Site littérature jeunesse de lille 3

Les guerres de Chanda, d’Allan Statton

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Allan Stratton est auteur de plusieurs œuvres importantes, il a été couronné par des prix littéraires, tel que pour le roman Le secret de Chanda pour lequel il a reçu le prix Michael L. Printz Honor. Ici, dans Les guerres de Chanda, le récit mené montre la difficulté des orphelins de guerre à assumer leur passé, dans leur vie quotidienne.
    JPG - 8.9 ko

    Ayant perdu sa mère, Chanda a abandonné ses études pour s’occuper de son petit frère et de sa petite sœur, Soly et Iris. Chanda est ensuite appelée à aller à Tiro pour rejoindre certains membres de sa famille pour stopper une malédiction. Mais là, des rebelles attaquent le village et prennent ensuite en otage certains de ses habitants dont Iris et Soly.

    La couverture du livre représente un enfant noir portant une mitraillette, dans la silhouette de l’Afrique. Celle-ci nous laisse à penser que ce roman relate un récit avec des enfants soldats. Cette première approche est bien conforme à cette thématique. La quatrième de couverture incite à la lecture, avec l’annonce des premiers éléments de l’histoire.

    L’héroïne de ce roman est Chanda. Tous les autres protagonistes ont un lien de parenté, d’amitié ou de voisinage avec elle. Le récit se partage entre la vie quotidienne de Chanda, aussi des retours en arrière du temps où la mère défunte de l’héroïne vivait, et aussi ses rêves.

    Un roman sur des spécificités africaines : culturelles et politiques.

    Dans ce roman, la position de Chanda est spécifique, elle remplace sa mère dans sa famille. Le jeune lecteur s’aperçoit donc de la difficile responsabilité parentale. Chanda est représentée comme la responsable de la fin de la mésentente familiale, ce qui est très positif !

    Les scènes appartenant à la vie de famille sont rendues plus fortes par le contexte de conflits et de dangers pour l’existence de personnes chères au cœur de l’héroïne. Ces scènes quotidiennes ainsi que la présence d’animaux sauvages permettent de faire rêver les lecteurs. Le roman évoque largement les enfants-soldats. Ce livre dénonce aussi le problème du SIDA très présent en Afrique, en effet la mère de l’héroïne est décédée de cette maladie. Et l’auteur montre la honte des personnes victimes de cette maladie, qui ne veulent même pas la nommer.

    Un roman sur des êtres humains

    A la lecture de ce livre, chacun peut se poser des questions universelles et essentielles : comment faire pour survivre à la mort d’un proche ? D’autant plus quand l’on se sent coupable. La volonté de bien faire, de ne pas se tromper est perceptible par le comportement de Chanda. C’est un roman qui porte des valeurs telles que le pardon, la nécessité de s’aimer plutôt que de se haïr au sein d’une famille. Ce roman pour adolescents met en valeur comment le regard des autres peut être perçu, celui-ci étant lié au sentiment de culpabilité. L’écrivain a su trouver un style qui permet à ce livre d’être accessible à de jeunes lecteurs, même si le roman contient des scènes horribles.

    Ce roman peut aider le jeune lecteur à relativiser les difficultés qu’il rencontre, en comparaison avec la vie menée par Chanda.

    La lecture est pimentée par l’angoisse que les personnages subissent. Le plaisir éprouvé par la lecture est présent par la sensibilité de chaque personnage et leur personnalité propre.

    « Les guerres de Chanda évoquent l’immense chagrin, le courage et l’espoir d’une jeune femme prise dans la tourmente d’une guerre africaine imaginaire » (Roméo Dallaire, commandant des forces de l’ONU pendant le génocide du Rwanda)

    Comme nous l’indique le titre du roman, Chanda mène plusieurs guerres dans ce monde en situation de conflits, et d’angoisse. Guerre contre le regard des autres, contre le décès de sa mère qui l’oblige à faire des sacrifices, contre les rebelles. C’est un roman touchant par la vie quotidienne mise en relief. Le lecteur s’attarde sur une famille et son entourage en un endroit précis en Afrique. Une lecture du passé permet ici à Chanda de bâtir un présent moins malheureux. Une meilleure compréhension du monde s’en dégage, notamment autour des conflits africains et dans le monde. Les lecteurs peuvent sûrement élargir à la nécessité de paix entre certains pays.

    Je conseillerais donc ce livre aux adolescents curieux du monde et qui voudraient le découvrir pleinement. Ce roman est accessible dès 13 ans pour de bons lecteurs.

    STATTON, Allan, traduit par Sidonie Van den Dries. Les guerres de Chanda. Montrouge : Bayard jeunesse, 2009. ISBN : 978-2-7470-2640-6

    Cécile Hugeux, L1 HSI, UFR Cultures et Langues antiques, décembre 2009

    Post-scriptum

    A lire absolument !

    Documents

    , 6 décembre 2009, JPG 32.9 ko, 160 x 242 pixels