Site littérature jeunesse de lille 3

Il y a des heures qui durent longtemps, d’Elisabeth Brami

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Co-auteur “des petits goûters philos” chez Milan, Elisabeth Brami nous offre à travers cette petite histoire une réflexion sur la séparation à travers le regard angoissé de Thomas, un petit garçon qui voit régulièrement sa mère s’éloigner de lui à cause de son travail. (GIF) On apprend à travers ses yeux d’enfants que son père a quitté le milieu familial alors que sa mère était enceinte ; « il a fait ses valises et il a laissé maman en plan, toute seule, avec son bébé dans son ventre qui était en train de devenir moi ». Et ce qui agace le plus Thomas c’est quand, devant une question embarrassante, les adultes lui répondent « tu es trop petit, tu comprendras plus tard ... ». Mais quand ça les arrange, on lui rappelle qu’il a sept ans, l’âge de raison... Faudrait savoir ... Heureusement, il y a Mina, la baby-sitter, attentive et aimante, que Thomas considère comme sa « baby sister », c’est dire s’ils sont complices ! Ensemble, ils préfèrent les histoires drôles et les feuilletons imbéciles aux « documenteurs éducatifs ».

    Leur secret est de retrouver le papa de Thomas juste pour voir à quoi il ressemble... c’est la promesse qu’a faite Mina à Thomas. Mais Thomas a justement le sentiment de passer sa vie à attendre... le sommeil, la sonnerie du téléphone, les vacances, d’être grand... Pourtant, maman revient demain ! Alors forcément, pour tout le monde et surtout pour la maîtresse, Thomas est un rêveur... C’est normal, il attend, il espère sa maman et quand, à l’école, il apprend que le « masculin l’emporte sur le féminin », ça le déprime car il le pressent, lui, qu’un jour un masculin va emporter le féminin de sa mère...

    par Nacéra Baberih, documentaliste, collège Léonard de Vinci, Carvin (01/2004)

    Avis de jeunes lecteurs

    Thomas accompagne sa mère tous les jours à la gare de Luxembourg car elle va travailler à Bruxelles. Sa mère a un nouveau fiancé, Alex... En attendant, Thomas va chez Mina, il joue mais... il se fait des soucis. A la naissance, Thomas n’a pas connu son père, celui-ci ne voulait pas d’enfant. Thomas veut devenir détective privé... Ce livre est intéressant, il est écrit à travers le regard de l’enfant : il raconte sa vie de petit garçon abandonné par son père et qui reste très attaché à sa mère. On découvre à travers ses émotions toute sa tristesse et sa mélancolie.

    par Julien Loher (collège Léonard de Vinci, Carvin)

    C’est l’histoire d’un jeune garçon de sept ans qui s’appelle Thomas. Sa mère travaille à Bruxelles ; lorsqu’elle va travailler, Thomas reste à Paris, avec sa baby sister, Mina. Il attend le retour de sa mère. Thomas est triste quand sa mère s’en va, il ne la voit pas souvent. Il pleure après chacun de ses départs. Mina le console comme elle peut, elle essaie de le faire rire, de lui faire oublier un peu sa peine. A son dernier retour, sa mère lui annonce qu’elle a un nouveau fiancé et qu’elle souhaite vivre avec lui définitivement à Bruxelles. Il accepte avec beaucoup de peine car il doit abandonner sa nounou malgré les promesses de sa maman de pouvoir la revoir régulièrement.

    J’ai aimé ce livre car il est à la fois triste et gai à la fin. C’est une belle histoire émouvante que j’ai beaucoup aimée, les personnages sont très attachants.

    par Sabrina Rucky (collège Léonard de Vinci, Carvin)

    Thomas a 7 ans ; il accompagne souvent sa mère à la gare. Quand il était encore dans le ventre de sa mère, son père les a abandonnés. Il ne lui reste que Popi son grand père, Momi sa grand mère, sa baby sister et sa mère. Celle-ci se rend souvent à Bruxelles pour son travail.

    En ce moment Thomas se laisse distraire (il pense à sa mère) et sa maîtresse lui fait la remarque dans son carnet. Sa mère est revenue le chercher et elle lui a apporté un cadeau en lui annonçant qu’elle est tombée sur un créateur de BD. Thomas est inquiet mais cela se terminera bien, ils iront tous les deux à Bruxelles.

    par Gwendoline Legrand (collège Léonard de Vinci, Carvin)

    J’aime beaucoup ce livre car il raconte la vie d’une famille. Un jeune garçon, Thomas, accompagne souvent sa mère à la gare lorsqu’elle va travailler à Bruxelles. Il reste triste, se fait du souci, malgré Mina, sa nourrice qui est sympathique. Il craint d’être abandonné. Le temps lui semble long et la vie n’est pas comme il voudrait. D’ailleurs les événements lui donne raison ...

    par Nolan Leveugle (collège Léonard de Vinci, Carvin)

    Brami, Elisabeth. Il y a des heures qui durent longtemps. Thierry Magnier, 2003. (Petite Poche). ISBN 2844202063