Site littérature jeunesse de lille 3

L’herbier des fées, de Sébastien Perez et Benjamin Lacombe ill.

 
  • - AUTEURS ET ILLUSTRATEURS
  • - CARNETS DE VOYAGE LITTÉRAIRE
  • ÉCRIVAINS EN HERBE
  • - ÉDITEURS
  • HÉROS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI, D’ICI ET D’AILLEURS...
  • - LA LITTÉRATURE JEUNESSE EN QUESTION(S)
  • MARQUE-PAGES / SIGNETS
  • - MINI THÈSES
  • - PARTIE PRIVÉE
  • - QUI SOMMES-NOUS ?
  • RECHERCHE PAR THÈME
  • - RESSOURCES EN LECTURE ET LITTÉRATURE JEUNESSE
  •  

    Dans la même rubrique

    Mots-clés

    Critiquer un album jeunesse est déjà en exercice complexe en soi. Critiquer un album jeunesse tel que L’Herbier des fées en fut un particulièrement difficile. Le duo Benjamin Lacombe-Sébastien Perez nous avait déjà prouvé son talent auparavant, notamment avec Grimoire de Sorcières paru en Octobre 2008.

    L’Herbier des fées, paru le mois dernier, est d’une autre trempe.

    (GIF)
    © Albin Michel, 2011

    «  Ceux qui rêvent de jour ont conscience de bien des choses qui échappent à ceux qui rêvent seulement de nuit » Edgar Allan Poe

    Le premier contact avec cet album là ne peut être que visuel. La lourde page de couverture et sa fée au visage enfantin, le cachet vert et or portant le titre et la quatrième de couverture ne font que nous inciter à découvrir la suite. Et il est difficile d’être déçu. Il suffit de tourner la page pour être emporté dans le monde imaginaire d’Aleksandr Bogdanovitch, brillant botaniste russe qui a été envoyé par Raspoutine lui-même afin de mener des recherches qui le conduiraient à l’élaboration d’un élixir d’immortalité.

    Bingo !, Lacombe et Perez frappent fort, l’histoire mêle réel et féerie, allie deux styles, l’un moderne, l’autre plutôt "vieilli". Ils plongent le lecteur dans un monde inconnu, presque sombre et inquiétant sur fond de romantisme.

    L’écriture est juste et documentée, l’histoire prenant une dimension à la fois historique, scientifique et narrative. On y ressent l’influence des deux auteurs. Le travail graphique est comme toujours bluffant et réussi grâce à un mélange de papiers, de calques et de fines découpes au laser. Les personnages se dévoilent, on entrevoit leur anatomie, leur langage corporel et leur environnement. Benjamin Lacombe pousse le détail jusqu’aux reproductions de gazettes, de collages d’étiquettes, de lettres et de photographies qui nous font oublier la frontière entre le conte et la réalité.

    « Il semblerait que chaque plante de la forêt soit habitée par une espèce inconnue. » Aleksandr Bogdanovitch

    On aurait presque envie que les petits êtres s’animent...

    Et c’est chose faite grâce à la version numérique de l’album. La coédition de l’album chez Albin Michel et Prima Linéa et surtout le travail des deux auteurs ont permis la réalisation d’une version interactive complémentaire à l’œuvre papier. On peut ainsi y voir passer les petits êtres, les toucher, les disséquer, faire bouger les photos et les agrandir ou encore voir de courtes vidéos, le tout sur une bande-son à l’image de l’atmosphère, inquiétante et surprenante. Cette innovation donne une nouvelle dimension au texte et aux illustrations, les deux formes de lecture se faisant écho.

    Seul bémol peut-être, cet album jeunesse vise quand même un public averti. À ne pas mettre entre toutes les mains. Risque sévère de crise cardiaque si un bambin submergé par la magie de l’instant décide de glisser ses doigts dans les découpes ou d’utiliser les calques comme miroir... De même, l’histoire reste assez poussée et le degré de lecture mérite d’être adapté à l’âge de l’enfant.

