Site littérature jeunesse de lille 3

ELLANA rend hommage à Pierre Bottero

MERCI...
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Bonjour, je me présente, je suis Ellana Caldin. J’ai accepté d’écrire sur ce site pour rendre hommage à un ami, un ami qui m’était très cher... Et comme le savent ceux qui me connaissent ou comme l’apprendront ceux qui ne me connaissent pas encore, lorsque je me fais des amis c’est un lien incassable qui se crée...

    Cet ami est l’écrivain Pierre Bottero (13 février 1964-8 novembre 2009) qui, en me quittant, a laissé un grand vide...

    Notre première rencontre, un début prometteur

    (JPG)
    Premier tome du Pacte des marchombres, Ellana, Rageot, 2010. 440 p.

    Tout commence, lorsqu’il arrive pour la première fois à Gwendalavir, mon monde. Pierre Bottero vient de la terre et pourtant il peut voyager entre nos deux mondes d’une façon étonnante... Il lui suffit de pousser la porte de son imagination... Jusqu’à présent c’est la seule personne venant de terre à avoir réussi cet exploit. Aujourd’hui encore certains de nos chercheurs cherchent à comprendre comment cela peut être possible.

    Il arrive totalement désemparé dans un monde qu’il ne connaît pas mais il réussit avec une étonnante facilité à comprendre et à s’intégrer à notre monde. Nous nous sommes rencontrés totalement par hasard dans une taverne tenue par un ami. Il dégage une telle sincérité et une gentillesse qui ne trompe pas... Ce n’est pourtant pas cela qui me pousse à sa rencontre mais son étrangeté et l’impression que ma route mène vers lui. Je m’assois donc près de lui et, sans avoir besoin de lui poser une seule question, il commence à me raconter son histoire en détails, sa vie, son quotidien, dans son monde...

    Une fois son récit terminé c’est à moi, moi qui suis d’ordinaire secrète, d’offrir à cet inconnu tous les détails sur les aventures qui me sont récemment arrivées.

    Lorsque le jour vient taper aux fenêtres nous nous fixons tous deux rendez-vous, silencieusement, conscients qu’un lien s’est créé sans qu’aucun de nous ne l’ai décidé. Loin de me rebeller je me laisse aller à cette nouvelle amitié et je le considère déjà comme faisant partie des rares personnes à qui je peux accorder ma confiance...

    C’est ainsi que j’ai rencontré cet ami qui aujourd’hui me manque, comme une partie de mon âme envolée à jamais...

    Par la suite nous nous recroisons à de nombreuses reprises. Je lui fais rencontrer mes amis les plus proches : Ewilan, Salim, Edwin, Bjorn, maître Duom... il sait s’attirer la sympathie de tous et très vite entre dans notre groupe.

    Cependant, il a une idée en tête...

    (JPG)
    Deuxième tome du Pacte des marchombres, Ellana l’envol, édition Rageot, 474 p, 2010

    Il souhaite raconter nos aventures dans des livres, dans son monde... Edwin, Duom et moi sommes contre, nous savons que cela peut nous causer des problèmes. Il nous explique donc qu’il l’inclura dans un genre fantastique et qu’ainsi les lecteurs ne croiront pas en notre existence. Cet argument met fin à nos protestations. Chacun à notre tour nous lui faisons une description précise de tout ce qu’il s’est passé dans nos vies depuis l’arrivée d’Ewilan et de Salim jusqu’à notre départ dans la grande plaine. Je me livre à cet exercice avec joie.

    Pourtant, il me l’avoue, il y a quelque temps je fus un personnage difficile à cerner, qu’il mit de nombreuses heures à mettre en forme pour qu’elle me ressemble. Un personnage à la fois féroce et tendre, un personnage qui devient de plus en plus important au fil de l’histoire, une femme pleine d’une sensualité animale qui cherche à tout prix la liberté et qui pourtant s’attache de façon inconditionnelle à ses amis, à tel point qu’il lui est parfois difficile de les quitter, un personnage qui se distingue aussi par son mystère, en somme un personnage plein de contradiction qui ne le rend que plus réaliste.

    Je lui révèle certains secrets marchombres [1] qui selon lui donnent une âme au personnage, mon âme. Il sait décrire la complexité du marchombre, et la magnificence de la voie, Cependant, la voie du marchombre reste secondaire dans les deux trilogies d’Ewilan car il se concentre sur les dessinateurs. [2]

    Il nous apprend plus tard que ces deux trilogies ont eu un franc succès auprès des adolescents de son monde, ce qui nous ravit tous.

    Une ombre...

    (JPG)
    Troisième tome du Pacte des marchombres, Ellana la prophétie. Rageot, 634 p. 2010

    Lorsque Pierre Bottero eut fini ces deux trilogies il avait l’intention d’arrêter d’écrire sur nous, ayant écrit tout ce qu’il voulait écrire.

    Cependant, un soir il vient chez moi sans que je m’y attende et m’avoue ne pas réussir à me laisser partir, il veut tout savoir de moi et de ma vie pour en faire une troisième trilogie. J’en suis agréablement surprise, mais aussi très inquiète. Ma vie est faite de secrets, puis-je me laisser aller à raconter ma vie pour qu’il l’écrive ? Il insiste et veut écrire cette trilogie, m’avouant même qu’il pense à moi quotidiennement et que je finis par le suivre comme une ombre à chaque moment de sa vie.

