Site littérature jeunesse de lille 3

Keroro, de Mine Yoshizaki

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Les aliens les plus tordants de la Galaxie débarquent pour envahir la terre...
    (JPG)

    Le sergent Keroro est le commandant d’une escouade composée de cinq extraterrestres chargés d’obtenir des renseignements sur les terriens (les pokopens) et ce, afin de préparer la future invasion par la planète keron. Notre alien se fait lamentablement capturé par deux enfants de la famille Hinata : Natsumi, une jeune fille fille de 14 ans sportive et violente et son jeune frère, Fuyuki, 11 ans et passionné de sciences occultes.

    Suite à la capture du leader, la planète keron décrète l’échec de la mission et abandonne l’équipe de reconnaissance sur place.

    Keroro est adopté par la famille Hinata dont il devient le préposé au ménage en échange du gîte et du couvert, cependant il n’a pas renoncé à sa mission et attendra que ses soldats dispersés dans la nature reprennent contact avec lui afin de préparer un plan d’invasion.

    Une série volontairement absurde

    La série est humoristique, elle mets en scène des grenouilles maléfiques, Kawaiisées à l’extrême, élaborant des stratagèmes plus débiles les uns que les autres afin de conquérir le monde. En plus d’être paresseux et égoïste, le sergent Keroro est ce qu’on appèle un ôtaku, il passe le plus clair de son temps à construire des maquettes Gundams et à regarder des animes. Quand il ne flemmarde pas, il élabore des plans de conquête d’une crétinerie sans bornes au grand dam de ses subordonnés contraint de le suivre dans ses délires.

    Le scénario est extrêmement léger mais l’intérêt n’est pas là. L’humour est provoqué par les situations improbables, défiant tout réalisme et tout bon sens. Les gags s’enchaînent à un rythme très rapide, les chutes sont souvent incroyables et hilarantes. De nombreux personnages secondaires tout aussi invraisemblables viennent renforcer la loufoquerie du tout.

    Des références à la pop-culture japonaise omniprésentes

    Le manga comporte 14 tomes sortis en France à ce jour et il est toujours en cours de parution au Japon où il est extrêmement populaire. Cette popularité est due en partie aux nombreux clins d’œil à la pop-culture japonaise disséminée dans le manga. La référence à d’autres œuvres est quasi permanente que ce soit sous forme de parodie, de personnage plagiés ou de citation directe du sergent.

    C’est à dire que pour bien apprécier l’humour de Keroro, mieux vaut connaître les mangas, animes et jeux vidéo populaires dans les années 80-90. Les références vont de mangas (Hokuto no Ken, Urusei Yatsura (lamu), Gundam, Cobra, Doreamon, Galaxie express, Monster....), de Mangaka (Tezuka, Takahashi..) à des jeux vidéos (Street Fighter, Résident Evil).

    En clair un nombre significatif de gags qui ne peuvent être compris que par des lecteurs connaissant bien les mangas.

    Une présentation très... particulière

    Il faut le reconnaître, les couvertures françaises sont hideuses et d’un kitsch inénarrable. Ce qui dessert à mon sens ce manga encore peu connu en France. À voir la couverture, on s’attend à un manga pour très jeune enfant alors que ce n’est pas le cas. Les graphismes sont relativement dépouillés et le style de dessin est assez enfantin. Ce manga possède aussi plusieurs degrés de lecture car selon l’âge du lecteur, les relations entre personnages ne sont pas comprises de la même façon.

    Pour conclure

    Pour être très clair, Keroro est un manga d’humour et juste d’humour. Les gags sont l’intérêt de cet œuvre, il ne s’inscrivent donc pas dans un scénario prédéfini comme dans Love Hina ou GTO. Ici, le scénario n’est que prétexte à un déferlement de bouffonnerie. Donc si vous aimez Urusei Yatsura, Noritaka, High School Kimengumi ou Dr Slump vous apprécierez surement keroro.

    Divers

    Le manga Keroro débuté en 2000 par Mine Yoshizaki, à fait l’objet d’une adaptation en anime en 2004. Il fait aujourd’hui partie des rare animes à dépasser les 300 épisodes.

    Le premier tome de Keroro a obtenu le prix Tam-Tam catégorie manga au Salon du livre jeunesse de Montreuil en 2008.

    YOSHIZAKI, Mine. Keroro. Paris : Kana édition,2007 . - 1 vol. 174 p. ISBN 978-2-5050-0112-4 6,50 €

    Sens de lecture japonais.

    Anne-Sophie Rasse, DEUST2, Mars 2010