Site littérature jeunesse de lille 3

La couleur de la peur, de Malorie Blackman

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Chacun de nous a SON cauchemar. Des créatures monstrueuses, des tortures effroyables, des poursuites, la perte un être cher, une chose qui revient inlassablement dans nos nuits les plus noires. Nous avons tous une peur cachée et bien enfouie, qui n’appartient qu’à nous. Et certaines choses interfèrent sur notre vie réelle.
    (JPG)
    © Milan, 2008

    Hypothèses de lecture

    La couverture du livre est presque entièrement noire, le titre en gris, l’auteur et le résumé sont en blanc et la collection en rouge, ce qui jure beaucoup sur la noirceur du dessin représenté. On distingue deux lignes de chemin de fer et une tête de mort au bout de l’une d’elle. On peut donc penser à une histoire obscure où le choix du chemin à prendre, symbolisé par les rails prenant un chemin différent, déterminera de la vie ou de la mort (avec la tête de mort), et si l’on ne choisit pas la mort on ne sait pas où mènera l’autre chemin.

    L’histoire

    Kyle part en sortie scolaire avec sa classe. Pour aller voir une pièce de théâtre, les élèves doivent prendre le train. Mais, alors qu’ils sont sur un pont, leur train déraille et se retrouve suspendu au-dessus d’un précipice. Kyle est le seul à se relever, il parcourt le wagon dévasté et lorsqu’il approche de ses camarades, il se trouve projeté dans leurs cauchemars. Parallèlement on en apprend un peu plus sur la vie de Kyle : sa mère est partie, puis son père s’est laissé aller. Pour échapper à la "Mort" qui le poursuit dans le train, Kyle entre tour-à-tour dans les cauchemars de treize passagers. Le lecteur explore ce qu’il y a de plus morbide chez l’être humain. On découvre des futurs possibles et effrayants ou des passés tout aussi violents. Jusqu’au moment où Kyle devra affronter son propre cauchemar.

    « Comment avais-je fait ça ? Comment avais-je pu arrêter d’être moi pour me glisser dans la vie de Steve ? Comment était-ce possible ? J’ai regardé mes mains. Elles tremblaient. C’était dingue ! Le rêve de Steve était si réel. Car ce ne pouvait être que ça : un rêve. Mais d’où venait-il ? J’avais mes propres cauchemars. Mais aucun ne ressemblait à ça. Aucun n’était si intense et aucun ne m’avait fait pénétrer dans la tête de quelqu’un d’autre. »

    Au cours de l’histoire, Kyle va se trouver malgré lui au cœur des secrets les plus intimes des passagers du train, qu’ils lui soient proches ou pas. Il va plonger dans les cauchemars de 13 personnages, cauchemars qui sont des projections dans le futur ou alors des souvenirs du passé. De plus, alors qu’une voix inconnue dans le train l’appelle et le supplie, Kyle préfère se plonger dans les pensées des autres personnages plutôt que de l’affronter.

    Une multitude de sentiments et d’émotions pour faire comprendre les choses de la vie au lecteur

    À travers chaque cauchemar, chaque souvenir d’un des personnages, ce sont une multitude de sentiments et d’émotions qui sont décrits. L’amour, le handicap, la folie, le désespoir amoureux, la guerre, la bêtise humaine, le meurtre, la famille, l’abandon, le couple, la maternité, la peur de la solitude ou encore l’acceptation des échecs de la vie. Tout cela n’est pas répétitif ni « gnangnan » pour faire comprendre les choses de la vie aux lecteurs. Chaque rêve a un contexte différent, des intrigues diverses et surtout, à chaque fois, une chute des plus surprenantes et qui ne laisse pas indifférent. Plus Kyle entre dans le cauchemar des autres et plus il a du mal à discerner la frontière entre les pensées des autres et les siennes. Il ressent un effet sur sa personnalité, il ne se sent ni plus intelligent ni plus courageux, mais ces cauchemars le mettent en colère contre le monde entier.

    Lui, et nous lecteurs, sommes choqués par les destins des personnages. On comprend petit à petit que la voix mystérieuse qui appelle Kyle est la Mort qui le traque... On plonge alors encore davantage dans une autre dimension que sont les cauchemars. Le livre nous oblige à faire des choix, tout au long des différents récits, notamment celui entre la résignation de la mort ou l’acceptation des difficultés de notre existence. Et cette affaire de choix, les cauchemars l’interprètent très bien...

    Les cauchemars qui influent sur le quotidien et vice et versa...