    Ce livre fait du bien aux adultes, aux enfants, aux adolescents et à l’approche de Noël, il reste un cadeau parfait pour toutes les générations. Après tout, un peu de féerie ne fait de mal à personne et ça, Sébastien Perez et Benjamin Lacombe l’ont bien compris.

    « Je me demande si, à tout hasard, quand on n’a pas de vie véritable, comme c’est actuellement mon cas, on ne la remplacerait pas tout de même un peu par quelques mirages ? ». Aleksandr Bogdanovitch

    Comme Noël approche, les cadeaux commencent à arriver. Après l’acquisition de L’Herbier des fées il y a moins d’une semaine, l’UE6 Édition jeunesse et Élisabeth Debuchy nous ont fait le plaisir de nous emmener à la 27e édition du salon du livre de Montreuil ce mercredi 30 Novembre.

    Après pas moins de quatre heures et demie de bus, quatre d’entre nous ont eu le privilège de passer une demi-heure avec Benjamin Lacombe "himself". Ladite rencontre tenant plus d’un parfait hasard que de l’interview programmée, je ne ferai que donner les quelques pistes évoquées par l’auteur-illustrateur pendant la dédicace. Ont été abordées les questions de :

    -  La tranche d’âge visée par l’album (au niveau du texte et de l’histoire )

    7-8 ans minimum selon l’auteur, tout dépend de la relation de l’enfant à la lecture en général, son éducation littéraire etc.

    -  La charge de travail qu’aura représentée la création

    Six mois intenses, et on comprend pourquoi !

    -  L’impact du numérique sur le livre papier

    Complémentarité selon B.Lacombe, le livre papier ne sera pas remplaçable de sitôt, l’un pourra venir s’imbriquer dans l’autre pour en faire une œuvre plus complète mais le numérique n’étant pas donné à tout le monde (tout comme l’e-book), il sera difficile d’éradiquer le vrai livre en un clin d’œil. Il est d’ailleurs beaucoup plus agréable de lire un livre sur du papier que sur un écran, quel que soit le nombre de pages, toujours selon B.Lacombe.

    -   Le site internet totalement dédié à l’album

    Fait en un week-end par S.Perez et B.Lacombe, le travail rendu par l’édition n’étant pas réellement à la hauteur des espérances... herbierdesfees.com

    -  Et le devenir de l’édition jeunesse

    L’édition en général connaît bien évidemment la crise mais continue d’attirer un public plutôt fidèle malgré des temps plus difficiles où il faut savoir se faire une place pour obtenir de la reconnaissance.

    Il nous a été donné de rencontrer un auteur-illustrateur fort sympathique, très accessible et disponible pour échanger et répondre à nos questions et même pour dédicacer deux albums. Nous tenons d’ailleurs à remercier Benjamin Lacombe pour cette entrevue.

    (BMP)
    27e Salon du livre de Montreuil
    30 novembre 2011 (Photo É.Debuchy)
    (JPG)
    Benjamin Lacombe
    30 novembre 2011 (Photo É.Debuchy)

    Nous attendons donc tous (ou toutes !) impatiemment le prochain ouvrage signé Benjamin Lacombe et Sébastien Perez (mais pas tout de suite, un peu de repos quand même...) et en attendant, on court découvrir L’Herbier des fées (& tout le reste si on ne connaît pas déjà...) en version papier et numérique dans bon nombre de librairies et sur les plateformes légales de téléchargement pour tablettes.

    Photos publiées avec l’aimable autorisation de Benjamin Lacombe ainsi que celles de Pauline et Sixtine, mes collègues étudiantes à Lille3.

    Amélie DELATTRE, L1 Espagnol, 1er décembre 2011

    Post-scriptum

    LACOMBE, Benjamin, PEREZ, Sébastien. L’Herbier des fées. Illustré par Benjamin Lacombe. Paris : Albin Michel Jeunesse, 2011. 64 p. : illustrations en couleur ; 31 x 18 cm. ISBN 978-2-226-23096-6 Cartonné 28,40 €

    À partir de 5 ans.

    Retrouvez aussi Benjamin Lacombe et L’Herbier des fées sur Libération et France Culture et tous nos articles Benjamin Lacombe et Sébastien Perez sur Lille3jeunesse