Site littérature jeunesse de lille 3

L’obésité dans la littérature jeunesse (mini thèse)

Une maladie sérieuse à prendre en compte ou un problème seulement d’ordre physique ?
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Que dire de l’obésité ? Qu’elle touche tous les enfants qui restent à longueur de temps devant la télévision, l’ordinateur ou encore les jeux vidéos ? Non ! Et pourtant, c’est souvent la première explication qui passe par la tête de beaucoup de monde : « il ne bouge pas de son fauteuil », « il ne sort jamais », « il ne fait pas de sport »...

    Surtout, il ne faut pas confondre obésité avec rondeurs, bourrelets, petit bidon, brioche ou encore poignée d’amour, etc. ; bref, avec tous ces petits dénominatifs qui nous font penser : « je suis grosssse ! » ou « gros » bien sûr (mais ce sont souvent les filles qui s’en plaignent).

    L’obésité est avant tout une maladie qui se traduit physiquement par un fort excès de poids dépassant la normale et notre IMC (Indice de Masse Corporelle), lequel peut s’expliquer héréditairement ou bien souvent par une mauvaise alimentation.

    L’Organisation Mondiale de la Santé définit l’obésité comme « une accumulation anormale ou excessive de graisse qui présente un risque pour la santé ». Un risque pour la santé que beaucoup d’enfants doivent prendre en compte aujourd’hui puisqu’en 2010, on estimait le nombre d’enfants en surpoids dans le monde à 42 millions. Un chiffre qui ne cesse malheureusement pas d’augmenter.

    De nos jours, les enfants et les adolescents sont ancrés dans une « culture de la beauté » véhiculée par les médias et les effets de ppelle « Lapoule » et qu’il est gros : ils rigolent de lui, le traitent de « gros pèpère », lui cachent ses chaussons... Elvis se met à pleurer et certains essaient de le réconforter. En rentrant chez elle, Samira raconte l’histoire d’Elvis à sa famille et elle va alors se rendre compte qu’elle n’est pas très gentille avec Elvis.

    LAMBLIN, Christian, FALLER, Régis ill., ROEDERER, Charlotte ill. Samira se moque des gros. Paris : Nathan, 2003. 32 p. : ill. en coul. ; 20 x 17 cm. ISBN 2-09-211176-0 (relié) 6€

    Romans jeunesse

    (JPG)

    3 filles (et 10 kilos en trop)

    Alors qu’Ellie fait ses achats de Noël avec ses deux meilleures amies Nadine et Magda, elle se fait entraîner malgré elle dans un concours de photo de beauté pour le célèbre magazine Spicy. Elle se rend compte alors qu’elle n’a rien en commun avec toutes ces filles minces, belles et sûres d’elles... Commence alors pour Ellie une spirale infernale.

    WILSON, Jacqueline, KIEFE, Laurence trad. 3 filles (et 10 kilos en trop). Paris : Hachette jeunesse, 2002. 250 p. : couv. ill. ; 18 x 13 cm. ISBN 2-01-321823-0 (relié) 5,50€

    (JPG)

    Herman a trop grossi

    Herman est un petit garçon comme les autres, sauf qu’il a beaucoup grossi ces derniers temps... Cela le gêne dans sa vie de tous les jours et il est devenu triste car les autres se moquent de lui. Ses parents décident de prendre les mesures nécessaires pour l’aider à résoudre son problème.

    GATIBELZA Laetitia, SUDMANN, Bérengère ill. Herman a trop grossi. Paris : Alban, 2008. 42 p. : ill. en coul., 19 x 14 cm. ISBN 978-2-91175-157-8 (broché) 9€

    (JPG)

    Julia se trouve trop grosse

    Julia est mal dans son corps. Elle est en train de vivre les tourments de toutes les adolescentes ! Seulement elle se trouve trop grosse et ne s’accepte pas telle qu’elle est. C’est d’autant moins facile que la petite peste jolie et toute mince Cynthia ne fait rien pour arranger les choses... Elle fait même exprès d’embarrasser Julia en l’invitant à son anniversaire, qui se fêtera à la piscine, bien sûr...

    JAOUI, Sylvaine, REBENA, Frédéric, ill. Julia se trouve trop grosse. Bruxelles : Casterman, 2002. 72 p. : ill., 18 x 12 cm. ISBN 2-201-11929-2 (cartonné) 2.50€

    Bande-dessinée

    (JPG)

    Tamara

    Héroïne d’une série de bande-dessinée, Tamara est grosse et le vit plutôt bien. Bien qu’elle soit à l’origine de moqueries de la part de ses camarades de classes, elle vit une vie tout a fait ordinaire pour une adolescente : sorties entre copines, vie de famille, petits-copains... Les problèmes de poids, ce n’est pas ce qui gâchera la vie de Tamara !

    DARASSE, ZIDROU, BAKAERT Benoît. Tamara : tu dépasses ! Marcinelle : Dupuis, 2008. 46 p. : ill. en coul., 30 x 22 cm. ISBN 978-2-8001-4053-7 (cartonné) 9,95€

    Le regard des autres

    Bien souvent, la prise de conscience de notre surpoids provient du regard des autres.

