Site littérature jeunesse de lille 3

Les livres, une affaire de famille

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Tout comme Cendrillon, j’ai eu la chance d’avoir la plus merveilleuse des marraines. Elle ne m’offrait certes pas de robe de bal, ni souliers de verre, ni carrosse, mais elle m’a offert, selon moi, le plus merveilleux des pouvoirs : celui d’aimer les livres et le monde de l’imagination.

    Difficile de ce fait, de faire un choix parmi les nombreuses références de la littérature enfantine transmisent au cours des années par cette fée bienfaitrice. Mathilda, Ewilan, Violette, Claus et Prunille, ou encore Caroline, tous ces personnages étaient devenu des amis proches en grandissant. Jusqu’au moment où l’évidence me frappa.

    Comment pourrais-je oublier Les malheurs de Sophie ?

    Les malheurs de Sophie - 155.6 ko
    Les malheurs de Sophie
    Edition Casterman ; Année d’impression : 1980 ; 1ère de couverture : Marcel Marlier

    Sophie qui me rappelle tellement ma petite sœur et moi quand nous étions enfants, les nombreuses disputes et bêtises que l’on pouvait faire, et qui rendaient nos parents fous. C’est simple, à nous deux, nous pouvions incarner tous les principaux protagonistes du monde de Sophie. Tantôt le rôle de Sophie, qui était de loin le plus intéressant, puisque nous pouvions faire des bêtises tout en nous chamaillant et nous bagarrant. Tantôt le rôle de Paul, qui faisait des bêtises avec Sophie, sa cousine et acolyte, mais qui se repentait de suite après. Tantôt Camille et Madeleine, les sœurs modèles, ne se disputant jamais, et cherchant toujours à faire le bonheur de l’autre. Ou bien encore le rôle de Marguerite, petite fille espiègle, appréciée de tous, se trouvant à mi-chemin entre Sophie et Camille & Madeleine.

    Quand aux adultes, à l’image du livre, et de ce petit monde fait uniquement de femmes et d’enfants, celle qui jouait le plus grand rôle était notre mère, à la fois ferme et douce, mais toujours juste dans ses punitions et ses récompenses. Elle incarnait de ce fait parfaitement Mme de Réan, Mme de Fleurville et Mme de Rosebourg.

    Depuis l’enfance, je considère ce livre (ou plutôt la trilogie, incluant Les petites filles modèles et Les vacances) comme un guide, permettant de se forger un caractère, et d’évoluer dans la vie, en choisissant la voie que l’on juge la meilleure. D’une manière plus générale, les livres de la Comtesse de Ségur m’ont toujours apporté ce sentiment. Je pense que je ne me lasserai jamais de lire et relire les frasques de Sophie, qui me rendent plus nostalgique que d’habitude en repensant à mon enfance.

    Les petites filles modèles - 107 ko
    Les petites filles modèles
    Edition Casterman ; Année d’impression : 1971 ; 1ère de couverture : Marcel Marlier
    Les vacances - 77.4 ko
    Les vacances
    Edition Casterman ; Année d’impression : 1971 ; 1ère de couverture : Marcel Marlier

    Elise Hall, L1 Lettres Modernes, novembre 2011