    « Lorsque j’ai posé le dernier mot du dernier tome de la sage d’Ewilan, je pensais que chacun de ses compagnons avait mérité le repos. Que chacun d’eux allait suivre son chemin, chercher son bonheur, vivre sa vie de personnage libéré par l’auteur après une éprouvante aventure littéraire.

    Chacun ? Pas Ellana. Impossible de la quitter. Elle hante mes rêves, se promène dans mon quotidien, fluide et insaisissable, transforme ma vision des choses et ma perception des autres, crochète mes pensées intimes, escalade mes désirs secrets... " Un auteur peut-il tomber amoureux de l’un de ses personnages ? Est-ce moi qui ai créé Ellana ou n’ai-je vraiment commencé à exister que le jour où elle est apparue ? Nos routes sont-elles liées à jamais ? (...) " Pierre Bottero, préface du Pacte des marchombres, Ellana

    ... avec une histoire à raconter

    Je finis par accepter, et lui raconte tout. Il réussit à percer beaucoup de mes secrets, et ce qui fait de moi qui je suis... Nous avons commencé par mon enfance, presque entièrement oubliée et pourtant c’est grâce à elle que je suis devenue ce que je suis. Orpheline dès mes 5 ans, je ne me souviens que très peu de mes parents (tués par des raïs, êtres monstrueux aiment tuer les hommes), je suis recueillie par les petits (petits êtres, vivant dans la forêt et adorant les framboises). Les petits n’étant pas très vigilants, je prends souvent des risques en sautant de branches en branches... C’est ce qui me permet de ne pas avoir peur des risques, sans même avoir appris la définition de ce mot. Ma vie avec eux est heureuse, et entièrement libre, ce qui explique ma soif de liberté encore aujourd’hui. Les petits m’appellent Ipiutiminelle, et jusqu’à ma préadolescence (vers 13 ans) je reste avec eux.

    Cependant je rêve de voir le monde au dehors de la forêt. Je pars donc et c’est là que commence mon grand voyage, J’arrive dans une ville, où je suis très dépaysée, mais j’apprends vite à me débrouiller et une enfant que j’ai sauvé, Nahis, me donne mon prénom, Ellana. Je choisis très vite de ne pas rester en ville, je fais donc partie d’une caravane qui va vers le nord. Dans celle-ci je rencontre Sayanel, un marchombre qui m’entrouvre la voie des marchombres mais qui une fois le voyage finit doit partir.

    Ce n’est que quelques mois plus tard que je rencontre Jilano, mon maître à qui j’ai donné 3 ans de ma vie pour qu’il m’apprenne l’art d’être marchombre.

    Durant ces trois années j’ai de nombreuses aventures. J’ai notamment la greffe, qui n’est pas accordée à tous les marchombres, et qui me munit de 3 griffes sortant directement de mes mains. Peu après mes 3 ans avec Jilano, il se fait tuer, ce qui m’emplit de rage envers son assassin que je promets de retrouver. C’est peu après que je fais la rencontre d’Ewilan et de tout le groupe. Ewilan devint ma sœur de cœur, Edwin l’amour de ma vie et Salim mon élève pendant 3 ans. C’est à lui que j’apprends tout ce que je sais. Les autres seront des amis pour la vie.

    J’ai bientôt un fils, Destan, mais il est enlevé par les mercenaires du chaos (version maléfique des marchombres) en me laissant pour morte. Fort heureusement, je réussis à retourner là où tout a commencé, c’est-à-dire chez les petits pour me remettre de ma blessure. Une fois remise je traque les mercenaires du chaos et je récupère mon fils grâce à l’aide et à la générosité de mes amis. Aujourd’hui toutes ces aventures et ces souffrances sont dernière nous, et nous avons reconstruit notre vie.

    Si aujourd’hui je sors de l’ombre, c’est pour lui...

    (JPG)
    Pierre Bottero

    Je ne peux que rendre honneur à cet écrivain qui a su si bien me définir et me décrire, et à cet ami qui a compris qu’en racontant, je guérirais de mes démons...

    Si aujourd’hui je sors de l’ombre, c’est pour lui, cet ami décédé le 8 novembre 2009, cet ami qui manque à ma vie, pour lui rendre hommage et le remercier de m’avoir fait vivre aussi dans votre monde. Car, que je sois réelle ou de papier je lui dois la vie, et pour cela un mot suffit,

    MERCI !

    Absence, manque, tristesse infinie...

    Hommage imaginé par Pauline VIOU, L1 HSI, Langues et culture antiques, 12 janvier 2011

    Post-scriptum

    Un superbe hommage de l’éditeur Rageot à Pierre Bottero avec notamment une interview d’Ellana : Lesmondes imaginaires de Rageot

    Pierre-Bottero sur la Fnac

    Biographie sur Evene

    Le forum de la voie marchombre

    La quête d’Ewilan

    -  Tome 1 : D’un monde à l’autre, Rageot, 2006, 281 p.
    -  Tome 2 : Les frontières de glace, Rageot, 2006, 314 p.
    -  Tome 3 : L’île du destin, Rageot, 2006. 316 p.

    Les mondes d’Ewilan

    -  Tome 1 : La forêt des captifs, Rageot, 2007, 316 p.
    -  Tome 2 : L’œil d’Otolep, Rageot, 2007, 317 p.
    -  Tome 3 : Les tentacules du mal, Rageot, 2007, 411 p.

    Notes de bas de page

    [1] personne qui privilégie l’harmonie et la liberté, pourvu de capacités physiques extraordinaires, effectuant souvent des boulots de protection et d’espionnage.

    [2] personnes qui voyagent dans l’imagination et qui peuvent faire apparaitre ce qu’ils y voient