    Dans 3 filles (et 10 kilos en trop), Ellie savait bien qu’elle avait quelques kilos en trop, mais elle ne s’en était jamais soucié auparavant. Il a suffi qu’elle se retrouve piégée dans ce concours de mode pour qu’elle entame une guerre des kilos. L’élément déclencheur a été : « elle croit quand même pas qu’on va la prendre pour un mannequin ? Elle est bien trop grosse ! » (p. 23). Les critiques, les brimades, les moqueries, etc., toutes ces paroles font que l’enfant obèse se sent anormal et une mise à l’écart est souvent opérée, qu’elle soit volontaire ou non. Léon par exemple, est écarté des activités sportives, Julia ne fait pas partie du groupe des « branchées » de Cynthia, Ellie n’appartient pas au même monde que ses copines et leur magazine Spicy, se renfermant peu à peu sur elle même.

    Les sentiments que peut éprouver un enfant victime de brimades sont généralement de plusieurs types : soit l’enfant est triste et se met à pleurer lorsque celui-ci est jeune car il ne comprend pas pourquoi on se moque de lui, soit il se met en colère comme Tamara et méprise ses camarades, soit il se sent honteux et finit par se dégoûter de lui même. Dans les ouvrages que j’ai lus, le cas de Tamara est unique, elle est bien la seule à se défendre de cette manière et je pense que cela s’explique par le genre de l’ouvrage, une bande-dessinée humoristique qui doit faire rire les enfants. Si Tamara éprouve de la tristesse et pleure à chaque fois que l’on s’en prend à elle, on ne pourra pas qualifier cette bande-dessinée d’humoristique. C’est justement cet air un peu détaché et sûre d’elle qui lui confère une image différente des autres personnages.

    A contrario, c’est aussi ce regard des autres qui fait justement agir : "tout le monde me trouve trop gros, il faut que je réagisse et que je maigrisse". Dans Une Maman toute entière, la maman du petit garçon se décide à faire régime « surtout pour les autres », Léon veut faire régime car il est embarrassé devant ses camarades et devant Fleur lorsqu’il se retrouve coincé dans le trou du grillage, Ellie également suite à ce concours de mode...

    Mais l’on ne peut pas dire que ce soit le regard des autres qui fassent tout : l’enfant prend d’abord conscience de son cas et l’étape précédant ou accompagnant la prise de décision est le sentiment de honte, que beaucoup de personnages ont éprouvé.

    La honte

    La honte. C’est un état d’esprit que tout le monde a dû connaître au moins une fois dans sa vie : on a envie de disparaître, que les autres arrêtent de vous regarder, on imagine leurs pensées et on souhaite bien vite oublier cet épisode de sa vie. Dans les ouvrages que j’ai parcourus, la honte amène deux grands type de réactions : le personnage réagit dans le bon ou le mauvais sens, ou celui-ci devient apathique et la situation le dépasse.

    C’est le cas d’Herman par exemple qui se laisse gagner par la déprime et ne fait que manger pour se consoler, regarder la télévision, rester tout seul... Devant cette situation, ce sont ses parents qui se décident à réagir et l’emmènent chez une diététicienne. J’ai remarqué que les livres destinés aux enfants proposent toujours une solution positive.

    Dans le cas où l’enfant réagit positivement, celui-ci décide d’en parler à quelqu’un et entame une meilleure hygiène de vie. Léon, par exemple, en parle d’abord à sa copine Fleur qui fait preuve d’une grande compréhension, il en parle ensuite à sa mère qui finit par prendre les mesures nécessaires et accompagner son enfant dans sa prise de décision. Ils vont faire les courses ensemble et achètent des aliments sains comme des fruits et légumes, sans pour autant négliger les petites friandises comme du réglisse. Léon va ensuite à l’école en vélo avec Fleur et quelque mois plus tard, Léon a retrouvé la forme et ses problèmes de poids ont disparu.

    Par contre, lorsque le livre s’adresse plutôt à des adolescents, la solution trouvée pour régler ces problèmes de poids n’est pas toujours la meilleure à conseiller.

    Cela m’a surtout marquée avec le livre 3 filles (et 10 kilos en trop). Ellie finit par devenir obsédée avec le fait qu’elle est grosse : elle n’en parle à personne, ne mange plus et saute les repas dès qu’elle le peut, elle s’exile dans sa chambre, devient agressive avec sa famille et ses amis... À l’inverse, lorsqu’elle meurt de faim, elle finit par se jeter sur la nourriture et dévalise le frigo en une nuit, mangeant tout et n’importe quoi. Survient ensuite le sentiment de culpabilité : elle décide donc de se faire vomir et va finir par rentrer dans cette spirale infernale, refusant de regarder la réalité en face. Mais elle en veut encore plus : perdre quelques kilos ce n’est pas assez, elle doit en perdre beaucoup !

