Site littérature jeunesse de lille 3

HEIDI, mon succès éternel

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Je me présente, je m’appelle Heidi. Je sais que depuis ma naissance en 1880, je ne devrais plus être de ce monde mais comme vous le savez, les héros sont éternels. Dans votre tête peut-être m’avez vous oubliée, je vais donc vous faire un petit rappel sur ma petite vie et ainsi vous replonger dans votre paisible et douce enfance...

    1. "Mes" naissances

    Et oui pour vous raconter mon histoire, il faut que je vous raconte ma naissance artistique.

    (JPG)
    Maman Johanna

    Je suis née artistiquement de Johanna Spyri, une écrivaine qui a beaucoup compté dans ma vie car c’est elle qui a permis que je me fasse connaître du monde, c’est en quelque sorte ma "deuxième maman". Je suis que vous vous demandez tous mon âge mais j’avoue que c’est difficile voire inavouable de le dire. Mais bon pour vous, je vais faire une petite exception car je sais que certains d’entre vous sont de fervents admirateurs de mon histoire. J’ai donc 120 ans !

    Je suis née grâce à un contexte très particulier notamment les changements de l’ère industrielle, ce qui a permis le succès de mon histoire. Ce contexte quand j’y réfléchis pourrait expliquer le fait qu’au début de mon histoire je vis en ville mais bon cela vous le découvrirez dans quelques instants.

    Comme je vous l’ai dit précédemment, cela est ma naissance "de papier" car dans l’histoire j’ai aussi ma naissance pas le jour de ma naissance mais des éléments de ma vie qui peuvent vous expliquer d’où je viens et qui sont mes parents.

    Dans mon histoire qui commence à l’âge de mes cinq ans, ma vie n’a pas été très gaie. J’ai perdu mes parents très jeune. Mon père Tobias était charpentier mais malheureusement sa vie s’est arrêtée brutalement à cause de la chute d’une poutre. Ma mère Adélaïde, bouleversée, inconsolable et d’une santé fragile n’a pas survécu à ce bouleversement. J’ai été très malheureuse et la vie que j’ai menée chez ma tante ne m’a pas aidée. Suite à la mort de mes parents, je suis allée vivre chez ma tante en espérant vivre la vie d’une citadine accomplie. Mais, j’ai été déçue en voyant que je n’avais été élevée par ma tante que très peu et que mon éducation s’était faite plus par des personnes que je ne connaissais pas. De plus, ma vie de citadine se réduisait à rester dans une chambrette et n’avoir qu’une cour pour simple paysage. Tout cela pour vous dire qu’on est très loin des rêves de petite fille mais ne vous inquiétez pas ma vie sera beaucoup plus heureuse les années suivantes. Mais je ne vais pas tout vous dévoiler, vous comprendrez plus tard pourquoi je dis cela...

    2. Mes proches : mes amis, ma famille...

    Comme on le ferait pour des connaissances ou pour des amis, je vais vous présenter ma famille et mes amis car cela fait un moment que l’on est ensemble donc je trouve qu’il est important que je vous les présente. Je vais commencer par ma famille et tout d’abord Dete. Dete est ma tante. Elle m’a élevée à la mort de mes parents. Elle a fait de son mieux pour m’élever pendant les quatre premières années de ma vie mais elle a trouvé un travail qui lui a permis de s’épanouir dans la vie. Alors elle m’a conduit chez mon grand père pour qu’il s’occupe de moi. Je ne lui en veux pas car grâce à elle, j’ai vécu de très bons moments chez mon grand père.

    Ce qui nous amène naturellement à vous présenter mon grand père. Mon grand père était dans certaines éditions, surnommé »l’oncle de l’Alpe ». C’est lui qui a élevé mon père seul à la mort de ma grand-mère et qui appris à mon père le métier de charpentier. Après la mort de mon père, il s’est retiré dans les montagnes et s’est coupé de toute relation avec l’extérieur. Il n’y a que moi qui a pu lui redonner goût à la vie et il me l’a bien rendu en me montrant combien il était attaché à moi. Hélas, j’ai été arrachée à lui pour revivre à Francfort afin d’être élevée au mieux pour devenir la demoiselle de compagnie de Claire. Ensuite, quand je suis revenue à cause d’une maladie, il a recommencé à créer des relations et a pris un nouveau départ dans sa vie. Il a été accepté par les gens du village qui, avant, le voyaient comme un fou.

    (JPG)

    Maintenant, je vais vous présenter mon ami Pierre. Il vivait entre Dörfli et notre chalet avec sa mère Brigitte et sa grand-mère qui était aveugle. Il était gardien de chèvres et je l’accompagnais dans toutes ses expéditions. Grâce à mon grand père, il a découvert la passion de la menuiserie et a même créé une luge pour une course avec l’école. Pierre était mon seul ami que j’avais dans la vallée. Malgré sa jalousie, notamment dans la période où je me suis occupée de Claire pour sa rééducation, c’est un ami qui a beaucoup compté dans ma vie.

