Site littérature jeunesse de lille 3

Six milliards de visages, de Peter Spier, traduit par Christian poslaniec

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Un message humaniste et une belle leçon de tolérance

    Peter Spier, illustrateur hollandais né en 1927, a travaillé à Amsterdam, Paris, Houston, New-York, sur une oeuvre foisonnante de plus de 150 livres, illustrés pour d’autres, et de plus de 40 livres publiés comme auteur-illustrateur. Son livre Cinq milliards de visages est aussi foisonnant, révélant un auteur méthodique, se documentant de façon rigoureuse, pour les moindres détails, n’hésitant pas pour cela à multiplier les voyages.

    (JPG)
    © L’École des loisirs, 2005

    Entre 500 et 600 ( !) personnages dessinés envahissent littéralement la couverture, qui révèle déjà le contenu et l’esprit du livre. Une illustration recherchée, travaillée, colorée, montre des centaines d’individus provenant de la terre entière qui regardent le lecteur en souriant. Ils l’interpellent en se laissant contempler longuement, habillés de toutes les couleurs du monde. L’illustration est le pilier de l’ouvrage : il faut avant tout l’examiner, le dévisager, le considérer. Comme sur la terre, tout est à voir. Pour comprendre le message essentiel du livre : la diversité est un des fondements de l’humanité, il est donc impensable de ne pas la désirer. Ne pas tolérer la différence est inconcevable.

    Peter Spier a voulu presque tout évoquer, presque tout reconstituer dans les moindres détails. Il commence avec les types d’humains, et leurs couleurs de peaux, silhouettes, visages, habillements. Il continue avec les différents jeux pratiqués dans le monde, les habitations, les animaux de compagnie, l’alimentation, la religion, les métiers, les langues et les modes de communication, les gens célèbres. Le tout décrit avec exactitude par une profusion de dessins minutieux, dont la majorité est qualifiée : " PACHISI, jeu national de l’Inde (..) Kinkajou, coati (..)". On voit là que l’auteur n’hésite pas à désigner les extrémités de la terre et les noms les plus étrangers, peut-être difficiles d’accès pour un enfant européen. Mais son but n’est pas de faire une encyclopédie : la typographie des qualificatifs est petite. Ils nomment l’objet ou la scène désignée pour information, d’avantage à destination de l’adulte. Les dessins se suffisent à eux-même pour rendre compte des diversités du monde. Un texte (trop ?) simple met de l’ordre dans l’abondance d’illustrations : "Partout les gens aiment jouer. Mais ils ne jouent pas aux mêmes jeux partout (..) Vous n’imaginez pas le nombre de métiers différents qui existent (..)". Puis ces nombreuses descriptions sont entrecoupées de considérations plus générales sur la diversité, accompagnées cette fois de scènes quotidiennes uniquement occidentales : " Ce qui fait rire les uns fait parfois pleurer les autres ", lit-on en voyant des gens rire et pleurer à un mariage ou au cinéma. Après avoir aperçu le monde entier, le petit lecteur se retrouve chez lui, devant des choses familières, qui lui permettront de mieux comprendre le message du livre, et qui lui montreront que la différence est partout, même à côté de soi.

    Six milliards de visages est le message d’un humaniste chrétien : la double page consacrée au pouvoir met en valeur la vanité des grades, rangs, classes, alors que " finalement nous devons tous mourir ", un cimetière illustrant cette considération. On la trouve dans tous les livres de piété depuis trois siècles... Tout comme une belle illustration en début de volume, représentant Adam et Eve dans le Paradis terrestre : nus et blancs, ils figurent l’humanité. Image fort malvenue dans un livre qui s’acharne à montrer les hommes sous toutes leurs coutures. Mais l’énorme travail de Peter Spier au service de sa belle leçon sur la tolérance mérite toutes les considérations.

    Post-scriptum

    SPIER, Peter. Six milliards de visages. Traduit de l’américain par Christian POSLANIEC. L’École des loisirs, 2005 . 45 p. : illustrations en couleur ; 34 x 26 cm. (Album). ISBN 10 2-211-07625-4 Broché 15,30 € Nouv. éd.

    À partir de 6 ans