Site littérature jeunesse de lille 3

Ourse Rouge et Ours Vert, par Satoshi Iriyama

Un vent d’amourette sur tons de pastel !
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    (GIF)
    OURS VERT & OURSE ROUGE

    SATOSHI, Iriyama. Ourse rouge et Ours vert. Traduit du japonais par Quentin Le Goff. Paris : Tourbillon, 2010. 40 p. : illustrations en couleur ; 18 x 20 cm. Cartonné 9,95 €. ISBN 978-2-84801-522-4

    Titre original : Midori no kuma to akai kuma

    Une approche différente des traditions

    Ourse rouge, ours vert. À première vue rien de bien palpitant. Et pourtant ! Derrière cette simplicité enfantine se cache une œuvre plus complexe. Rien d’extraordinaire, l’auteur ne cherche pas à vous éblouir, mais c’est cette simplicité qui,efficace, permet de nous transmettre intensément les émotions. Oui, nous assistons à un retour en force des valeurs traditionnelles « dépoussiérées » aujourd’hui chargées de bien plus de sens et de portée que par le passé. L’amour, mis en avant, est en effet le thème central de l’album, la rencontre, l’acceptation des différences et des défauts de chacun pour aboutir à un monde plus ouvert où la famille peut y trouver sa place. La solitude laisse place à un univers chaleureux qui se pare de multiples couleurs. Les traditions du passé se transforment pour s’adapter à notre époque, l’approche est différente et des thèmes comme l’ouverture à l’autre, celle de l’esprit et le travail en équipe sont mises à l’honneur.

    Une œuvre qui laisse le temps faire son œuvre !

    L’amour grandit au fil des pages, il n’est pas instantané, il se construit et mûrit, il voit passer les saisons. Les deux « ours » confrontent leur deux « univers » jusqu’à n’en former plus qu’un. Chacun de son côté, tout en respectant le passé. On perçoit un changement, une évolution dans les mœurs. Harmonieux nouveau monde, dans lequel le fruit de leur amour peut s’épanouir. Un nouveau monde pour une nouvelle génération qui voit le jour.

    Au-delà des apparences

    C’est sous nos yeux qu’un monde prend vie. Ce titre, un vrai bijou visuel, offre au lecteur un souffle de légèreté et de fraîcheur rarement égalées. L’auteur joue sur d’anciens codes tels que les couleurs : le vert pour les petits garçons et le rouge pour les petites filles. Et c’est sur un ton pastel qu’Ours rouge et Ours vert se rencontrent. On constate une évolution de la pensée au fil de l’œuvre. Les deux couleurs se fondent ensemble pour en laisser apparaître une nouvelle.

    Au-delà des frontières du temps et de l’espace...

    Cet album, d’origine japonaise, n’exprime à aucun moment un caractère culturel spécifique qui pourrait faire référence à son pays natal. L’histoire offre donc une touche d’humanité, d’universalité et d’intemporalité, permettant à n’importe quel « jeune » lecteur de s’identifier (lui ou sa famille) à ce conte. De nouveaux thèmes se dessinent comme la lutte contre la discrimination, thèmes qui aboutissent à l’unité des deux héros. Comme un appel à l’égalité, il nous rappelle le fait que nous sommes tous des habitants d’un même monde.

    Le mot de la fin

    Sensibles et purs, deux mots évidents nous viennent à l’esprit pour définir les protagonistes : « Madame Ourse et Monsieur Ours ». Dédié aux plus jeunes, c’est un texte touchant qui nous est présenté. Il plaira pour sa douceur et sa tendresse mais ne ravira les cœurs que des amoureux d’histoires « qui finissent bien » et d’ours plus que « mignons à croquer ». Une autre cible : les « grands enfants », qui tout comme moi, rêvent d’un peu d’amour et de paix dans un monde encore en proie à bien trop de conflits. Il agit sur nos cœurs comme un baume réparateur. L’urgence d’exploiter ce remède n’est plus à démonter.

    À la portée des enfants de 4 ans.

    Pour en savoir plus :

    http://www.editions-tourbillon.fr/spip.php ?article344

    Dudoux Marie-Laure HSI 1, Langues et cultures antiques, avril 2010