    Claire est la jeune fille que j’ai rencontrée par le biais de ma tante quand je suis partie à Francfort pour lui tenir compagnie. Claire était handicapée depuis sa naissance, elle avait perdu sa mère et vivait avec son père, qui la plupart du temps était absent. Elle était très malheureuse et à cause de son handicap, elle se sentait enfermée. Je lui ai appris à reprendre goût à la vie et je lui ai donné la force mentale dont elle avait besoin pour apprendre à marcher. C’est bête mais le déclic est venu quand une vache lui a fait peur et qu’elle s’est redressée sur ses jambes sans en prendre conscience. C’est cet événement qui nous a permis de nous rendre compte qu’elle était prête à marcher.

    Il y a une personne que j’ai oubliée de vous présenter, la grand-mère de Pierre surnommée « grand-mère ». C’est une personne que j’ai aidée car j’étais triste de savoir qu’elle était aveugle et qu’elle ne pouvait voir nos beaux paysages de montagne. De plus, elle était très solitaire donc je lui ai tenu compagnie pendant de longs moments de ma vie. De plus, grâce à elle, mon grand père a noué une relation sociale avec elle car il a accepté de refaire sa maison à ma demande, lui, qui était tellement solitaire.

    Je pense que j’ai fait le tour des personnes qui ont eu un tournant dans ma vie ou réciproquement. Peut être cet article, il est pour moi l’occasion de leur rendre hommage. En tout cas, je tenais à vous les présenter.

    3. les évolutions de mon personnage dans le temps

    .

    À travers le temps et les différentes éditions dont j’ai été l’objet, il y a eu beaucoup d’évolutions de mon personnage, notamment dans mon caractère.

    En effet, au début de mon histoire, tout est fait pour me donner un caractère triste en particulier dans ma vie de citadine afin d’introduire mon sentiment d’évasion quand j’arrive dans la montagne. Ensuite, "ma maman" donne à mon personnage un sentiment de vivacité, de joie de vivre et de bien être. Mais tout se complique pour moi quand je dois revivre à Francfort pour devenir la dame de compagnie de Claire. Je tombe gravement malade, je perds goût à la vie et je refuse de manger. Cette maladie me permet de retourner dans les montagnes malgré les bons moments passés avec Claire.

    De retour dans les montagnes, je retrouve ma bonne humeur, mes soucis de la ville sont derrière moi. Je redeviens la fille modèle qui aide son entourage : mon grand père,Claire, toutes les personnes chères à mon cœur. Par exemple dans les éditions Flammarion que j’ai choisies, mon physique est perçu differemment à travers le temps. En effet dans la première édition «  Heidi », j’étais le stéréotype même de la petite fille modèle. J’étais une petite fille aux longs cheveux avec des animaux en ma compagnie. J’étais insouciante et joyeuse. Par contre, au fil des autres éditions, j’ai gardé mes cheveux longs mais j’ai un aspect très fille de la campagne. J’ai mûri, j’ai grandi, mes vêtements ont bien montré que mon style a radicalement changé et donc que j’étais bien une fille de la campagne. Cette édition a permis de montrer une évolution du temps, de ma vie, et les bienfaits de la campagne par rapport à la ville notamment dans la période industrielle...

    Mes aventures aux éditions flammarion

    (JPG)
    moi, petite
    (JPG)
    Je grandis
    (JPG)
    Moi, jeune fille
    (JPG)
    Je suis maman
    (JPG)
    Je suis grand-mère

    Avant de nous quitter, je veux vous dire que si jamais vous avez l’envie de me retrouver, de nouvelles parutions de mon histoire sont sorties ou vont sortir : Tout d’abord,ce mois-ci est sorti un nouveau livre toujours inspiré de ce que ma mère a écrit mais de l’édition Nord-Sud dans la collection moulin à paroles et adapté par deux adaptatrices Maya Dusikova et Katja Alves. Vous trouverez l’image de celui-ci ci-dessous.

    une nouvelle édition de mon histoire (JPG)

    Ensuite, en mars 2010 paraîtront Heidi de Yumiko Igarashi dans les éditions Glénat Manga et Heidi, petite fille des montagnes de jean Pierre kerloc’h et Vincent Dutrait dans P’tit Glénat

    Le temps est venu pour moi de vous quitter sur cet article en espérant que cela vous aura permis de vous ressouvenir de moi, de ma vie. Peut-être, qui sait, un jour vous raconterez cette histoire à vos enfants et vous la ferait perdurer éternellement...

    Jennifer Kuylle, 1ère année de licence en anglais UFR ANGELLIER Lille3, décembre 2009