Site littérature jeunesse de lille 3

Nine Eleven, de Jean Jacques Greif

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Nine eleven est le nom que donnent les Américains aux événements du 11 septembre 2001. Deux ans après les attentats qui ont marqué tous les esprits, Jean-Jacques Greif écrit une fiction sur cette journée qui a bouleversé l’ordre du monde.

    (GIF)

    On croise énormément de personnages dans ce roman mais la narration s’articule essentiellement autour d’une douzaine d’entre eux. Noah, Nikita, Lex, Andrew, Laura et Charlene fréquentent le plus prestigieux lycée de New York, la Stuyvesant High School. Ils sont promis à un bel avenir puisqu’ils se préparent à entrer dans les plus grandes universités américaines. Georgette, la mère de Noah, est journaliste au Wall Street Journal et Alfreda, la mère d’Andrew, est architecte. Dana est le professeur d’arts plastiques d’Eleanore, la sœur de Charlene, à l’école PS 234 non loin de Stuyvesant High School. On suit ces Américains dans leur quotidien presque banal le matin du 11 septembre. C’est une journée qui s’annonce en apparence comme les autres. Chacun se rend au lycée, à l’école, au travail ou à un rendez-vous mais tous ces lieux sont situés à quelques pas des tours du World Trade Center. Au cours de cette journée particulière, ils vont se rencontrer, se perdre, se croiser, se retrouver à nouveau. Pour que le lecteur se rende bien compte de la géographie des lieux et des trajets effectués par chaque personnage, trois plans de Manhattan (le quartier où se situent les tours jumelles du World Trade Center) sont insérés à la fin du livre.

    Un récit haletant et extrêmement documenté

    Le roman est construit selon la technique cinématographique du plan alterné : on suit les personnages les uns après les autres à différents endroits de Manhattan, on les quitte et on les retrouve quelques pages plus loin à l’endroit où on les avait laissés. Ce choix de construction rythme le texte et lui donne une dynamique. Cette dynamique est renforcée par une alternance de chapitres qui se déroulent à l’extérieur et d’autres où l’action se situe à l’intérieur des tours. Ceux-ci sont repérables à leur typographie différente. Ces chapitres sont extrêmement détaillés et comportent des schémas qui expliquent par exemple la trajectoire des avions lors de l’impact. On y suit quasiment minute par minute le déroulement des opérations. Un chapitre donne même la parole aux matériaux (poutres, boulons...) qui composent l’armature des tours pour expliquer leur effondrement. Ce roman relève presque du document historique car Jean-Jacques Greif s’est extrêmement documenté pour l’écrire. Il est journaliste et est retourné plusieurs fois à New York après les attentats pour recueillir les témoignages de survivants, d’experts, d’architectes, d’ingénieurs. Plusieurs personnages du roman (certains lycéens de Stuyvesant et leurs parents) sont inspirés de personnages réels qui sont des amis new-yorkais de l’auteur. Le lecteur est donc plongé au cœur du drame. On y mesure à travers la trajectoire des nombreux personnages que l’on rencontre le caractère aléatoire et parfois inéluctable de la vie. La tension y est extrême à l’image de la pagaille qui suit les premières consignes d’évacuation. L’incohérence voire la contradiction dans l’organisation des secours est flagrante. On s’interroge sur la capacité des autorités à mesurer le danger et à réagir dans un pays pourtant présenté comme un modèle. A travers le récit de cette catastrophe, on apprend beaucoup de choses sur le mode de vie et la société américaine.

    Dans le dernier chapitre, Noah, Nikita, Lex, Andrew et Charlene se retrouvent pour Noël chez Laura. Alors que les experts, les ingénieurs et les architectes se demandent si l’on pouvait prévoir l’effondrement des tours et ce qui aurait pu être fait pour l’éviter, les adolescents s’interrogent sur les motivations des terroristes : " Il vaudrait mieux essayer de comprendre ce qui met tellement de gens en colère dans le monde et travailler à réduire leur rage " explique Nikita. L’explication proposée peut paraître un peu réductrice (l’intégrisme religieux) mais cette docu-fiction a au moins le mérite de lancer le débat et la réflexion.

    A partir de 14 ans

    Mots-clés : Terrorisme - Peur - New York

    par Valérie Huchette (12/2003)

    Grief, Jean-Jacques. Nine Eleven. Ecole des loirs, 2003. (Medium). ISBN 2211072925