Site littérature jeunesse de lille 3

PIF nous dit tout sur HERCULE

Il n’aura plus de secrets pour vous !
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Aujourd’hui, nous allons profiter de l’absence d’Hercule pour que Pif puisse nous dire tout ce qu’il sait sur lui, de sa naissance jusqu’à son apogée dans le monde des bandes-dessinées : de son aspect physique jusqu’au moindre de ses petits secrets. Aujourd’hui...

    PIF NOUS DIT TOUT SUR HERCULE

    Bonjour Pif, merci d’accepter cette entrevue pour parler, non pas de vous, mais d’Hercule...

    Bonjour. Oh vous savez, on parle déjà bien assez de moi, pour une fois qu’on va parler un peu d’Hercule...

    Alors on va tout d’abord débuter avec sa naissance.

    Très bien. Je n’avais que deux ans quand Hercule est apparu pour la première fois à mes côtés, en 1950. On a le même père, José Cabrero Arnal, et tout comme moi, il en a connu plusieurs. Et, je vais vous dire, c’est de la faute d’Hercule si on a changé de famille aussi souvent, il faisait trop de bêtises... Enfin, après le décès de José Cabrero Arnal, c’est notamment Louis Cance, Roger Mas, François Dimberton, François Corteggiani et Yannick (avec Michel Motti) qui nous ont dessinés ; Yannick, j’en reparlerai après, car il a une grande importance dans la vie d’Hercule.

    À nos débuts, nous étions en noir et blanc, ce qui ne changeait pas grand chose pour Hercule ! Ses aventures, comme les miennes, ont débuté dans le journal L’Humanité, puis dans L’Humanité du dimanche. Après, nous sommes partis dans Vaillant, le journal le plus captivant (devenu Vaillant, le journal de Pif en 1965 puis Pif Gadget en 1969). À ce moment là, je peux vous confier qu’Hercule était très jaloux que le journal porte mon nom et pas le sien ; mais c’est normal, c’est moi le plus vieux !

    L’une des premières apparitions d’Hercule dans l’Almanach de l’Humanité (en 1950)

    Mais, dans quel contexte historique a-t-il grandi ?

    Hercule est né après la seconde guerre mondiale, il a donc échappé à bien des problèmes que j’ai rencontrés, notamment avec le journal L’Humanité ou bien Vaillant, qui servait de support à des combats idéologiques dans la société. Ainsi, ce dernier succédait au journal Le Jeune patriote qui était le journal des « Forces unies de la jeunesse patriotique » qui publiait des textes illustrés évoquant notamment la Résistance.

    S’il y a un point que j’envie chez Hercule, c’est bien sa naissance plus tardive que la mienne.

    Vous l’avez dit, Hercule est un chat noir et blanc mais, il doit bien avoir d’autres particularités ?

    Tout le monde sait qu’Hercule a un pansement en croix sur la joue gauche, il ne faut pas chercher d’explications, c’est pour faire son malin ! De plus, cela permet de montrer à tout le monde que c’est un chat bagarreur qui se blesse souvent. Cependant, je peux vous révéler en exclusivité que ce pansement était là au départ pour cacher un tatouage [1] dont il avait honte ! Hormis cela, Hercule, comme moi, est un personnage anthropomorphe cependant, il ne porte pas de vêtements.

    Un tatouage ! Cela confirmerait donc le fait que l’on dise d’Hercule qu’il est un « voyou », n’a-t-il tout de même pas des qualités cachées ?

    Non ! Hercule n’est là que pour me taquiner et m’embêter, regardez ce sourire narquois qu’il a, ça se voit ! Mais, c’est dans ça nature, faut-il rappeler qu’Hercule n’est qu’un simple chat de gouttière. Dans nos bandes-dessinées, Hercule ne cesse de me tenter et de me piéger pour gagner ou bien pour perdre. Cependant, il faut bien l’avouer, il est devenu au fil des années un ami fidèle, avec qui je ferai toujours les quatre-cent coups. Nous avons une relation privilégiée qui nous fait souvent passer de l’amitié à la haine, d’une minute à l’autre [rires]. Ainsi, on rompt avec l’idée que les chiens et les chats sont ennemis.