    Au fil du roman, elle se lie d’amitié avec une fille de son école et l’on va finir par comprendre qu’elle est anorexique. Pour Ellie, elle n’est pas anorexique, elle est mince ; en tout cas c’est ce qu’elle pense au début et elle va suivre son exemple en faisant de la natation chaque matin. L’histoire continue et Ellie maigrit, tout en ayant attrapé des boutons, des cheveux ternes et en étant devenue boulimique. Pour finir, son secret va être découvert par sa famille elle se rendra compte qu’elle a été trop loin en constatant que son amie est à l’hôpital des suites de son anorexie. Bien que l’on ne sache pas combien de kilos Ellie a perdu, celle-ci a réussi à maigrir et à se sentir mieux sans ses kilos superflus. Mais peut-on dire que ces méthodes sont à conseiller aux adolescents ?

    L’estime de soi

    Le cas d’Ellie nous montre bien qu’elle n’avait pas d’estime pour ce qu’elle était. Par contre, dans les albums pour les tout-petits, c’est l’inverse. Gros et Petit vivent pendant quelques instants dans le corps de l’autre et cela ne leur plaît pas du tout ! Petit, devenu gros, ne peut plus se cacher derrière un arbre, la partie de cache-cache est tout de suite moins marrante. De même, Gros, devenu petit, n’arrive plus à monter sur la cage à poule, c’est bien trop haut pour lui ! En réalité, ils ne se plaisent pas du tout dans leur nouveau corps et ils repartent dans leur monde pour retrouver leur taille respective.

    Dans l’album Je suis trop gros, l’éléphant voudrait être plus mince et la souris, voyant que son ami déprime, va l’aider à lui faire comprendre qu’il n’est pas si gros que ça : il est moins gros qu’un bus londonien, moins gros qu’une baleine, moins gros qu’un paquebot, qu’un building à New-York, que l’Himalaya, l’Inde, la Terre ou encore l’Univers ! Grâce à la souris, l’éléphant est bien dans son corps, sauf que maintenant, c’est la souris qui se trouve trop petite ! À vous d’imaginer à quoi la souris pourrait être plus grande... ;)

    Idem pour l’album Une maman toute entière, qui est vraiment très mignon. Cette fois-ci ce n’est pas l’enfant qui est trop gros, c’est sa maman qui est très grosse ; mais cela ne le gêne absolument pas, au contraire. Imaginez « une maman toute maigre, sans poitrine, sans ventre, avec des bras comme des brindilles. J’aurais trop peur de la casser », nous confie le petit garçon, et il a bien raison, ça ne doit pas être confortable pour faire un câlin ! Lorsque sa maman décide de faire un régime, il lui fait entendre raison en faisant à son tour un régime. Elle lui répond alors « Tu n’as pas besoin de maigrir, tu es très bien comme tu es » et le petit-garçon lui répond tout content « toi non plus, tu es la plus belle des mamans du monde ».

    Ainsi, le discours sur l’obésité n’est pas le même selon les âges : pour les tout-petits, être gros est tout à fait normal et il ne faut pas en avoir honte. Lorsque l’enfant est en âge de réfléchir, on lui fait comprendre qu’il ne faut pas se moquer des autres et qu’il existe une solution à l’obésité : avoir une bonne alimentation et faire du sport. Pour les adolescents, on accorde beaucoup d’importance aux sentiments des personnages et soit celui-ci finit par rester tel qu’il est en se sentant bien dans sa peau, soit il finit par maigrir en se sentant aussi mieux dans sa peau. Alors, qu’elle est la meilleure solution ? Tout en sachant que c’est vous qui décidez, choisissez la meilleure solution pour votre santé physique mais aussi psychologique...

    Pour en savoir plus sur l’obésité, certains ouvrages de ma liste propose à la fin du roman des conseils pour faire face à cette maladie (Léon se trouve trop rond, Herman a trop grossi et Samira se moque des gros). D’ailleurs, l’obésité est souvent confondue avec la boulimie alors que ce sont deux maladies différentes. La boulimie est une maladie d’ordre plus psychologique, on se trouve gros alors que l’on ne l’est pas forcément. La personne boulimique va donc être obsédée par son alimentation et subira des troubles alimentaires. Le plus souvent, celle-ci va se goinfrer et manger à l’excès, pour ensuite se forcer à vomir sous les remords. Malheureusement, l’une comme l’autre sont liées au problème de surpoids de plus en plus grandissant chaque année. C’est pourquoi il est important de faire comprendre aux enfants comment bien manger et avoir une bonne hygiène de vie.

    À consulter aussi

    www.obesite.com : site francophone sur l’obésité qui propose notamment des témoignages, des conseils diététique et un forum

    www.obesite-enfant.com : dérivé du site précédent mais pour les enfants

    www.who.int/fr/ : site de l’Organisation Mondiale de la Santé

    www.sante.fr/ : portail de différentes agences sanitaires dont celui du Ministère de la Santé

    Pour d’autres articles en rapport avec ce sujet

    La Grosse, de Marylin Sachs

    XXL, de Julia Bell

    Trois filles et neuf bonnes résolutions, de Jacqueline Wilson

    Mots-clefs : obésité, enfant, maladie

    Post-scriptum

    Bérengère Goetgheluck, Deust 2 Métiers des Bibliothèques et de la Documentation, UFR Idist, février 2010