Site littérature jeunesse de lille 3

Ça devait arriver, de Gaëtan Dorémus

Elle voit des loups partout...
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Lucie allait bien jusqu’au jour où elle commença à avoir peur. Peur de quoi ? Peur de tout. Peur des loups qui envahissent la rue et dont elle se sent menacée. Que va-t-elle faire ? Comment va-t-elle surmonter sa peur ?

    (JPG)

    Quelques mots sur l’auteur... (JPG)

    D’origine lilloise, Gaëtan Dorémus est diplômé de l’École supérieure des Arts décoratifs de Strasbourg. Il débute dans le monde de la presse et écrit pour divers magazines et journaux comme Astrapi, Le Monde, Politis ou Libération. Par la suite, il va préférer travailler pour l’édition jeunesse en tant qu’auteur de textes et illustrateur. Il est publié chez plusieurs éditeurs : éditions du Rouergue, Autrement, Gallimard, Seuil jeunesse, Belize...

    Il a écrit une trentaine d’ouvrages dont Frigo vide, Ça devait arriver, Ce n’est pas parce que, Nulle part partout...

    Son site personnel

    La folie, un thème plutôt rare dans la littérature de jeunesse

    Cet album traite de la folie d’une personne au sein de la société. Lucie, le personnage principal « pète un câble » pour reprendre la célèbre expression. Elle voit des loups partout. Elle croit même que son mari et ses enfants lui veulent du mal. Elle se barricade, se promène avec un fusil pour se protéger. Tout le voisinage et bien sûr sa famille tentent de l’aider mais elle est enfermée dans son monde où elle ne voit que des loups à tous les coins de rue.

    Ce thème est un sujet assez peu courant dans l’édition jeunesse et pour cause, ce n’est pas si simple à expliquer. L’album requiert plusieurs lectures et une réflexion approfondie pour la compréhension de l’histoire. Très riche en symboles, cet album nous fait partager la descente aux enfers d’une femme "comme tout le monde" qui pourtant devient folle. On ne connaît pas les réelles causes de sa soudaine folie. Mais, à la lecture, on comprend que chacun peut vivre cette situation. Le lecteur voit à travers les yeux de Lucie et ressent ce qu’elle vit : à la première approche du texte, on se dit que l’histoire est bizarre. Puis à la relecture, des symboles se dressent devant nous et l’évidence est là : le personnage est devenu fou.

    La figure du loup y est récurrente : ils sont les symboles d’une société déviante où le proverbe « L’homme est un loup pour l’homme » est bien illustré par Gaëtan Dorémus.

    Les illustrations, témoins de la dépression et de la folie

    Très modernes, les illustrations caractérisent l’état d’esprit du personnage : les premières et dernières pages colorées symbolisent le bien-être de Lucie. Puis quand tout va mal, on s’aperçoit que les couleurs s’assombrissent et se font rares. Durant toute sa folie, le rouge et le gris vont être les couleurs dominantes des illustrations. Ces couleurs sont en quelque sorte le signe que tout va mal : le gris, couleur instable mêlant le noir et le blanc est la couleur de la dépression : dans la langue française, le terme « vie grise » évoque d’ailleurs une vie terne et sans éclat. Le rouge, quant à lui, couleur éclatante évoque la colère : « voir rouge » signifie « être en colère ». Ces deux couleurs sont donc la preuve que l’état d’esprit du personnage principal est au plus bas. D’ailleurs, la dynamique des images (traits, coups de pinceaux, épuration) vient renforcer l’idée qu’un certain remue-ménage se fait à l’intérieur de Lucie. Elle ne sait plus où elle en est, a peur et est en colère contre les loups.

    À la fin de l’album, quand tout le monde fête le rétablissement de Lucie, on remarque bien que mêlées à toutes les couleurs éclatantes et vives, il reste quelques touches de gris et de rouge. On peut le comprendre comme un signe que la folie et la dépression peuvent revenir.

    Tout public

    Mots-clés : folie, dépression, mal-être, peur des autres, enfermement sur soi

    DOREMUS, Gaëtan. Ça devait arriver. Saint-Pierre de Cormeilles : éd. Belize, 2007. 40 p. : ill. en coul. ; 29 x 27 cm. ISBN 978-2-917289-00-6

    Cartonné 15,90 €

    Dorothée SAISON, DEUST 2 métiers des bibliothèques et de la documentation, février 2009