Site littérature jeunesse de lille 3

Pistache, la mélodieuse adoption

Retour aux sources
 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Pistache était un clown en bois qui recherchait sa vraie maman. Aidé par Mijo, sa petite maman adotive il allait rencontrer beaucoup de personnages avant de trouver sa vraie mère.

    Une histoire bouleversante qui m’a été contée par ma maman.

    (JPG)

    Ce livre avait été offert par la maitresse d’école, à ma sœur ainée âgée de 5 ans lorsque celle-ci avait été hospitalisée. Je me rappelle très bien ma maman me contant l’histoire de ce petit pantin. C’est à partir de cette époque que m’est venue ma passion de lire. Combien de fois ai-je demandé à ma mère de le lire ? Une bonne centaine de fois assurément.

    Pourquoi ce livre m’a-t-il marquée et est-il resté dans mon souvenir ? Pour plusieurs raisons.

    Une histoire émouvante

    Tout d’abord pour l’histoire en elle-même. Pistache qui ne faisait que des bêtises était un patin triste car malgré tout l’amour de Mijo, il se demandait qui était sa vraie maman. Pour lui faire plaisir, Mijo lui proposait de faire des recherches et de demander tout d’abord à celui qui l’avait apporté : le Père Noël. S’ensuivait une aventure simpliste, certes, mais pour une petite fille de 4-5 ans cette aventure était magnifique.

    Ce pantin en bois qui partait à l’aventure accompagné de son amie Mijo était assez surprenant. Je compris un peu plus tard que ce livre parlait de l’adoption et que même si un enfant ne connaît pas sa vraie mère il peut avoir tout l’amour de sa mère adoptive.

    Plein les yeux et les oreilles

    Ensuite, j’ai apprécié ce livre pour les images. Les couleurs vives m’ont particulièrement marquée car c’était différent des contes de fées avec leurs couleurs pastels. L’illustrateur Pef est très connu pour la forme de ses nez très allongés que l’on peut aussi retrouver dans Le Prince de Motordu.

    En dernier lieu, j’appréciais l’intonation que mettait ma mère pour raconter cette histoire, surtout à la fin, je m’en souviens très bien. Je répétais la fin en même temps que ma mère tellement j’étais subjuguée par l’histoire. J’avais les yeux grands ouverts et les oreilles attentives. Elle ne lisait pas l’histoire, elle la contait. Lors de la lecture, j’imaginais l’histoire comme dans un film.

    Au-delà de l’histoire racontée

    J’étais fascinée par la lecture. Je pouvais vivre à travers le héros, m’émouvoir en même temps que ce dernier, être transportée dans un monde imaginaire... J’étais comme Alice aux pays des merveilles, émerveillée par ce pantin plein de couleurs qui partait dans le vaste monde à la recherche de sa vraie mère. Mais à la fin il se rendait compte que sa vraie maman c’était MIJO sa mère adoptive et non pas l’arbre, le bois dont il était fait.

    J’étais perplexe, pourquoi Pistache cherchait-il sa maman biologique alors qu’il avait Mijo ?

    C’est à la fin de l’histoire que je compris. Sa vraie maman c’était Mijo, celle qui avait toujours été là pour lui...

    C’est pour cela que j’aimais l’histoire de Pistache car à cet âge-là on ne sait pas ce que veut dire "biologique" et "adopté". Tout ce qui nous importe, c’est d’être aimé et d’avoir des câlins. Cette histoire résonnait comme une douce mélodie dans mes oreilles d’enfant. Je répétais des morceaux de phrases, comme par exemple « mais Pistache c’est moi ta maman » sur la même intonation que ma mère.

    Beaucoup plus tard, j’en ai déduit que ce livre parlait de l’adoption et en particulier de l’adoption de la petite fille Mijo. L’auteur transposait les interrogations sur les origines de l’héroïne par une histoire qu’il inventait avec le pantin en bois.

    Cette histoire rend plus accessible les réponses que l’on peut apporter aux questionnements que peuvent se poser les enfants adoptés. C’est ce qui rend ce livre magique car l’enfant peut avoir deux interprétations différentes de l’histoire selon sa maturité.

    POSLANIEC, Christian. Pistache. Pierre Elie FERRIER ill. Paris : Sorbier, 1986. 27 p. ISBN 2 7320 3092 9 (broché) 32 FFR

    Pour en savoir plus :

    Christian Poslaniec sur l’école des loisirs

    Biographie sur PEF

    Anne-lise Ducoroy, Deust 2 Métiers des bibliothèques et de la Documentation, UFR Idist, 29 octobre 2011