Site littérature jeunesse de lille 3

Le fabuleux Maurice et ses rongeurs savants, de Terry Pratchett

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Et si le violoniste d’Hamelin n’était qu’un escroc ?

    Keith, un jeune musicien, accompagné d’une bande d’animaux parlants composée d’un chat, Maurice, et d’un groupe de rats gagnent leur vie en sillonnant l’Überwald, s’arrêtant dans chaque ville en faisant croire à une invasion de rats que Keith fait disparaître avec sa flûte. L’arnaque fonctionne jusqu’à leur arrivée dans le village de Bad Igoince où les rats communs, les « quiquis », se sont volatilisés et où une puissance maléfique semble être à l’œuvre. Keith et sa bande vont devoir s’allier avec Malicia Crime, fille du maire qui pense vivre dans un conte, pour avoir une chance de résoudre ce mystère.

    (JPG)
    © L’Atalante, 2008

    ***

    « C’était une histoire de rats et d’hommes, mais d’après Malicia Crime, c’était une histoire sur les histoires. »

    Ce roman propose une relecture assez étonnante du Violoniste d’Hamelin et des contes en général. Dans cette histoire, les rôles sont inversés, Keith, le jeune musicien, n’est en effet pas très dégourdi et agit sous les ordres de Maurice, un chat doué en affaires qui est à l’origine de l’arnaque de l’invasion de rats.

    L’auteur prend plaisir à se moquer des grands classiques du conte et de la littérature de jeunesse au sens large : ainsi, le personnage de Malicia s’emporte sur un livre de conte intitulé L’aventure de Monsieur Lapinou en déplorant l’absence de « saine violence », ou le chat Maurice doute de leur aptitude à résoudre un mystère car « pour résoudre un mystère il faut être quatre et avoir un chien. » Les frères Grimm sont ici remplacés par les sœurs Crime, les tantes de Malicia, dont les contes semblent en parfaite contradiction avec nos standards.

    L’homme vu à travers les yeux des animaux

    L’intérêt du roman ne se situe pas seulement dans sa dimension humoristique, l’auteur profite de cette inversion des rôles et des points de vue pour mettre le lecteur face à sa relation avec le monde animal, l’homme apparaît ici comme le véritable danger, c’est lui qui pose des pièges à rats toujours plus élaborés, qui répand du poison, qui organise les funestes courses aux rats. On trouve aussi le thème de la légende du « roi des rats », regroupement de rats dont les queues sont attachées les unes aux autres, inspirée par la légende de Nerub le roi des rats qui aurait fusionné avec sa cour pour lutter contre une araignée géante et son armée. L’auteur coupe court à la légende en précisant dans une note que leur origine provient certainement de personnes cruelles avec beaucoup trop de temps à perdre.

    Un autre regard sur les récits pour enfants

    C’est aussi l’occasion d’aborder la question du regard de l’enfant sur ces contes et, dans cette histoire, les enfants ont un regard lucide sur ces récits, notamment le personnage de Malicia : « Des histoires idiotes pour des gamins gnangnans [...] Pas de thème sous-jacent, pas d’observation sociale [...] L’événement le plus grave c’est quand Doris la cane perd une chaussure [...] et ils la retrouvent sous le lit après avoir passé toute l’histoire à la chercher. Tu appelles ca de la tension narrative toi ? »

    Ce récit propose ainsi une certaine critique sur le contenu des contes en insérant dans une histoire assez sombre des passages de L’Aventure de Monsieur Lapinou, un conte inventé de toutes pièces par l’auteur, dont le contenu est résolument naïf et en fait le livre de prédilection de Pistou, le rat un peu naïf dont l’évolution morale dans l’histoire se rapproche de celle d’un enfant qui quitte le pays des contes pour le monde réel, passage symbolisé par l’abandon du livre, de l’idéal qu’il représente, dans les égouts pour voir le monde tel qu’il est.

    Cette histoire s’adapte très bien à un public adolescent, le regard critique sur l’univers des contes et de la littérature jeunesse en général fera rire les plus jeunes comme les plus vieux ! Elle constitue de plus une très belle porte d’entrée à l’univers du Disque-Monde.

    © Corentin SLIWINSKI, Deust 2 Métiers des bibliothèques et de la Documentation

    Janvier 2010

    Post-scriptum

    PRATCHETT, Terry. Le fabuleux Maurice et ses rongeurs savants. Nantes : L’Atalante, 2008. 285 p. (La dentelle du Cygne jeunesse). ISBN : 978-2841722921

    Mots clés : violon, violoniste, flûte, humour, conte, animal, rat.