    En même temps que l’on parcourt le passé ou le futur probable des cauchemars des passagers, l’histoire de Kyle est peu à peu révélée. Et Kyle nous montre sa vraie nature, ses peurs, l’abandon de sa mère et ce qu’il ressent face à ça. Bien sûr, nous ne sommes pas dans le vrai, même si certains éléments des cauchemars concordent parfaitement avec la réalité. Ces cauchemars le perturbent et il ne sait plus trop ce qu’il pense et ce qu’il veut. Les cauchemars ou les rêves qu’il traverse au fil de l’histoire ne reflètent pas ce que désirent les passagers mais plutôt ce qu’ils redoutent.

    On peut dire que le cauchemar est un mauvais rêve. Il est établi sur le même fonctionnement que le rêve. Certains utilisent également les cauchemars pour tenter de traduire le destin, tout comme on le fait avec la signification des rêves. Les cauchemars peuvent être dus à ce qu’on a pu voir dans le courant de la journée. Tout comme les rêves ce sont des impressions ressenties durant une activité quelconque et auxquelles nous n’avons peut-être même pas prêté attention. Toutefois, cet élément est venu se loger dans notre inconscient et il ressort durant notre sommeil sous la forme d’un cauchemar. Il est parfois très embarrassant de parler de ses cauchemars. Les rêves en eux-mêmes, bien qu’ils soient expliqués scientifiquement restent très étranges par moments. Ils demeurent des interrogations permanentes pour le rêveur. Depuis des siècles, on s’interroge sur la vie, la mort, sur la création du monde, sur Dieu, l’enfer et le paradis, et si les rêves et les cauchemars pouvaient nous apporter des réponses ?

    Ce « voyage » va permettre à Kyle de comprendre et surtout d’affronter sa propre peur, il ne sera plus jamais le même après avoir ressenti aussi profondément la panique des autres mais aussi en ayant à subir son propre cauchemar, il apprendra à accepter ce dernier.

    Ce livre est surprenant, il possède un mystère constant qui en fait un ouvrage à lire d’un trait. Le récit est à la première personne, on découvre et comprend les choses en même temps que le personnage principal. On a l’impression que les voyageurs du train ne seront sauvés que lorsque Kyle aura été au bout de lui-même. On plonge avec avidité dans les cauchemars des personnages, mais sans oublier que le train est au bord d’un précipice et risque à tout moment de tomber. Ces cauchemars nous mangent à différentes sauces, il y en a 13 au total, on les vit et on les quitte brutalement. Puis on retrouve Kyle, au cœur de son propre cauchemar et qui frise la folie à force de cogner contre les corps de ses camarades, lesquels sont peut-être morts, au mieux inconscients. Et il y a ce sang, cette odeur de métal, ce grincement de ferraille et cette voix venue dont on ne sait où qui lui chuchote dans l’oreille.

    CONCLUSION

    On peut dire on peut dire que cet ouvrage est destiné à des ados à partir de 14 ans et je trouve que cela est correct. Car même s’il peut évoquer des choses horribles, il n’y a ni sang qui nous éclate au visage et il n’est jamais gore ou vulgaire. Selon moi, tout lecteur peut le lire, et je pense qu’à chaque niveau de lecture on peut l’apprécier différemment. On peut y découvrir différents aspects en grandissant, et associer les peurs des personnages aux nôtres. L’auteur sait entretenir le suspense avec brio et on reste sur notre faim à la fin des cauchemars, avec des chutes qui sont pour la plupart excellentes. On ignore si ceux-ci sont vraiment réels mais certains font vraiment froid dans le dos, de plus, fantastique et réalité sont entremêlés avec talent. La lecture est captivante et poignante, le récit nous tient en haleine et l’on ne cesse de se demander : Que va t-il se passer maintenant ?

    Malorie Blackman, connue pour sa trilogie Entre chiens et loups propose un texte complètement différent avec La couleur de la peur, mais tout aussi original. Le récit nous plonge dans des univers totalement fantastiques et incroyables.

    Marion DEDEURWAERDER, mai 2011

    Deust Métiers des bibliothèques et de la Documentation

    Post-scriptum

    BLACKMAN, Malorie. La couleur de la peur. Traduit de l’anglais par Amélie SARN. Toulouse : Éditions Milan, 2008. 315 p. (Macadam). ISBN 978-2-7459-3255-6

    Pour aller plus loin...

    Le site officiel de Malorie Blackman

    Une courte biographie ainsi que la présentation de quelques ouvrages sur Ricochet