du noir et blanc. En 2003, un remake a été créé en l’honneur de ma naissance dans l’histoire d’Akira Himekawa.

    J’apparais aussi dans 4 films : Astro Boy Shinsen-Gumi, Astro Boy Hero of Space ( 1964 ), Astro Boy de Eric Leighton ( 2005 ). Un nouveau film est en preparation et doit sortir en Octobre 2009. Il s’intitulera Astro Boy de Genndy Tartakovski.

    Dans ce dernier film d’animation, j’apparais pour la toute première fois en 3 dimensions. Cela risque cependant de faire polémique auprès des enfants qui m’ont connu avant. Vidéo recueillie montrant le teaser du film

    (JPG)
    L’affiche du dernier film.

    Mes jeux vidéo : Astro Boy sur Playstation 2 par Sony Team (2005), Astro Boy : Omega Factor sur Gameboy advance par Teasure Co ltd ( 2005 ).

    Mon jeu de société : Astro Boy : Saves the univers games par Briarpatch (2004 ).

    Mon roman : Astro Boy T1 Première Mission par Gilles Legardinier (Septembre 2005 ).

    On trouve bon nombre de figurines à mon effigie ainsi que d’autres objets plus ou moins originaux qui se font toujours aujourd’hui. Je suis toujours d’actualité en matière de collection.

    (JPG)
    Des timbres à l’effigie de Père et moi.

    Sauvegarde : Les polémiques

    Je me rappelle avoir fait l’objet d’une polémique aux yeux des parents des enfants lisant mes aventures.

    Enregistrement des propos de Yoshihiro Shimizu, responsable des droits Tezuka Productions : « Cela a pris un peu de temps avant qu’il ne soit accepté, car les mangas étaient parfois considérés comme des lectures pernicieuses. Les parents et enseignants jugeaient cruelles des scènes dans lesquelles apparaissaient par exemple des têtes coupées de robots. » Mais par chance, c’est grâce au dessin-animé que les parents se sont rendu compte que, contrairement aux réalisations américaines, mes aventures constituaient une véritable histoire touchante.

    (JPG)
    Extrait du manga édition française

    En parlant des États-Unis, eux aussi nous avaient causé quelques soucis à propos de la diffusion de mes aventures à la télévision. Dès 1960, la société Disney a vu en Père une menace et a fait du chantage auprès des réseaux de diffusions télévisées. S’ils ne renonçaient pas à diffuser Le Roi Léo et ma propre série, Disney leur refuserait le droit de diffuser ses propres séries. Même pour les mangas et autres dessins animés venant du Japon, les États-Unis ne voulaient pas en entendre parler ! Mais heureusement, grâce aux fans et au nombre de chaînes se multipliant à la télévision, les séries japonaises furent de nouveau diffusées à partir de 1990. Et puis Disney s’est bien inspiré de l’histoire Le Roi Léo pour créer Le Roi Lion...

    Sauvegarde : Mon œuvre

    Après 58 ans de ma vie dans la peau d’un robot qui n’en parait que 10, j’ai tout de même muri en dehors de mes aventures et me suis rendu compte de toutes les choses que j’ai pu apporter à la société japonais. Oui, je me considère comme un phénomène de société.

    Après ma naissance, Tôkyô est devenu en quelques décennies l’une des mégapoles les plus modernes de la planète. Le Japon s’est hissé au rang de deuxième puissance économique mondiale en 1968 grâce à ses innovations technologiques principalement. Beaucoup avouent qu’ils ont choisi la voie scientifique grâce à moi. D’ailleurs, le domaine de la robotique est presque devenu une spécialité au Japon qui s’est énormément investi. Les japonais furent les premiers à avoir créé des androïdes comme moi. Je pense que c’est grâce à mon caractère humain que l’on puisse penser à une cohabitation entre humains et robots.

    Enregistrement des propos de Yoshihiro Shimizu, responsable des droits Tezuka Productions :

    « Atomu, évoluant dans les décors futuristes, a constitué un symbole de la croyance en l’avenir radieux pour les Japonais qui, afin de recouvrer leur honneur, ont alors redoublé d’efforts. »

    Enregistrement des propos du responsable du ministère des affaires étrangères japonais :

    « C’est en partie grâce à Atomu que les japonais sont devenus les premiers développeurs, fabricants et utilisateurs de robots. »

    J’ai eu un rôle extrêmement important dans la popularisation du manga à travers le monde, et même après cinquante ans, je suis toujours l’emblème du manga. Mes aventures sont la série la plus populaire de Père.

    (JPG)

    La mémoire de Père

    Un musée consacré à Père a vu le jour dans sa ville natale à Takarazuka. A la gare de Kyoto on y trouve un mini musée et un mini cinéma. Il y a aussi un magasin de produits dérivés. Il fut reconnu en Europe comme le « Hergé » japonais.

    (JPG)

    Fin des sauvegardes automatiques

    Par Claire Sailly, L1 japonais, novembre 2009

    Post-scriptum

    Sauvegarde personnelle : "Malheureux le pays qui a besoin de héros."