Site littérature jeunesse de lille 3

On ne m’a jamais demandé si je voulais une petite soeur, de Martha ALEXANDER

Olivier ou comment se débarrasser de Bébé
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    La famille Verbois s’agrandit. Olivier vient d’avoir une petite sœur. Les visites se succèdent à la maison. Olivier n’est pas content. Qui a dit qu’Olivier voulait une petite sœur ?

    (JPG)

    Martha Alexander dépeint les émotions qui se succèdent dans le cœur de ce jeune enfant devenu grand frère malgré lui.

    « Grand frère » depuis peu, Olivier a bien du mal à s’adapter à cette nouvelle situation familiale. Tout le monde ne parle plus que de la nouvelle venue, et c’est avec délicatesse que l’auteur nous montre un Olivier déstabilisé, perdant sa place au sein de la famille et se sentant délaissé par les siens. Il est bien décidé à se débarrasser de sa « charmante » nouvelle petite sœur. Il installe ainsi Bébé dans une charrette, qu’il tracte dans la rue afin de proposer à un étranger, qui passerait par là, de la prendre avec lui.

    Cette fable délicate pointe le malaise de jeunes enfants face à l’arrivée d’un nouvel enfant. C’est donc à travers la pensée d’Olivier que l’on découvre la source de ce mal-être, le fait que l’enfant devenu aîné se sente comme mis à l’écart, qu’il doive tenir un rôle nouveau et ne peut plus se comporter comme avant. Maintenant il est grand, il doit montrer l’exemple et aussi s’occuper et même prendre soin de ce bébé qu’il n’a pas désiré.

    Malgré le chamboulement de tous ses plans et de son petit univers, sa pensée d’Olivier va changer, évoluer au fil des pages et petit à petit il vit sans s’en apercevoir une transformation de ses sentiments à l’égard de sa petite sœur.

    Une œuvre pastel qui dépeint les sentiments de l’enfant

    Tout en finesse et en douceur, Olivier apprend à se familiariser avec « l’objet » de ses ennuis. Solitude, colère et apaisement s’enchaînent, se succèdent en toute légèreté. On pose un regard tendre et amusé sur l’enfant qui apprend à grandir.

    Cet album  : On ne m’a jamais demandé si je voulais une petite sœur, décrit avec tendresse et sincérité, les sentiments de notre personnage principal.

    On ne m’a jamais demandé si je voulais une petite sœur se termine donc sereinement avec en prime une touche d’humour qui laisse repartir son lectorat avec un sourire aux lèvres.

    Ce titre impertinent traite d’un thème récurent de ce passage de l’enfance, c’est un vrai petit plaisir qui fait comprendre aux aînés leur place de choix puisqu’une petite sœur peut avoir plusieurs vertus... Olivier trouve donc la solution, efficace, à son problème : sa petite sœur lui servira donc d’esclave et pourquoi pas de souffre douleur ! Si, ça, ce n’est pas une idée que nous avons tous eue ?

    Pour en savoir plus sur Olivier

    La collection Pastel de l’école des loisirs avait déjà proposé également une première aventure à cet album : Quand le bébé arrive, moi, je m’en vais.

    Public : Pour les parents et leurs jeunes enfants !

    ALEXANDER Martha (auteur/ill.). MOLS Dominique trad. On ne m’a jamais demandé si je voulais une petite sœur. Paris, École des loisirs, 2010, collection Pastel. Adaptation de l’œuvre anglaise " Nobody Asked Me If I Wanted a Baby Sister ".

    ISBN 978-2-211-09699-77

    DUDOUX Marie-Laure -L2 HSI - Langues et cultures antiques. janvier 2010.