Site littérature jeunesse de lille 3

Le grand championnat des mensonges, de Gwendoline Raisson et Magali Bardos ill.

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Alors que les animaux de la ferme des Cinq Cerfs organisent leur championnat annuel des mensonges, où chacun raconte l’histoire la plus extravagante possible, la ferme est menacée par un bulldozer. Lorsque Wifid le poussin l’annonce à ses camarades, on pense d’abord qu’il s’agit d’un autre mensonge, mais très vite, on s’aperçoit que c’est vrai. Wifid va donc devoir trouver un moyen de sauver leur foyer.

    Le grand championnat des mensonges, de Gwendoline Raisson et Magali Bardos, narre les aventures d’une petite bande d’animaux d’une ferme anglaise, et dont l’un des passe-temps est d’inventer des histoires mensongères pour se divertir.

    (JPG)

    Émaillé de références culturelles, qui, à coup sûr, échapperont aux plus jeunes, le cadre ne peut que faire penser à La Ferme des Animaux d’Orwell, ce que le nom d’un des moutons, Bonaparte Ier, ne parait que confirmer. À côté de cela, l’âne et l’oie forment un couple que les auteurs ont choisi d’appeler Bonnie et Clyde, prenant ainsi pour figures deux illustres bandits au destin tragique, sans que cela n’ait de conséquence sur le scénario (tout juste sur l’aspect graphique). Un jeu de mots plus enfantin peut être décelé avec le poulet auquel on a attribué le sobriquet de "Basquaise". Enfin, certains autre patronymes ne semblent renvoyer à aucune référence culturelle ou aucun jeu de mot, comme Wifid le poussin, Ringabelle le mouton ou Kraktère le cochon.

    Au delà de ça, on peut douter de la morale de l’ouvrage, à mi-chemin entre une apologie du mensonge et une célébration de l’imagination et de l’amitié. Difficile d’admettre que le fin mot de l’histoire est que la ferme soit sauvée grâce à un mensonge fabriqué à partir de tous ceux des animaux, réunis par le poussin Wifid. Le scénario peut évoquer l’histoire de Pierre et le Loup, en se penchant sur la crédibilité d’une personne ayant pour habitude de mentir.

    Restent les dessins, plutôt agréables à regarder, assez minimalistes, mais dont le caractère fantastique est amplifié par l’imagination fertile des animaux.

    On peut donc en conclure que le livre n’est absolument pas à aborder pour sa morale, mais pour son côté surréaliste et ses références culturelles, en espérant que l’enfant les perçoive.

    A partir de 7 ans.

    RAISSON, Gwendoline, Le grand championnat des mensonges. Magali Bardos ill. Paris : L’école des loisirs, 2010 ; 22 x 30 cm. Cartonné, 13,5€

    ISBN : 978-2-211-20027-1

    http://www.ecoledesmax.com/portail/portail_edl.php

    Mots-clés : mensonge, imagination, amitié

    Par François-Xavier Morseau, étudiant en DEUST 1 (12/11/2010).