Site littérature jeunesse de lille 3

Martine, celle qui m’a réconciliée avec l’école

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    (JPG)

    Ma première année à l’école primaire n’a pas vraiment été mon année d’école préférée. Nous étions nombreux en classe avec différents niveaux de progression. Notre maîtresse de CP était la maitresse la plus sévère de l’école et je n’étais pas très « fan » de Ratus avec lequel nous apprenions à lire. Autant dire que mon année de CP ne m’a pas incitée à apprécier l’école, mais tout a changé pendant les vacances d’été lorsque ma sœur m’a offert le livre Martine à l’école de Gilbert Delahaye et Marcel Marlier édité en 1984.

    Après avoir lu le livre, je me suis convaincue que l’école de Martine était l’école « modèle » que les professeurs devaient reproduire. Ainsi, dès le CE1, je me suis présentée à l’école dans l’espoir d’aller visiter la bibliothèque municipale, d’aller observer la nature de faire des ateliers de peinture en plus de suivre les cours plus magistraux. En y repensant aujourd’hui, il est évident que jamais je n’aurais pu vivre une journée comme celle racontée dans Martine à l’école, principalement parce qu’il est impossible de faire autant d’activités en une seule journée d’école. Mais certains professeurs que j’ai eus nous ont proposé le même genre d’activités, réparties dans l’emploi du temps sur toute la semaine. Des activités comme l’observation de la nature et du climat, des ateliers de peinture ou de théâtre ou encore des visites de la bibliothèque municipale où comme Martine je désirais « emporter tous les livres ».

    Martine à l’école m’a sans aucun doute réconciliée avec l’école et m’en a même donné le goût. Un goût que jamais je ne perdrais. Depuis le collège je me suis destinée à l’enseignement en école primaire et aujourd’hui même si j’hésite encore sur quelle voie choisir, je rêve toujours de créer une classe où toutes les journées ressembleraient à celle de Martine.

    Par Élodie Foucart, L2 HSI, UFR Langues et Cultures Antiques, novembre 2011.

    DELAHAYE, Gilbert, MARLIER, Marcel ill. Casterman, 1984 21 p. : ill. , couv. ill. en coul. ; 30 cm.