Site littérature jeunesse de lille 3

Je veux des pâtes, de Stephanie Blake

Un album qui donne faim...
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Des pâtes, du bifteck, du poulet, des haricots verts, du gâteau au chocolat... Attention ! La lecture de cet ouvrage peut donner très faim à vos enfants !
    (JPG)
    © L’École des loisirs, 2008

    Simon est un petit lapin très difficile. Il ne veut manger que des pâtes. Même quand ses parents lui préparent de bonnes choses à manger, il s’énerve et il crie. Mais tout change le jour où son papa prépare du gâteau au chocolat...

    Des images agréables...

    Je veux des pâtes de Stéphanie Blake est une fiction destinée aux enfants de 3 à 6 ans. C’est pour cela que la présence de l’image est très importante. Sur la page de gauche, il y a toujours une ou deux phrases narratives sur fond de couleur chaude (rouge, orange, jaune vif, bleu foncé) et sur la page de droite, une illustration avec des couleurs plutôt froide (rose, rouge, blanc, jaune pâle avec une dominance pour le bleu pâle). Il y a insertion de l’image dans le texte : l’image suit le déroulement du texte. Ces illustrations sont agréables à regarder, surtout pour un jeune enfant qui, ne sachant pas lire, se référera à elles. Un enfant qui a une bonne connaissance de l’histoire n’aura plus besoin de ses parents pour se la remémorer. Il n’aura qu’à observer les images pour se souvenir du récit. Elles sont simples mais elles ne peuvent pas remplacer le texte. Je veux des pâtes est également adapté aux enfants qui commencent à lire seuls.

    L’apparition des personnages...

    Le rapport entre les personnages se fait par accumulation et reste toujours dans le cadre de la famille : au départ, Simon est seul puis sa mère l’appelle pour le petit-déjeuner. Le midi, c’est son père qui lui demande de venir manger. Ce sont les trois uniques personnages de l’album, excepté le petit chat qui ne quitte jamais Simon.

    Une narration simple...

    Le récit est raconté par un narrateur neutre. Il relate les événements de façon totalement objective. D’ailleurs, l’album commence par la phrase « Il était une fois » et il est écrit au passé simple, ce qui nous donne l’impression de lire un conte. Cependant, la priorité est tout de même mise sur Simon. On ne connaît pas les prénoms des autres personnages. Ils sont désignés en tant que « sa maman » et « son papa ». Ce choix se justifie certainement par le fait que l’ouvrage est destiné à l’enfant. L’auteur a voulu mettre en scène une famille pour que l’enfant s’identifie à Simon.

    Un album très compréhensible...

    Le niveau de langage est très simple. Les phrases sont courtes et faciles à comprendre, mais au milieu du récit, on remarque une évolution. Certaines phrases sont plus longues et plus compliquées pour les jeunes enfants comme « Simon se mit à rouler des yeux démoniaques. Il devint fou et poussa un hurlement de loup ». Évidement, le titre du livre, Je veux des pâtes, est une phrase récurrente dans le récit. Cet album comporte aussi des dialogues. L’auteur a essayé de respecter la manière de parler enfantine, ce qui est plutôt une bonne chose. Elle a utilisé l’humour en adaptant la syntaxe, parfois l’orthographe mais également le comportement à ceux des enfants. Les caprices et les changements rapides d’avis de Simon sont caractéristiques à ceux de l’enfant.

    Un album adapté aux enfants...

    Le personnage de Simon est attachant par sa forme animale. Les enfants aiment beaucoup les petits lapins. Pourtant, ça ne nous fait pas oublier que derrière cette image se cache un enfant têtu et désobéissant, ce qui amuse souvent les jeunes lecteurs.

    Cet album est fait avant tout pour divertir. Il intéressant car il permet de sensibiliser les parents sur la question de l’alimentation. Les jeunes enfants ont besoin de manger des choses variées et de prendre des bonnes habitudes alimentaires qui conviennent à leur croissance. Cependant, il est dommage que l’album n’ait pas le même impact sur eux. Il n’y a pas de « morale », pas de leçon à tirer.

    Ce livre est intéressant pour les enfants qui veulent lire en famille ou commencer à lire seul. Le sujet de l’alimentation des enfants est important et est peu abordé dans la littérature de jeunesse. Stéphanie Blake fait le pari de l’originalité dans cet ouvrage divertissant.

    © Perrine Montagne,

    L1 HSI, Langues et Culture Antiques, mars 2010

    Post-scriptum

    BLAKE, Stéphanie. Je veux des pâtes. École des loisirs, 2008.26 p. ; 28,5 x 22,5 cm. 12,50 €. ISBN broché 978-2-211-09230-2

    Destiné aux enfants de 3 à 5 ans.

    Mots clés : pâtes, lapin, nourriture, désobéissance, famille, chat, caprice

    Pour en savoir plus sur l’auteur

    Stephanie Blake est née aux États Unis en 1968. Sa passion pour la littérature de jeunesse lui est venue plutôt tard puisqu’elle a d’abord fait des études de Chinois avant de s’y consacrer. Elle a publié de nombreux ouvrages notamment dans la collection Loulou et cie. Simon est un héros récurrent puisqu’il apparaît dans Caca boudin, Au loup, Bébé Cadum et Je veux des pâtes. Elle vit aujourd’hui à Paris.

    Stephanie Blake sur L’École des loisirs