    À part vous, quelles sont les autres rencontre qu’Hercule a pu faire jusqu’à présent ?

    Quand il est avec moi, Hercule a pu rencontrer Krapulax (mon ennemi), Cicéron, l’Agent Farfouille, Le Professeur Belpomme (notre grand ami), Le Professeur Mochepoire (l’inventeur malfaisant au service de Krapulax), Le Professeur Grostalent (un autre génie farfelu), le commissaire Maigrelet et l’agent Beudebois (les représentants des forces de l’ordre).

    Dans ses propres histoires, Hercule en fait voir des vertes et des pas mures au jardinier et au gardien du square.

    Est-il vrai qu’à une époque, Hercule a voulu devenir une star, tout comme vous Pif ?

    Sur ce coup là, je dois dire qu’il n’a pas de quoi être fier. Hercule a lancé son propre magazine, intitulé Super Hercule qui ressemblait très fort à mon Pif Gadget. Des bandes-dessinés, des jeux et surtout un gadget ! Cependant, pour se défendre, Hercule vous dira que son magazine a un ton plus comique, avec de nombreux gags, et un humour sarcastique mais néanmoins décapant ; et que ses gadgets sont beaucoup plus orientés « farces et attrapes ». Hercule a aussi voulu faire bande à part, en lançant ses propres aventures en 1976, dessinées par Yannick qui auparavant s’occupait de nos aventures communes. Super Hercule est paru de juillet 1986 à mai 1992 sous la forme de 71 numéros. La collection comprend aussi quelques numéros « spéciaux » et « géants ».

    Dans ses gags, Hercule passait son temps à faire des blagues aux responsables d’un jardin public ainsi qu’à son jardinier, avec l’aide de deux enfants. Ces histoires seront notamment publiées aux éditions Bamboo, qui étaient alors en difficultés.

    Personnellement, je pense que ces histoires ont pris un coup de vieux et qu’elles ne sont plus aussi drôles qu’avant, comparées à mes histoires qui restent hilarantes.

    Avez-vous une citation, une phrase récurrente que dit Hercule ?

    Quand il est arrivé pour la première fois, Hercule s’est exclamé :

    « Salut la compagnie ! C’est Hercule que voilà ; le matou des chats. Je vous plais ? »

    Voilà qui donnait déjà le ton du personnage...

    Sinon, la plupart de ses gags se terminent avec le juron du gardien « Bazar de Grumlot ».

    (JPG)

    Hercule n’est peut-être pas une star, mais existe-t-il des produits à son effigie ?

    Il en a moins que moi mais il en existe oui ! Des mini-figurines, des chapeaux, et de la vaisselle où je l’accompagne. Donc, rien de bien fantastique !

    Bob Pif et Hercule / Figurine Hercule / Coquetier Hercule

    Eh bien, merci Pif d’avoir répondu à nos questions à propos de votre ami Hercule.

    Voir aussi

    -  PIF LE CHIEN à Aurélie

    -  PIF LE CHIEN à Stephen

    -  Tout sur les BD d’Hercule

    Les albums

    -  1. Hercule contre Hercule (éd. Vaillant - 10/1980)
    -  2. Le magnifique (éd. Vaillant - 03/1981)
    -  3. L’île aux cent mille gags (éd. Vaillant - 03/1986)
    -  4. L’agent trouble (éd. Messidor - 10/1987)
    -  5. Mon bêtisier (éd. Scandéditions - 06/1993)
    -  6. Bazar de Grumlot ! (éd. Bamboo - 05/2001)
    -  7. Ras l’képi ! (éd. Bamboo - 06/2002)

    Propos recueillis par Amaury TREMBLAY

    -  HSI L1 - UFR Langues et cultures antiques
    -  Novembre 2009

    Notes de bas de page

    [1] C’est en tout cas ce qu’a affirmé la rédaction de Pif Gadget dans le numéro de novembre 2006.